Les auberges de pèlerins en Espagne après le Covid-19

Cet article « Les auberges pour pèlerins en Espagne après le Covid-19 » fait le point, à l’aube de l’ouverture des frontières européennes, sur la réouverture des auberges pour pèlerins en Espagne après la crise sanitaire du Covid-19.

Les auberges de pèlerins en Espagne après le Covid-19 : encore un magnifique bâtiment transformé en auberge pour pèlerins…© Fabienne Bodan

La quasi-totalité des auberges des Camino del Levante-Sureste et Camino de la Lana resteront fermés cet été (6 juillet 2020)

  • L’Asociación de Amigos de los Caminos de Santiago del Sureste de Caudete a annoncé que l’auberge Santa Ana de Caudete resterait fermée jusqu’à sécurisation sanitaire complète.
  • Elle recommande à ceux qui envisageaient de marcher sur ces chemins de reporter leurs projets.

Source : Fédération espagnole des associations du Camino de Santiago

L’auberge de Pontevedra réduit sa capacité d’accueil (20 juin 2020)

L'auberge municipale de Pontevedra, chemin portugais
L’auberge municipale de Pontevedra est une grande auberge de deux dortoirs. Des bénévoles s’y relaient pour accueillir les pèlerins. © Fabienne Bodan

L’auberge de pèlerins de Pontevedra, sur le chemin portugais de l’intérieur, a réduit sa capacité d’accueil de 72 à 24 lits. De plus, l’association ne gérera pas l’hébergement des groupes qui souhaitent traverser la ville de Lérez cet été. Le nombre d’hospitaliers va également diminuer de moitié. Ceux qui sont âgés ou présentent un facteur de risque sont exemptés de leurs tâches bénévoles cette année. Le masque est obligatoire, pas pour traverser des bois ou des champs où il n’y a personne, mais dans les villages et lorsque l’on ne peut pas garder ses distances un mètre et demi social recommandé au minimum.

➡️ Source : El Albergue de Pontevedra anula las literas y reduce sus plazas de 72 a 24 (La Voz de Galicia)

L’auberge associative d’Irún restera fermée jusqu’à nouvel ordre (20 juin 2020)

L’Asociación Jacobea Irún-Bidasoa a annoncé dans son bulletin N°30 que l’auberge de pèlerins d’Irún restera fermée jusqu’à nouvel ordre : « La décision a été prise, à notre grand regret, en tenant compte de la situation actuelle de la pandémie provoquée par Covid-19. Bien que faire des prédictions soit très difficile, nous aimerions parler de la fin de la pandémie dans le prochain bulletin et que le Camino commence à être parcouru par des pèlerins pleins d’espoir.« 

➡️ Source : Asociación Jacobea Irún-Bidasoa (sur cette page, vous trouverez les alternatives privées)

Les auberges gérées par l’association de Guipuzcoa resteront fermées en 2020 (16 juin 2020)

L’Asociación de Amigos de los Caminos de Santiago en Gipuzkoa vient d’annoncer que les auberges qu’elle gère sur le Camino Del Norte et le Camino Vasco del Interior resteront fermées durant toute l’année 2020. Elles ne délivreront pas non plus de credentiales. Les hospitaliers étant souvent retraités et d’un certain âge, et les chemins traversant de petits villages aux populations vieillissantes, l’association ne veut prendre aucun risque.

➡️ Source : Page Facebook de l’Associació d’Amics dels Pelegrins A Santiago-Barcelona

L’éditeur du Miam-Miam Dodo publie un état des auberges du Camino francés (16 juin 2020)

L’équipe du célèbre Miam-Miam Dodo a contacté les hébergeurs du Camino francés pour faire le point sur leurs dates d’ouverture. La page est mise à jour en permanence.

➡️ Source : Le site chemindecompostelle.com de l’éditeur des Guides Miam-Miam Dodo

Ouverture du bureau des pèlerins de Saint-Jean-Pied-de-Port (15 juin 2020)

Bureau des pèlerins de Saint-Jean-Pied-de-Port
A l’arrivée des trains ou à la réouverture du bureau après les pauses repas, la file d’attente s’étoffe…

Finalement, le bureau situé au 39, rue de la Citadelle ouvrira ses portes le 29 juin 2020.

➡️ Source : Amis chemins de Saint-Jacques de Pyrénées-Atlantiques

La majorité des auberges publiques et paroissiales du chemin navarrais n’ouvriront pas cette année (14 juin 2020)

Auberge de pèlerins de Roncevaux
Les « cabines » 4 places des dortoirs de la colégiale de Roncevaux, récemment refaits à neuf. © Fabienne Bodan

Ces dernières années, le nombre de pèlerins qui traversent la Communauté autonome de Navarre sur le Camino de Santiago est resté stable. Depuis 2010, le nombre de pèlerins annuels dépasse les 55 000. En 2019, ils étaient 57410. Le Chemin aragonais est emprunté par 2 000 personnes, soit 2,72% du total. Rappelons que 347538 pèlerins sont arrivés à Santiago l’an dernier. Jusqu’au 12 mars, 1 336 pèlerins étaient arrivés à Roncevaux. Le gouvernement provincial a contacté 80 auberges, qui ont fait part de « leur incertitude » quant aux prochains mois. La plupart des auberges publiques et religieuses n’ouvriront pas. Les auberges privées n’offriront que la moitié des places généralement disponibles pour s’adapter aux nouvelles mesures de sécurité et d’hygiène.

➡️ Source : Desorientación en Navarra, con el Camino Francés vacío

Les auberges espagnoles hésitent entre ouvrir ou considérer l’année comme perdue (13 juin 2020)

Les distances de sécurité et les mesures de protection sanitaire changeront complètement les relations, les expériences et l’atmosphère de fraternité qui y régnait. Certaines auberges ont décidé de rester closes en 2020. Pour ouvrir, elles devraient consentir un investissement qui ne serait pas rentable : éloignement des lits, fermeture des espaces communs, réduction de la capacité d’accueil.

  • Chaque chambre disposera de solutions hydroalcooliques. Il est également recommandé d’installer des tapis désinfectants à l’entrée. L’espace doit être réorganisé, de sorte que les lits et les lits superposés respectent la distance de sécurité minimale. De plus, des draps et des couvertures ensachés seront fournis dans les chambres communes : le pèlerin devra faire son propre lit et ne pas toucher aux lits des autres clients. Les auberges désinfectent scrupuleusement tout avec de l’eau de Javel depuis des semaines.
  • Pour l’utilisation des toilettes et des douches, toutes les mesures de protection individuelle précédemment utilisées seront nécessaires, comme l’utilisation de tongs.
  • Les ustensiles de cuisine traditionnels seront éliminés et remplacés par des ustensiles jetables (couverts, assiettes et nappes).
  • Les sacs des pèlerins devront au maximum demeurer dans des espaces désinfectés. Il faudra éviter tout contact direct avec les objets de l’auberge. De plus, des sacs en plastique seront fournis aux pèlerins pour y déposer leurs objets.

➡️ Source : Los albergues del Camino de Santiago dudan si abrir o dar el año por perdido

Dates d’ouverture des auberges en Navarre (Camino francés) (15 juin 2020)

Jacotrans, qui transporte les bagages des pèlerins en Espagne, a publié un document sur les dates d’ouverture des auberges espagnoles sur le Camino francés entre Roncevaux et Logroño.

➡️ Source : Jacotrans

Liste provisoire des ouvertures des auberges du Camino primitivo (12 juin 2020)

Cette liste a été élaborée par David Carricondo de l’Auberge de Bodenaya.

Liste provisoire des ouvertures des auberges du Camino Del Norte (12 juin 2020)

L’auberge de Cadavedo a publié une liste provisoire d’auberges du Camino Del Norte. On peut y ajouter l’Albergue Piedad, l’Albergue Boo de Pielagos (après Santander), l’Albergue Viruxe à Ribadeo. Comme pour toutes les listes provisoires, chacun doit rester indulgent et apporter sa pierre à l’édifice en communiquant les informations dont il dispose.

Ouverture de l’auberge de Roncevaux le 2 juillet 2020 (9 juin 2020)

Jean-Louis Aspirot, responsable du bureau des pèlerins de Saint-Jean-Pied-de-Port, annonce la réouverture de l’auberge pour pèlerins de Roncevaux, mais avec seulement 90 lits, soit la moitié de la capacité habituelle.

➡️ Source : Amis des Chemins de Saint-Jacques de Pyrénées-Atlantiques

État des auberges sur le Camino de Madrid (6 juin 2020)

Ray Rosa effectue un énorme travail d’informations sur les chemins espagnols. Elle souligne dans un post du 3 juin que les auberges suivantes n’ouvriront pas en juillet :

  • Acogida Municipal de Tres Cantos, fermé depuis un an
  • La Encomienda de RayyRosa, Acogida Tradicional de Manzanares el Real, fermé
  • Nava de la Asunción, fermé
  • Santa María la Real de Nieva, fermé définitivement 
  • Coca, fermé 
  • Santervas de Campos, fermé 
  • Cuenca de Campos, fermé
  • Melgar de Arriba, fermé

Les mesures sanitaires prises par les auberges (6 juin 2020)

Le gouvernement espagnol et les communautés autonomes travaillent déjà à l’établissement d’un protocole sanitaire contre Covid-19 qui permettra la réouverture des abris de manière sûre pour éviter la contagion des pèlerins. L’Institut pour la qualité du tourisme espagnol (ICTE) a édité un guide de mesures pour réduire la contagion par le coronavirus. Chaque auberge édictera des mesures de sécurité spécifiques, en respectant une série de règles de base :

  • Distance de sécurité : 1,5 – 2 mètres entre les employés et les clients ;
  • Lavage des mains et protection individuelle : se laver fréquemment les mains à l’eau et au savon, ou à l’aide d’une solution désinfectante. Porter gants et masques.
  • Ventilation et désinfection fréquentes des différentes zones de l’auberge, des objets à usage personnel (lunettes, mobile…), des éléments du poste de travail (écran, clavier…) . Douches et les toilettes, boutons, robinets, etc. seront nettoyés fréquemment.
  • Réception : éviter tout contact physique entre hospitaliers et pèlerins ; désinfecter la zone d’accueil (solution désinfectante, pulvérisateur désinfectant pour chaussures, sacs à dos, etc.). Il est également recommandé de placer des tapis désinfectants à l’entrée ; garantir la distance de sécurité à tout moment (si impossible, ajouter des cloisons de sécurité ou porter un masque) ; poser des marqueurs de distance bien visibles au sol ; privilégier le paiement par carte et faciliter la réservation ; supprimer tous les éléments ts décoratifs, brochures et documents d’information.
  • Chambres et dortoirs : chaque chambre aura des solutions hydroalcooliques et si possible, des tapis désinfectants à l’entrée de chacune ; réorganiser l’espacepour que les lits respectent la distance de sécurité minimale ; draps et couvertures ensachées seront fournis dans les chambres communes, afin que le pèlerin fasse son propre lit et ne touche pas les lits des autres clients.
  • Toilettes et douches : des distributeurs de solution désinfectante doivent être proposés dans toutes les chambres de l’auberge, les toilettes et les douches, de même que des distributeurs individuels de savon et de papier dans tous les services ; les pèlerins devront utiliser des chaussures appropriées (tongs…).
  • Cuisine et salle à manger : la cuisine doit être désinfectée après chaque utilisation. En cas d’impossibilité de le faire, elle devra rester fermée. Les pèlerins y entreront à tour de rôle. Des gels désinfectants sont à leur disposition. Les ustensiles de cuisine traditionnels seront éliminés et remplacés par des ustensiles jetables (couverts, assiettes et nappes). Les éléments décoratifs, cartes, menus partagés et autres produits en libre-service seront supprimés des tables. On privilégiera les dosettes jetables à usage unique.
  • Parties communes : les établissements disposeront de solutions désinfectantes dans tous les lieux de passage ; les poubelles doivent avoir une ouverture non manuelle et un sac intérieur ; tous les produits laissés par les clients dans l’auberge seront jetés ; des solutions désinfectantes seront installées à côté des distributeurs automatiques.
  • Transport de sacs à dos : les bagages de tous les pèlerins resteront dans des espaces fréquemment désinfectés ; le contact avec les sacs à dos des clients et autres effets personnels tels que des bottes ou des bâtons doit être évité, des sacs en plastique seront donc fournis pour qu’ils puissent déposer leurs objets à l’intérieur.

EN savoir plus

L’Association des Municipalités du Camino de Santiago (AMCS), en collaboration avec la Fraternité internationale du Camino de Santiago (FICS) et l’Association des auberges traditionnelles de Castilla y León, a élaboré début mai 2020 un document (en espagnol) proposant des normes et mesures sanitaires dans la perspective de la réouverture des auberges pour les pèlerins du Camino de Santiago. Cet article reprend les principaux éléments de ce protocole.

➡️ Sources : ¿Qué medidas han tomado los albergues para hacer más seguro el Camino de Santiago tras el COVID-19? ; Los Municipios del Camino presentan su Protocolo de Actuación para los Albergues de peregrinos ante la Covid-19

Le manque de pèlerins met en danger l’économie des villes du Camino (5 juin 2020)

En 2019, en haute saison, plus de 300 pèlerins ont traversé quotidiennement la frontière entre La Rioja et Castilla y León sur le Camino francés. Cette année, ils n’ont pas encore commencé à arriver. De nombreux établissements ont déjà décidé de ne pas ouvrir. À Redecilla del Camino par exemple, de nombreuses auberges ont décidé de fermer jusqu’à l’année prochaine. Pour ouvrir, elles devraient consentir un investissement qu’elles ne pourraient amortir. Tous s’accordent à dire que, même si le tourisme national augmente, 85% des pèlerins sont étrangers. Ils espèrent que 2021, année sainte, ramènera la lumière sur le chemin des étoiles.

➡️ Source : La falta de peregrinos pone en riesgo la economía de los pueblos del Camino

Il faudra réserver au préalable dans les auberges du Camino Primitivo (4 juin 2020)

Les auberges du Camino Primitivo (Oviedo, Las Regueras, Grado, Salas, Tineo, Allande et Grandas de Salime) recevront les pèlerins sur réservation préalable. Le président de l’association des amis du Camino de Santiago del Norte, Laureano Víctor García, a demandé hier à la Direction générale de la culture l’informatisation des réservations avec un même système informatique pour toutes les auberges. « Cela facilitera les statistiques et servira à contrôler les pèlerins », souligne-t-il.

➡️ Source : Los albergues del Camino Primitivo, con reserva previa (Fédération espagnole des amis du Camino de Santiago & La Nueva España)

L’auberge paroissiale de Grañon fermée au moins jusqu’en octobre 2020 (3 juin 2020)

Les auberges de pèlerins en Espagne après le Covid-19 : le petit rituel d’avant-repas à Grañon (camino francés), mené par les hospitaliers.

L’auberge paroissiale de San Juan Bautista à Grañón restera fermée tout l’été pour le moment jusqu’en octobre, selon l’évolution de la pandémie. Les personnes âgées du village restent la priorité de la paroisse : « nous voulons encourager les pèlerins, avant de se lancer à marcher cet été, à penser non plus au risque qu’ils encourent eux-mêmes, mais à celui qu’ils peuvent faire courir aux personnes âgées des villages. Nous vous demandons de vous demander si dans ces conditions, cela vaut la peine de se lancer dans ce pèlerinage. Si vous décidez de marcher, prenez toutes les précautions possibles. »

➡️ Source : page Facebook Albergue /Hospital de peregrinos de San Juan Bautista. Grañón. La Rioja

La Fédération espagnole partisane d’une ouverture seulement aux Espagnols dans un premier temps

La capacité des auberges sera réduite au tiers de la capacité d’accueil habituelle, selon la Fédération espagnole des amis du Camino de Santiago, qui s’inquiète de l’annonce d’une ouverture internationale du Camino le 1er juillet. La Fédération souligne également sa préoccupation concernant la sécurité des bénévoles accueillants.

La Fédération espagnole est favorable à l’ouverture de la route jacquaire aux pèlerins nationaux dans un premier temps. Elle s’inquiète de l’annonce que les étrangers seront autorisés à partir du 1er juillet. « Nous considérons toujours qu’il faudrait une première phase, exclusivement avec les pèlerins nationaux. Elle permettrait de vérifier et de consolider les mesures à appliquer. » Dans le guide préparé par l’Institut pour la qualité du tourisme espagnol (ICTE), les recommandations axées sur les auberges s’adressent aux établissements touristiques. De l’avis de la Fédération, elles ne prennent pas en compte la réalité des auberges traditionnelles. « Nous pensons que pèlerin et touriste ne sont pas pareils, il convient de ne pas les confondre« . La Fédération prévient que la capacité des auberges sera réduite au tiers, ce qui pourrait engendrer des problèmes d’hébergement.

la fédération espagnole plaide pour une restriction aux pèlerins nationaux dans un premier temps

Elle exige également des protocoles d’action clairs. « Si quelque chose se produit, un protocole d’action doit être entièrement défini. Nous ne devons pas seulement offrir des abris sûrs. Il faut faire prendre conscience au pèlerin que sa responsabilité individuelle est fondamentale en ce moment ». Et bien qu’ils reconnaissent la nécessité économique de réactiver le Camino, ils insistent sur le fait que le Camino n’est pas un package touristique, « mais un pèlerinage ». La Fédération a aussi exprimé sa préoccupation concernant la sécurité des bénévoles de l’accueil, qui « jouent un rôle fondamental dans la conservation et la transmission des valeurs jacquaires, en partageant leurs connaissances et leurs expériences. Beaucoup sont des sujets à risque en raison de leur âge. » Il est également vital de garantir la sécurité des habitants des communes traversées.

➡️ Source : Las asociaciones piden que la apertura del Camino de Santiago se haga por fases ; Amigos del Camino, partidarios de una « primera fase » de apertura « exclusivamente con peregrinos nacionales »

Les auberges de pèlerins se préparent à ouvrir (2 juin 2020)

Près des 3/4 des auberges devraient prochainement ouvrir en Espagne, les 15 ou 22 juin, ou encore 1er juillet. Leurs installations seront adaptées aux nouvelles réglementations et recommandations sanitaires. Le nombre de places sera restreint. Dans certains cas, les tarifs augmenteront modérément. La plupart des auberges, publiques ou privées, fonctionneront sur réservation préalable pour un meilleur contrôle des capacités.

  • Le 22 juin, les Espagnols pourront à nouveau circuler sur tout leur territoire, sauf décision contraire de certaines Communautés autonomes.
  • Le 1er juillet, l’Espagne ouvrira à nouveau ses frontières aux pays voisins.

DES AUBERGES AUX CAPACITÉS LIMITÉES

En raison des capacités limitées, cheminer nécessitera plus de planification et de responsabilité de la part des pèlerins pour éviter les situations délicates, notamment dans les petites villes : la réserve sera recommandée, même si c’est dans la matinée le jour même. Les pèlerins devront également respecter la nouvelle réglementation en matière d’hébergement. Ils faciliteront ainsi le travail des hospitaliers.

Toutes les auberges N’ouvriront pas cette année

Certaines associations gestionnaires de refuges ont décidé d’ouvrir prochainement. D’autres ne le feront que l’année prochaine. Il en va de même pour les refuges municipaux, même si nombreux sont ceux qui n’ont pas encore pris de décision en attendant de voir comment la situation évoluera.

les auberges de la xunta de galicia

La Galice a investi 7 millions d’euros pour adapter ses 72 auberges à la nouvelle réalité sanitaire. Il circule des bruits sur la création d’une centrale de réservation. Leur intention serait d’ouvrir prochainement, mais aucune date n’est pour l’instant avancée. Au Portugal, l’épidémie a frappé moins durement. Pas mal d’auberges sont ouvertes depuis quelques semaines. D’autres attendent l’arrivée des pèlerins pour ouvrir leurs portes.

les étrangers viendront-ils sur les chemins espagnols cet été ?

Rien n’est moins sûr. En effet, certains pays incitent leurs ressortissants à des vacances à l’intérieur de leurs frontières, pour soutenir leur tourisme national. C’est le cas, par exemple, de la France ou de l’Italie. Des enquêtes indiquent que les 2/3 des Allemands ne prendront pas l’avion cette année et opteront eux aussi pour un tourisme local. Si les frontières devraient ouvrir prochainement entre un certain nombre de pays européens, il faudra probablement attendre pour les contrées plus lointaines. Ajoutons à cela que la peur de la contagion pourrait en freiner plus d’un, à commencer par les Espagnols durement touchés par cette crise sanitaire.

➡️ Source : Los albergues de peregrinos se preparan para abrir (Gronze)

Liste provisoire d’ouverture d’auberges sur le Camino del Norte (29 mai 2020)

➡️ Source : Hospitaleros Camino del Norte

Les auberges entre Saint-Jean-Pied-de-Port et Pampelune (29 mai 2020)

Bureau des pèlerins de Saint-Jean-Pied-de-Port
Le bureau des pèlerins de Saint-Jean-Pied-de-Port est situé 39, rue de la Citadelle

Jean-Louis Aspirot, responsable du bureau des pèlerins de Saint-Jean-Pied-de-Port, a interrogé les hébergeurs de cette zone quant à leurs intentions d’ouverture au 1er juillet : « À Espinal, Zubiri, Larrasoaña, Pamplona, 95 % ne vont pas ouvrir leurs portes à cette date (protocole imposé par l’état espagnol trop contraignant et impossible à appliquer) au dire des hebergeurs. Certains ouvriront peut être…… en septembre. À cette heure, Roncevaux n’a encore rien décidé ».

➡️ Source : Accueil des amis de Saint-Jacques de Saint-Jean-Pied-de-Port

DEUX GUIDES INÉDITS POUR PRÉPARER VOS FUTURES RANDONNÉES

Vous avez aimé les chemins de Compostelle ? Aimeriez-vous parcourir d’autres itinéraires vers Saint-Jacques-de-Compostelle ? Cherchez-vous des idées pour vos prochains itinéraires de randonnée ? Sur les cinq continents (Europe, Asie, Amérique, Océanie, Afrique) ? Ou spécifiquement en Europe, tellement le vieux continent fourmille de propositions d’évasion ? Fabienne Bodan, pèlerine, voyageuse et journaliste, a concocté pour VOUS ces deux guides INÉDITS. Ils s’adressent aux randonneurs, pèlerins et voyageurs. Pour 30€ seulement, chacun d’entre eux, joliment illustré de nombreuses photos et de cartes de synthèse originales, vous dévoilera une multitude de sentiers inconnus empruntant les anciennes voies de pèlerinage. Sous trois angles : historique, pratique, sacré.

Elle avait publié fin octobre 2018 de l’ouvrage le plus complet jamais réalisé sur les chemins de randonnée vers le sacré sur les 5 continents. Fabienne Bodan vous propose depuis fin octobre 2019 un nouvel ouvrage consacré aux itinéraires en Europe. À pied, à vélo, à cheval et parfois même en bateau. Le Guide des chemins de pèlerinage du monde et le Guide des chemins de pèlerinage d’Europe comptent chacun 800 chemins. L’auteure est également la fondatrice du site Pèlerins de Compostelle et de la page Facebook qui l’accompagne. Vous pouvez vous procurer ces ouvrages chez votre libraire ou directement en ligne, pour le Guide Europe PAR ICI et le Guide Monde PAR LÀ, si vous souhaitez recevoir un exemplaire dédicacé. Pour en savoir plus, parcourez le site dédié aux ouvrages de l’auteure.

AVERTISSEMENT

Cet article est un et indivisible. Nous vous invitons à le partager dans son intégralité à condition d’en citer la source (site http://pelerinsdecompostelle.com). En aucun cas, vous ne pouvez en extirper des extraits et à les publier sans en citer la source.

Copyright Fabienne Bodan & http://pelerinsdecompostelle.com

Les guides de Gérard du Camino sur les chemins de Compostelle

Qu’est-ce qu’un bon guide pour partir sur les chemins de Compostelle ?

"<yoastmark

Une liste des hébergements, commerces et services ? Le descriptif détaillé de l’itinéraire, assorti des profils et des cartes des étapes ? Une présentation du patrimoine et des activités culturelles et gastronomiques à découvrir sur la route ? Un peu de tout cela ? Quel est pour vous le format idéal ? Un tout petit format qui tient dans la poche comme le proposent les Editions Rother (ou l’éditeur allemand Outdoor, mais uniquement dans la langue de Goethe) ? Un format plus grand et moins épais dont vous déchirez (moins je ne peux pas, sacrilège !) au fil des étapes les pages déjà utilisées ? Continuer la lecture

Camino de Madrid : étape 4, de Mataelpino à Cercedilla

De Mataelpino à Cercedilla, une courte étape d’une vingtaine de kilomètres avec les montagnes en point de mire avant d’attaquer la seule étape difficile de ce chemin de Madrid, celle qui franchit le col de la Fuenfria (1795 mètres). Aujourd’hui, une jeune trentenaire coréenne, Kim, a rejoint le trio. Elle apprécie la cuisine européenne, et sa gourmandise n’a rien à envier à celle de mes deux compagnons Christa et Jacques. Traditionnellement, le dimanche est le jour des « churros » dans notre trio (et tout particulièrement pour le duo qui m’accompagne !). Kim n’est pas en reste. Le quatuor s’offre une halte chocolatée, grasse et sucrée à Navacerrada, station de ski très fréquentée par les Madrilènes !

Et aussi la vidéo de notre jeune coréenne, Kim pour la même étape :

VOIR la fiche d’information sur mon hébergement à Cercedilla

Camino de Madrid : étape 3, de Colmenar Viejo à Mataelpino

Aujourd’hui, seconde étape du Camino de Madrid, entre Colmenar Viejo et Mataelpino…sous la pluie (battante à certains moments). Un chemin de sable et de pierres, bordé d’un mur de pierres, avec les montagnes enneigées se rapprochant à chaque pas. Le trio des Mousquetaires de la Via de la Plata s’est reformé pour l’occasion, et nous dédions ce chemin à nos amis Québécois Rachel et Jean-Paul, initiateurs de ce projet auquel ils ont du renoncer.

A la sortie de Colmenar Viejo...

A la sortie de Colmenar Viejo…

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas, dit l’adage. Depuis notre arrivée à Madrid, la météo virevolte et nous montre toutes ses facettes. 10 degrés les premiers jours, une température à enfiler toutes nos épaisseurs. Puis soudain 17 à 18 degrés pour une première étape ensoleillée. Après une nuit confortable, un dîner raffiné pour la modique somme de 12 euros et un petit déjeuner copieux, la pluie marque cette seconde journée. Nous envisagions de nous arrêter à Manzanares, mais l’albergue parroquial est désormais fermée.

Pont médiéval entre Colmenar Viejo et Manzanares El Real. © Fabienne Bodan

Pont médiéval entre Colmenar Viejo et Manzanares El Real. © Fabienne Bodan

Alors nous marcherons jusqu’à Mataelpino, où nous retrouverons un logement plus adapté au porte-monnaie des pèlerins : l’albergue municipale, en plein centre du village, propose 16 lits en dortoir pour 8 euros la nuit. Nous n’avons pas encore retrouvé les automatismes du chemin, peinant à retrouver rapidement les affaires dont nous avons besoin. Le chemin conduisant à Manzanares est composé de sable et de pierres. Il commence à prendre progressivement de l’altitude : dans deux jours, nous franchirons le point le plus haut de tous les chemins jacquaires espagnols, le Puerto de la Fuenfria, 1795 mètres. Il semble encore enneigé. Mais après-demain est un autre jour…La pluie ne se lasse pas de tomber toute la journée, parfois presque imperceptible, parfois battante. Mais le pèlerin marche sous tous les temps. Nous nous réfugions dans un bar de Manzanares juste avant la chute de trombes d’eau. Le serveur se fait pressant. Nous n’avons pas eu le temps de déposer nos sacs qu’il souhaite enregistrer notre commande. Il nous faut nous réchauffer. Nous sommes déjà très humides. Tortillas, croquetas de patatas, pincho de jamon serano accompagnés d’une boisson chaude et nous sommes prêts à affronter à nouveau le mauvais temps. Qui, étranger à ces chemins, peut comprendre ce qui pousse un marcheur à braver les intempéries, plutôt que de rester confortablement au chaud ?

Au loin, les premières cimes enneigées, avant d'arriver à Mataelpino. © Fabienne Bodan

Au loin, les premières cimes enneigées, avant d’arriver à Mataelpino. © Fabienne Bodan

Nous avons rencontré Kim au Gran Hostal Chiscon de Colmenar Viejo. Pas difficile d’identifier un pèlerin ! Cette jeune femme coréenne se promène avec une Go Pro et propose sur You Tube des images de ses étapes. En coréen, certes, mais on peut toujours admirer les images !

VOIR la fiche d’information sur mon hébergement à Mataelpino

Camino de Madrid : étape N°2, de Fuencarral à Colmenar Viejo

Dès la sortie de Fuencarral (donc de la banlieue madrilène), l’on chemine en pleine nature sur des sentiers. Le Camino de Madrid est extrêmement bien balisé, surtout jusqu’à la province de Valladolid, et d’une flèche (ou borne) on aperçoit la suivante. Impossible donc de se tromper.

Camino de Madrid, étape N°2, au départ de Fuencarral, le "Camino de Canada" © Fabienne Bodan

Camino de Madrid, étape N°2, au départ de Fuencarral, le « Camino de la Canada » © Fabienne Bodan

Vous avez pu lire la genèse de ce nouveau projet de camino, dont l’initiative revenait à un couple d’amis québécois, Rachel et Jean-Paul. Ils ont du renoncer à ce projet en dernière minute pour raison de santé, aussi lorsque nous lisons Camino de la Canada, nous avons une pensée émue pour eux

Camino de Madrid, étape N° 2 : dès la sortie de Fuencarral, l'on chemine sur des sentiers en pleine nature © Fabienne Bodan

Camino de Madrid, étape N°2 : dès la sortie de Fuencarral, l’on chemine sur des sentiers en pleine nature © Fabienne Bodan

Nous avons découpé nos premières étapes un peu différemment. Je préfère commencer en douceur, et cela nous a permis d’éviter deux étapes de respectivement 27 (Tres Cantos à Manzanares) et 33 kilomètres (Cercedilla à Segovia) lors des 4 premiers jours. En outre, l’auberge pour pèlerins (paroissiale) est désormais fermée. D’où l’idée d’un petit entraînement pour sortir de Madrid (jusqu’à Fuencarral) et pouvoir y repasser une soirée avant de se lancer définitivement dans le camino, et une seconde étape de Fuencarral à Colmenar Viejo (23,8 kms), une troisième de Colmenar Viejo à Mataelpino (22,8 kms) et une quatrième de Mataelpino à Cercedilla (15 kilomètres), avant d’attaquer la montée vers le Puerto de la Fuenfria (1795m) et la seule étape éprouvante de ce chemin, de Cercedilla à Segovia (33 kms).

Le première borne kilométrique du Camino de Madrid (il faut y rajouter une quinzaine de kilomètres pour un départ du centre de la capitale espagnole © Fabienne Bodan

Le première borne kilométrique du Camino de Madrid (il faut y rajouter une quinzaine de kilomètres pour un départ du centre de la capitale espagnole) © Fabienne Bodan

Premier « Mojon« . Souriez, vous êtes de retour sur le camino, ses « flechas amarillas et ses mojones (bornes kilométriques). Ici, tout est intact. Pas de tags, pas de pillage de plaques. L’avantage d’un chemin peu fréquenté !

Premier franchissement d'un arroyo à gué, entre Très Cantos et Colmenar Viejo. Les blocs de granit facilitent le passage © Fabienne Bodan

Premier franchissement d’un arroyo à gué, entre Très Cantos et Colmenar Viejo. Les blocs de granit facilitent le passage © Fabienne Bodan

« En abril, aguas mil« . Selon le dicton espagnol, le mois d’avril marque la pleine saison des pluies. Nous avons été épargnés par la pluie, mais souffert du froid. Les arroyos (ruisseaux) débordent  donc légèrement, et les blocs de granit permettent de les franchir à gué sans difficulté !

Une Via Pecuaria est une voie de transhumance utilisé par les bergers pour mener le le bétail caprin, ovin et bovin d'un lieu traditionnel de pâturage à un autre © Fabienne Bodan

Une Via Pecuaria est une voie de transhumance utilisé par les bergers pour mener le le bétail caprin, ovin et bovin d’un lieu traditionnel de pâturage à un autre © Fabienne Bodan

Première étape sans difficulté, pour se remettre dans l’ambiance du chemin. C’est plat, sans asphalte, tranquille, peu fréquenté (nous ne sommes que trois), bien balisé. A Colmenar Viejo, il n’y a pas d’auberge, mais un hôtel confortable, le Gran Hostal Chiscon. Attention, cependant, car pour un pèlerin solitaire, la note peut être salée (44 euros la nuit, petit-déjeuner inclus).

Pour retourner au SOMMAIRE des RECITS par étape

VOIR la fiche d’information sur mon hébergement à Colmenar Viejo

Camino de Madrid : étape 1, de Madrid à Fuencarral

Pour obtenir le son, activez le haut-parleur dans la bande noire en bas de l’image !

A l’auberge de jeunesse le Cats Hostel de Madrid, non loin de la Puerta del Sol et de la plaza Mayor madrilène, le petit déjeuner n’est servi qu’à partir de 8h. Il n’a rien d’un solide petit déjeuner pour pèlerin : tout y est industriel et sous vide, brioche, croissant, pain de mie, jusqu’à la poudre d’orange digne du Tang de la jeunesse des cinquantenaires. Nous avons parcouru les premiers kilomètres de ce camino de Madrid hier soir, en revenant de notre excursion au cañon del Rio Lobos. Une petite mise en jambe, initialement prévue jusqu’à Fuencarral.

La place de Santiago, point de départ du Camino de Madrid vers Compostelle et du Camino d'Uclès, vers le monastère du même nom © Fabienne Bodan

La place de Santiago, point de départ du Camino de Madrid vers Compostelle et du Camino d’Uclès, vers le monastère du même nom © Fabienne Bodan

C’était sans compter la difficulté de localiser le point de départ. Si certains guides suggèrent un départ de la Puerta del Sol, nous souhaitions un lieu plus symbolique et spirituel. Quoi de plus approprié que de démarrer de l’église de Santiago ?

Eglise de Santiago, plaza de Santiago, non loin du Palacio Real, Madrid © Fabienne Bodan

Eglise de Santiago, plaza de Santiago, non loin du Palacio Real, Madrid © Fabienne Bodan

A la cathédrale, on nous indique qu’elle est située après le Palais Royal. Après quelques tâtonnements, un policier municipal nous indique la direction de l’église recherchée. Une statue de Saint-Jacques nous accueille. Premiers tampons sur nos crédentiales à la sacristie. Premières images de ce nouveau camino. Il est déjà 18h45.

Camino de Madrid. Le premier sello gentiment tamponné dans la sacristie de l'église de Santiago, Madrid. © Fabienne Bodan

Camino de Madrid. Le premier sello gentiment tamponné dans la sacristie de l’église de Santiago, Madrid. © Fabienne Bodan

Calle Mayor. Plaza de Cibeles. Paseo de Recoletos. Et un paseo de la Castellana interminable ! La sortie de ville n’a rien d’enchanteur. Nous nous fixons un challenge : au premier qui trouvera la première flèche jaune de ce chemin. Plaza de Castilla, les tours penchées de Kio. Et soudain, la première flèche. Nous reprenons le métro vers la plaza Mayor. Direction, le Mercado San Miguel, où une multitude de petits stands proposent d’appétissants tapas : empanadas, croquetas, pimientos de Padron, boquerones fritos, pulpo à la plancha, chorizo, jamon serrano, mini-saucissons, de quoi ravir les papilles d’un pèlerin !

Camino de Madrid : la première flèche du chemin, au bout de 6 kilomètres, après les tours penchées...

Camino de Madrid : la première flèche du chemin, au bout de 6 kilomètres, après les tours penchées…

Retour au Sommaire des récits par étape de ce Camino de Madrid

VOIR la fiche d’information sur mon hébergement à Madrid

Copyright Fabienne Bodan http://pelerinsdecompostelle.com 2016

Camino de Madrid : l’arrivée à Madrid

Ce Camino de Madrid fut un chemin court. Je vous propose donc un récit de pèlerinage sous forme de diaporamas, dont la réalisation prend…un certain temps, et s’avère donc difficilement envisageable sur de longs chemins…

Souriez, vous êtes à Madrid, et plus particulièrement sur la Plaza Mayor ! © Fabienne Bodan

Souriez, vous êtes à Madrid, et plus particulièrement sur la Plaza Mayor ! © Fabienne Bodan

11 avril 2016. 17h45. Je décolle de Paris, pour atterrir à Madrid deux heures plus tard. Jacques, lui, s’envole de Nantes. Il arrivera à destination 5 minutes avant moi. Avant d’effectuer nos premiers pas sur le chemin, nous passerons une première journée à Madrid, en attendant Christa. Puis nous partirons pour une petite excursion vers le Cañon del Rio Lobos pour deux jours.

Le Mercado San Miguel, tapas, vino et atmosphère...© Fabienne Bodan

Le Mercado San Miguel, tapas, vino et atmosphère…© Fabienne Bodan

Mais pour commencer notre séjour, nous avons une envie de tapas ou, comme on dit à Madrid, de pinchos. Alors, direction le Mercado San Miguel (voir ma fiche informations pratiques et bonnes adresses).

Mercado San MIguel, Madrid. Empanadas © Fabienne Bodan

Mercado San Miguel, Madrid. Empanadas © Fabienne Bodan

On peut être pèlerin et néanmoins visiteur lorsque l’on ne marche pas, n’en déplaise à celui qui m’a laissé un jour un commentaire lorsque je parlais de la dégustation de tapas et de la visite de Madrid : « alors, on se goinfre et on se balade » ? Je vous laisse apprécier la délicatesse des propos… Et bien, moi, j’aime découvrir les gens, la culture sous toutes ses formes, les monuments, la nature, la gastronomie, (et bien plus encore car je me passionne pour l’énergie des lieux, leur histoire, les relations entre différents lieux dits sacrés), car si je considère ces longues marches comme une aventure intérieure en adéquation avec la nature, j’accorde également beaucoup d’importance aux rencontres et aux moments partagés, à la découverte des villes et villages traversés et à toutes les spécificités du pays ou de la région.

Le Palacio Real de la famille royale espagnole © Fabienne Bodan

Le Palacio Real de la famille royale espagnole © Fabienne Bodan

Du Palais Royal à la Cathédrale Nuestra Señora de la Almudena, il n’y a qu’un pas.

Cathédrale Nuestra Señora de la Almudena, Madrid © Fabienne Bodan

Cathédrale Nuestra Señora de la Almudena, Madrid © Fabienne Bodan

Mon parapluie trouvera, comme moi, porte close face au Palais Royal.

Ce jour-là, mon parapluie se fit volant, s'accrochant aux grilles du Palais Royal madrilène...© Fabienne Bodan

Ce jour-là, mon parapluie se fit volant, s’accrochant aux grilles du Palais Royal madrilène…© Fabienne Bodan

Retour au Sommaire des récits par étape de ce Camino de Madrid

VOIR la fiche d’information sur mon hébergement à Madrid

Copyright Fabienne Bodan http://pelerinsdecompostelle.com 2016