Comment éviter les punaises de lit ?

Cet article résulte de la traduction et de la synthèse d’un article en espagnol (1). Le but n’est pas de publier la traduction intégrale mais d’en ressortir les éléments les plus probants, pour une lecture rapide. Sur les chemins de Compostelle, le problème devient crucial. Comment éviter les punaises de lit ?

Les punaises de lit attirées par les vêtements sales

Une étude a conclu que les punaises de lit sont fortement attirés par l’odeur des vêtements sales et peuvent utiliser les vêtements usés comme vecteurs de propagation.

Une expansion mondiale rapide

À première vue, les punaises de lit ne semblent pas être le candidat idéal pour dominer la planète. Elles ne peuvent pas voler, sauter ou nager. Ces insectes ne peuvent survivre qu’en se nourrissant de sang. Ces parasites de la famille des arthropodes (2) connaissent selon les scientifiques une expansion mondiale rapide. Ils partent à la conquête de nouveaux territoires. Ils se développent en nombre et en type. Selon une étude récente, cette expansion s’appuie, en partie, sur un système de transport inhabituel : des vêtements sales.

Des insectes attirés par l’odeur humaine

Les punaises des lits sont attirées par l’odeur des humains, y compris leurs vêtements sales et usagés. Pour l’heure, on ne soupçonne pas ces insectes d’être capables de transmettre des maladies. Cependant, les petites morsures de ce Cimex lectularius (nom scientifique) peuvent être responsables de réactions allergiques.

Les punaises de lit éradiquées au XXe siècle

Elles avaient en grande partie été éradiquées de vastes régions du monde développé au milieu du siècle dernier. Mais les interdictions de certains pesticides dans les années 90 et les voyages aériens à bon marché, ont contribué à leur recrudescence. Contrairement aux tiques et aux poux, les punaises de lits ne sont pas voyageuses. Elles quittent rarement les lits et les canapés pour se nourrir. Alors, comment peuvent-elles atteindre l’avion?

Comment prennent-elles l’avion ?

Pour les scientifiques, l’explication la plus simple et la plus probable semble reposer sur les vêtements des passagers. « Cela m’a amené à me demander pourquoi elles se sentaient si attirées par les vêtements et les odeurs humaines », explique William Hentley. Cet entomologiste de l’Université de Sheffield (Angleterre), est l’auteur principal de l’étude.

Le pouvoir d’attraction des vêtements sales

Pour valider cette hypothèse, William Hentley et son équipe ont étudié le degré d’attraction des bestioles relatif aux odeurs des vêtements sales. Ils ont placé une boîte remplie de punaises de lit au milieu d’une pièce. Ils ont disposé deux sacs en coton à distance égale des insectes. L’un d’eux contenait des vêtements propres. L’autre des vêtements usés, tels que des chaussettes et des chemises sales. Le test a duré 96 heures.

Punaises de lit
Punaises de lit, de la larve à la taille adulte

Deux fois plus de punaises attirées par les vêtements sales

À la fin de l’expérience, deux fois plus d’insectes avaient colonisé les vêtements sales plutôt que les vêtements propres (3). Les résultats concordent avec ceux d’études précédentes : les punaises des lits sentent plus d’une centaine de composants de la peau humaine. Et les odeurs de ces composants imprègnent facilement les vêtements.

Pas de corrélation observée avec la présence d’aliments à proximité

D’autre part, la présence d’aliments engendre une augmentation du dioxyde de carbone. Les scientifiques ont donc vérifié si la présence d’aliments à proximité incitait davantage les punaises des lits à se diriger vers les vêtements sales et malodorants. Lorsque ce gaz a été ajouté à la pièce, il a semblé que cela augmentait la tendance des insectes à se déplacer. Mais, pour autant, ce facteur ne semble pas « doper » leur goût pour les vêtements sales.

Comment éviter les punaises de lit ? La vapeur sèche à 180° tue systématiquement les insectes, mais c’est très long. Les spécialistes la complètent par une fumigation. Mais ces produits chimiques sont neurotoxiques. Il faut donc veiller à aérer la pièce après fumigation. Mais les punaises deviennent de plus en plus résistantes aux produits chimiques. Des chiens sont formés pour détecter la présence de punaises. Ils permettent de localiser les insectes, et de traiter plus spécifiquement les zones infectées.
Source : Punaises de lit : un fléau en pleine recrudescence ! La Quotidienne.

Comment éviter les punaises de lit ?

Pour empêcher ces parasites d’envahir nos bagages lorsque nous voyageons, les chercheurs recommandent de mettre ses bagages en hauteur. En effet, les punaises de lits ne peuvent ni sauter ni grimper. Si ce n’est pas possible, il est recommandé de conserver les vêtements sales dans un sac hermétique pour masquer l’odeur.

Laisser les bagages loin des lits

Mais le plus important est de garder les bagages loin des lits. Une autre option, selon les chercheurs, consiste à placer le sac à linge à côté du chauffage élevé. « La chaleur est le talon d’Achille des punaises de lit », disent-ils.

pour en savoir plus

  • (1) Texte original : Cómo evitar las chinches de cama, según la ciencia, de Laura Marcos. Site Muy Interesante (espagnol) – Télécharger l’article en espagnol.
  • (2) Arthropodes : Animal constitué d’une suite d’anneaux durs extérieurement, souplement articulés entre eux et dont certains portent une paire d’appendices ventro-latéraux (pattes par exemple), eux-mêmes divisés en segments articulés (source).
  • (3) Selon un document publié dans la revue Scientific Reports.

DEUX GUIDES INÉDITS POUR PRÉPARER VOS FUTURES RANDONNÉES

Vous avez aimé les chemins de Compostelle ? Aimeriez-vous parcourir d’autres itinéraires vers Saint-Jacques-de-Compostelle ? Cherchez-vous des idées pour vos prochains itinéraires de randonnée ? Sur les cinq continents (Europe, Asie, Amérique, Océanie, Afrique) ? Ou spécifiquement en Europe, tellement le vieux continent fourmille de propositions d’évasion ? Fabienne Bodan, pèlerine, voyageuse et journaliste, a concocté pour VOUS ces deux guides INÉDITS. Ils s’adressent aux randonneurs, pèlerins et voyageurs. Pour 30€ seulement, chacun d’entre eux, joliment illustré de nombreuses photos et de cartes de synthèse originales, vous dévoilera une multitude de sentiers inconnus empruntant les anciennes voies de pèlerinage. Sous trois angles : historique, pratique, sacré.

Elle avait publié fin octobre 2018 de l’ouvrage le plus complet jamais réalisé sur les chemins de randonnée vers le sacré sur les 5 continents. Fabienne Bodan vous propose depuis fin octobre 2019 un nouvel ouvrage consacré aux itinéraires en Europe. À pied, à vélo, à cheval et parfois même en bateau. Le Guide des chemins de pèlerinage du monde et le Guide des chemins de pèlerinage d’Europe comptent chacun 800 chemins. L’auteure est également la fondatrice du site Pèlerins de Compostelle et de la page Facebook qui l’accompagne. Vous pouvez vous procurer ces ouvrages chez votre libraire ou directement en ligne, pour le Guide Europe PAR ICI et le Guide Monde PAR LÀ, si vous souhaitez recevoir un exemplaire dédicacé. Pour en savoir plus, parcourez le site dédié aux ouvrages de l’auteure.

AVERTISSEMENT

Cet article est un et indivisible. Vous êtes invités à le partager dans son intégralité à condition d’en citer la source (site http://pelerinsdecompostelle.com). En aucun cas, vous n’êtes autorisés à en extirper des extraits et à les publier sans en citer la source.

Copyright Fabienne Bodan & http://pelerinsdecompostelle.com

Une Bretonne fil rouge d’un documentaire sur les chemins de Compostelle pour Des Racines et des Ailes (France 3)

Fabienne Bodan avec l'équipe de tournage du documentaire "Sur les chemins de Compostelle" de l'émission Des Racines et Des Ailes - Saint-Jacques-de-Compostelle
Fabienne Bodan avec l’équipe de tournage du documentaire « Sur les chemins de Compostelle » – Saint-Jacques-de-Compostelle – Des Racines et Des Ailes – France 3 – Juillet 2018. Avec, de gauche à droite Christophe Astruc (caméraman), Caroline Conte (Réalisatrice) et Fred Klein (ingénieur du son).

Une Bretonne Sur les chemins de Compostelle pour Des Racines et des Ailes

Des Racines et Des Ailes. France 3 diffusera le mercredi 4 septembre 2019 à 20h50 un documentaire de 110 minutes, intitulé Sur les chemins de Compostelle. Présentée par Carole Gaessler, l’émission met l’accent sur l’histoire et le patrimoine naturel et architectural. Tout en conjuguant proximité et ouverture sur le monde. Les reportages font appel à des passionnés, professionnels de la culture ou acteurs de leur propre histoire. Ils permettent d’établir le lien entre le passé et le présent. Fabienne Bodan, une bretonne voyageuse et pèlerine de Compostelle, est le fil rouge du reportage. Elle est l’auteure du Guide des chemins de pèlerinage du monde (480 pages), paru fin octobre 2018 aux Éditions Ouest-France, et du Guide des chemins de pèlerinage en Europe (544 pages), à paraître fin octobre 2019 toujours chez le même éditeur. Elle anime les sites web Pèlerins de Compostelle et Chemins vers le Sacré.

Tournage à Saint-Jacques-de-Compostelle, fin juillet 2018. En haut à gauche, le bosque encantado (le bois enchanté), sur le camino inglés, où nous débuterons le tournage. À droite en haut, Fabienne et son amie Katherine, une jeune allemande rencontrée sur le camino inglés. En bas à gauche, le botafumeiro, encensoir géant de la cathédrale galicienne, très populaire chez les pèlerins. Et enfin, en bas à droite, la statue de l’apôtre Saint-Jacques entourée de ses deux disciples Théodore et Athanase.

Du chemin intérieur vers l’aide aux pèlerins

Le 5 mai 2012, Fabienne Bodan effectue dans la cathédrale du Puy-en-Velay ses premiers pas sur les chemins de Compostelle. Elle atteint Saint-Jacques-de-Compostelle au bout de 68 jours de marche, répartis en 4 périodes au cours de la même année. Elle rêve de découvrir la tombe de l’apôtre Jacques le Majeur le jour de ses 50 ans. La bretonne est une grande voyageuse, mais, au début de son aventure, ne se revendique ni randonneuse, ni pèlerine. Elle apprend en marchant. Au départ, elle doute, comme beaucoup, de sa capacité physique et morale à relever un défi de 1600 kilomètres à pied. Au bout de trois jours, sans savoir l’expliquer, elle a déjà l’intime conviction qu’elle ira jusqu’au bout.

On ne sait jamais ce que va nous réserver le chemin. Ici, le 5 mai 2012, Fabienne Bodan au départ de la Via Podiensis, ignore en tout point jusqu’où la conduira cette aventure.

4000 kilomètres sur les chemins de Compostelle

Devant la statue de Saint-Jacques et la Vierge Noire de la cathédrale du point de départ de la Via Podiensis, Fabienne Bodan était bien loin d’imaginer que, 6 ans plus tard, elle aurait parcouru 4000 kilomètres sur les chemins de France, d’Espagne et du Portugal. Vécu toutes ces magnifiques rencontres qui ont bouleversé sa vie. Accueilli des centaines de candidats au départ dans le cadre de sa mission annuelle de bénévolat au bureau des pèlerins de Saint-Jean-Pied-de-Port. Conçu deux sites internet, Pèlerins de Compostelle (mars 2015) et Chemins vers le Sacré (novembre 2018), dont le plus ancien enregistre 20000 visites par mois.

En 2018, Fabienne Bodan récolte les fruits d’un travail au service des pèlerins de plusieurs années. Elle publie aux Éditions Ouest-France le Guide des chemins de pèlerinage du monde, un ouvrage inédit présentant 800 itinéraires dans 43 pays sur les 5 continents. Et elle participe au tournage d’un documentaire de 110 minutes sur les chemins de Compostelle pour l’émission de France 3, Des Racines et des Ailes. En haut à droite, le jour de l’arrivée de son ouvrage chez elle, en Bretagne. À droite, en bas , dans l’avion qui survole la voie de Vézelay. En bas à gauche, lors du tournage sur la première étape du camino francés, entre Saint-Jean-Pied-de-Port et Roncevaux, avec Caroline Conte (réalisatrice), Christophe Astruc (caméraman) et Fred Klein (ingénieur du son).

2018, un premier livre sur les chemins de pèlerinage et le tournage d’un documentaire

Les chemins de Compostelle sont guérisseurs et transformateurs. Nul n’en revient indemne. Au retour, la vie prend souvent des tournures inattendues. Pour la bretonne qui se qualifie désormais de randonneuse et pèlerine, Saint-Jacques a réouvert les portes de la communication. 2018 a couronné les efforts consentis depuis plusieurs années. Fabienne Bodan a publié en octobre 2018 son Guide des chemins de pèlerinage du monde de 480 pages et 800 itinéraires. Et Saint-Jacques l’a doublement bénie. Non seulement, elle a bénéficié de l’enthousiasme et de la bienveillance de toute l’équipe des Éditions Ouest-France. Mais deux jeunes réalisatrices, Caroline Conte et Mélodie Proust, lui ont offert d’être le fil rouge d’un documentaire de près de deux heures sur les chemins de Compostelle.

Tournage au bureau des pèlerins de Saint-Jean-Pied-de-Port, où la même équipe se retrouve pour la quatrième année consécutive pendant une semaine (photo en haut à droite, et de gauche à droite : Yves (Saint-Jérôme, Québec), Maria (Madrid, Espagne), Maïté (Portugalete, Espagne), Alain (Dax, France), Fabienne (Lorient, France).

Une bretonne fil rouge d’un documentaire Des Racines et des Ailes

Tout a commencé par un coup de téléphone en février 2018. Les co-réalisatrices pour Des Racines et des Ailes ont découvert son site web Pèlerins de Compostelle. Une seule chose compte aux yeux de l’animatrice du site et de sa page Facebook de même nom. Donner généreusement informations et contacts pour aider les jeunes femmes à comprendre un peu plus l’esprit du chemin. Exercice ô combien délicat pour ceux qui n’ont jamais vécu cette aventure. Deux mois plus tard, Caroline et Mélodie lui proposent d’être le fil rouge du reportage. Elles font le déplacement en Bretagne pour lui présenter leur projet. Autour d’un repas de crêpes et d’une bolée de cidre, les journalistes lèvent le voile sur le scénario.

Survol en avion de la Via Lemovicensis et des cités patrimoniales de Vézelay et La Charité-sur-Loire. Photo en haut à gauche, et de gauche à droite : Fabienne Bodan, Bernard Cazdepats (caméraman), Mélodie Proust (réalisatrice) et Gérald Ducoin (pilote).

Un tournage en trois volets

La lorientaise croit vivre un rêve. Les réalisatrices lui proposent trois lieux de tournage différents. Nous partirons tout d’abord en Galice, à Saint-Jacques-de-Compostelle et Fisterra. Puis à Vézelay pour un survol en avion de la Via Lemovicencis. Et enfin à Saint-Jean-Pied-de-Port, pour témoigner du rôle majeur des anciens pèlerins bénévoles qui donnent de leur temps chaque année pour accueillir les pèlerins dans les bureaux d’information et les gîtes. À ce stade, et avant la diffusion du documentaire, nous n’en dirons pas plus, pour préserver l’effet de surprise. Mais toutes ces photos vous donneront déjà un avant-goût de l’atmosphère très conviviale et chaleureuse du tournage.

Survol en avion de la Via Lemovicensis et des cités patrimoniales de Vézelay et La Charité-sur-Loire. Préparation de l’avion et fixation des caméras GoPro sur l’aile droite et à l’intérieur de l’avion. Avec Bernard Cazdepats (caméraman), et Gérald Ducoin (pilote).

Tournage du documentaire "Sur les chemins de Compostelle" - Des racines et des Ailes Saint-Jean-Pied-de-Port 28082018 © Bertrand DEBEURET
La Bretonne Fabienne Bodan sur le tournage du documentaire « Sur les chemins de Compostelle » de l’émission Des racines et des Ailes, de Saint-Jean-Pied-de-Port à Roncevaux, 28.08.2018. Avec Caroline Conte (réalisatrice) et Christophe Astruc (caméraman) © Bertrand DEBEURET – https://www.air-buzz.com
Des Racines et des Ailes - France Télévisions (France 3)
Des Racines et des Ailes – France Télévisions (France 3)

Sur les chemins de Compostelle – Des Racines et des Ailes – France 3 – Mercredi 4 septembre 2019 – 20h50 – Présentation : Carole Gaessler -Réalisation : Caroline Conte et Mélodie Proust

En savoir plus…

Le reportage « Sur les chemins de Compostelle » des Racines et des Ailes dans la presse

Survol de la via Lemovicensis - Fabienne Bodan et le Tournage du documentaire "Sur les chemins de Compostelle" - Des Racines et des Ailes
La Bretonne Fabienne Bodan participe au tournage du documentaire « Sur les chemins de Compostelle » de l’émission Des Racines et des Ailes. Ici pour un survol de la via Lemovicensis. Avec Mélodie Proust, réalisatrice. 09.2018 © Fabienne Bodan

AVERTISSEMENT

Cet article est un et indivisible. Vous êtes invités à le partager dans son intégralité à condition d’en citer la source (site http://pelerinsdecompostelle.com). En aucun cas, vous n’êtes autorisés à en extirper des extraits et à les publier sans en citer la source.

Copyright Fabienne Bodan & http://pelerinsdecompostelle.com

L’église Saint-Loup de Vialotte refuge pour les pèlerins de Compostelle

Crédit photo : https://clochers.org / Jean-Paul ORDONEZ.

Une église fermée depuis 40 ans transformée en refuge pour pèlerins

Elle était fermée depuis les années 1980 à cause des dégradations à l’intérieur de l’édifice. L’église Saint-Loup de Vialotte (commune de Saint-Gor), rénovée par la Société landaise des amis de Saint-Jacques, est devenue un refuge pour les pèlerins qui se rendent à Saint-Jacques-de-Compostelle par la voie de Vézelay. C’est le septième refuge créé par l’association dans le départements des Landes. À droite et à gauche, en entrant dans la nef, on trouve des lits superposés installés dans de petites chambres. D’autres couchages se trouvent à l’étage. L’hospitalier dispose d’une petite cuisine pour préparer les repas des pèlerins. La présentation de la credencial est obligatoire pour accéder à ce refuge.

Un refuge bienvenu pour des étapes plus courtes

L’implantation de ce nouveau refuge répond à la demande des pèlerins qui trouvaient l’étape Captieux-Roquefort un peu longue (36 kilomètres) et qui peuvent aujourd’hui faire halte à 25 kilomètres de Captieux et 15 de Roquefort.

Basilique Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay © Fabienne Bodan
Basilique Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay © Fabienne Bodan

Carte d’identité de l’hébergement

Découvrez un guide UNIQUE sur les chemins de pèlerinage du monde !

Couverture Guide des Chemins de pèlerinage du monde de Fabienne Bodan (Éditions Ouest-France)

Découvrez l’ouvrage le plus complet jamais réalisé sur les chemins de randonnée vers le sacré sur les 5 continents. À pied, à vélo, à cheval et parfois même en bateau. 800 chemins, 480 pages, 43 pays, 315 photos, 55 cartes, 775 lieux sacrés. Fabienne Bodan, l’auteure, est également la créatrice de ce site Pèlerins de Compostelle et de la page Facebook qui l’accompagne. Vous pouvez vous procurer l’ouvrage chez votre libraire ou directement en ligne, si vous souhaitez recevoir un exemplaire dédicacé. Pour en savoir plus, parcourez le site dédié aux ouvrages de l’auteure.

AVERTISSEMENT

Cet article est un et indivisible. Vous êtes invités à le partager dans son intégralité à condition d’en citer la source (site http://pelerinsdecompostelle.com). En aucun cas, vous n’êtes autorisés à en extirper des extraits et à les publier sans en citer la source.

Copyright Fabienne Bodan & http://pelerinsdecompostelle.com

De Saint-Jean-Pied-de-Port à Roncevaux les dangers de la montagne

La montagne ne pardonne pas

Accueillant au bureau des pèlerins de Saint-Jean-Pied-de-Port

Les accueillants du bureau des pèlerins de Saint-Jean-Pied-de-Port sont là pour vous informer des conditions météo sur l’étape de montagne vers Roncevaux © Fabienne Bodan

Chaque année, des pèlerins épuisés, perdus, incapables d’avancer plus loin font appel aux pompiers espagnols pour venir les secourir sur la première étape du camino francés, entre Saint-Jean-Pied-de-Port et Roncevaux. Si depuis 2015, le col de Lepoeder (la route Napoléon), est fermée entre le 1er novembre et le 31 mars, la majorité des interventions ont eu lieu entre mars et fin mai : c’est la période pendant laquelle une météo inattendue surprend le plus les marcheurs (neige, froid…). Ils ne sont plus équipés pour les températures hivernales. À ce jour, les pompiers navarrais ont secouru 13 pèlerins en 2018, dont 10 dans les 10 derniers jours. Continuer la lecture

Une pèlerine agressée sur les chemins de Compostelle ?

Fisterra, le cap

Cap de Fisterra, kilomètre zéro © Fabienne Bodan

Dernière mise à jour : vendredi 23 février 2018

Agressée entre Fisterra et Saint-Jacques-de-Compostelle ?

Samedi 3.02.2018. Dénudée, commotionnée, frigorifiée et terrorisée. C’est ainsi qu’une pèlerine du Vénézuéla âgée de 50 ans a été secourue par les habitants de Val do Nubra. Elle marchait de Fisterra vers Saint-Jacques-de-Compostelle, où elle devait retrouver sa famille. Elle a expliqué avoir été abordée par deux hommes en voiture, 15-20 km après son départ de Fisterra, menacée, battue, poussée de force sur le siège arrière du véhicule. Continuer la lecture

Revue de presse des chemins de pèlerinage semaine 51 de 2017

Une revue de la presse francophone, anglophone, hispanophone sur les chemins et les pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle, du dimanche 17.12.2017 au samedi 23.12.2017

Johan Depraetere, 100000 km sur les chemins de Compostelle

Johan Depraetere, 100000 km sur les chemins de Compostelle

17.12.2017
Montbard : « En arrivant à Compostelle pour la première fois, j’ai pleuré comme un bébé »
Il est de gens qui ne tiennent pas en place. Johan Depraetère est de ceux-là. À 50 ans, ce marin belge continue de traverser la France pour se rendre à Saint-Jacques-de-Compostelle. Mardi, il a fait étape à Montbard.
http://www.bienpublic.com/edition-haute-cote-d-or/2017/12/17/montbard-en-arrivant-a-compostelle-pour-la-premiere-fois-j-ai-pleure-comme-un-bebe
Article en français Continuer la lecture

Revue de presse des chemins de pèlerinage semaine 50 de 2017

Une revue de la presse francophone, anglophone, hispanophone sur les chemins et les pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle, du dimanche 10.12.2017 au samedi 16.12.2017

10.12.2017

Johan Depraetere, 100000 km sur les chemins de Compostelle

Johan Depraetere, 100000 km sur les chemins de Compostelle

Johan Depraetere a marché au Tréport et à Mers-les-Bains, après 100 000 km pour ses amis disparus en mer
Au Tréport ce lundi 27 novembre 2017, impossible de rater Johan Depraetere. Avec sa belle barbe et son gros sac à dos, il a passé la journée sous la pluie, à pied depuis Dieppe. La météo difficile, il a l’habitude et pour cause : le marin pêcheur belge parcours 4 800 km à pied chaque année depuis 24 ans, pour rejoindre Saint-Jacques-de-Compostelle. « Je fais l’aller et le retour, jusque chez moi, à Ostende. Ça me prend six mois » raconte l’homme de 50 ans avec un fort accent flamand. Ce pèlerinage est d’abord une thérapie pour Johan Depraetere. « En 1992, j’ai perdu deux amis en mer. Moi, j’ai eu beaucoup de chances et je m’en suis sorti ». Le marin ne sort néanmoins pas indemne de cet accident et après plusieurs jours dans le coma, il sombre dans une profonde dépression. « Puis le scoutisme m’a aidé à sortir du trou ». Un premier pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle lui permet de remonter la pente, puis le plaisir de la marche ne le quitte plus….
https://actu.fr/normandie/treport_76711/johan-depraetere-marche-treport-mers-bains-apres-100-000-km-amis-disparus-mer_14385216.html
Article en français Continuer la lecture