Via de la Plata : Etape N°21, de Aldeanueva del Camino à Calzada de Béjar

I'm singing in the rain. Aujourd'hui, l'une des rares étapes sous la pluie de cette Via de la Plata. © Fabienne Bodan

I’m singing in the rain. Aujourd’hui, l’une des rares étapes sous la pluie de cette Via de la Plata. © Fabienne Bodan

Comme son nom l'indique...une "fontaine du pèlerin". © Fabienne Bodan

Comme son nom l’indique…une « fontaine du pèlerin ». © Fabienne Bodan

26 avril 2015 :

Après 3 semaines de marche depuis Séville, nous avons aujourd’hui marché pour la première fois sous la pluie d’Aldeanueva del Camino à Calzada de Béjar. Notre hôte de l’albergue Alba y Sorraya nous a expliqué que l’hiver avait été très sec, et que la pluie n’a vraiment commencé à tomber que depuis…hier. Nous étions déjà à l’abri lorsqu’elle a fait son apparition. Pour une fois le dicton « En abril, aguas mil » ne s’est pas appliqué. Nous avons quitté aujourd’hui cette magnifique région de l’Extremadura dans laquelle nous cheminions depuis le 4e jour pour entrer dans la région de Castille et Leon. Une fin d’étape en moyenne montagne avec la vision des sommets enneigés sous une météo plus clémente que les premières heures de la journée. Mes chaussures n’étant pas de plus imperméables, j’avais entouré mes chaussettes de sacs plastiques. Pas très respirant comme système, mais cela m’a évité d’arriver avec des chaussettes complètement trempées ! Ici, tous les pèlerins sont déjà couchés, certains à 20h ! Je crois que je vais encore être la dernière. Impossible pour moi de me coucher aussitôt. Je ne suis pas si fatiguée
Mais je profite du calme de l’albergue pour écrire quelques lignes. En passant à Baños de Montemayor ce matin, une borne indiquait les 569 kilomètres à parcourir jusqu’à Santiago. A Salamanque, nous aurons déjà parcouru la moitié du chemin ! Hasta luego !

L'une des bornes qui jalonnent la Via de la Plata. On les appelle "Miliario". © Fabienne Bodan

L’une des bornes qui jalonnent la Via de la Plata. On les appelle « Miliario ». © Fabienne Bodan

Avant d'arriver au petit village de montagne Calzada de Béjar, le soleil a remplacé la pluie, et la montagne s'élève après la plaine. © Fabienne Bodan

Avant d’arriver au petit village de montagne Calzada de Béjar, le soleil a remplacé la pluie, et la montagne s’élève après la plaine. © Fabienne Bodan

Via de la Plata : Etape N°20, de Arco de Caparra à Aldeanueva del Camino

La Via de la Plata se révèle un magnifique chemin de nature. Les vaches sont curieuses de tous ces humains qui défilent avec leur besace sur le dos. © Fabienne Bodan

La Via de la Plata se révèle un magnifique chemin de nature. Les vaches sont curieuses de tous ces humains qui défilent avec leur besace sur le dos. © Fabienne Bodan

Sur cette reproduction d'un "miliario", sorte de borne kilométrique jalonnant la Via de la Plata, on peut lire "Emperador Cesar, divine Trajano, hijo del divino Nerva, nieto Trajano Adriano Augusto Pontifice Maximo Revestido de la potestad tribunicia, consul por tercera vez restituyo. Milia 122" © Fabienne Bodan

Sur cette reproduction d’un « miliario », sorte de borne kilométrique jalonnant la Via de la Plata, on peut lire « Emperador Cesar. Divino Trajano. Hijo del divino Nerva. Nieto Trajano Adriano Augusto. Pontifice Maximo. Revestido de la potestad tribunicia. Consul por tercera vez restituyo. Milia 122 » © Fabienne Bodan

25 avril 2015 :

Amis pèlerins et futurs pèlerins, bonjour,
Aujourd’hui petite étape de 12 kilomètres pour atteindre Aldeanueva du Camino. Nous avons coupé l’étape de 40 kilomètres de Carcaboso à Aldeanueva en 2 tronçons. Nous sommes donc arrivés de très bonne heure à l’auberge Casa de Mi Abuela. A Aldeanueva encore, l’auberge municipale est fermée, mais l’hospitalière nous a dit que nous aurions moins de problèmes en quittant la région de l’Extremadura ! Nous avons donc profité de cette journée de repos pour faire une grande lessive (il ne nous restait plus qu’un short et un T-shirt chacun, plus un collant pour les filles que l’on porte généralement sous un pantalon quand il fait froid. Très sexy ! Mais efficace car aujourd’hui il a plu des cordes pendant 2 ou 3 heures. J’en ai donc profité pour mettre en ligne mes fiches hébergements de Séville à Merida sur mon site http://pelerinsdecompostelle.com . 
N’hésitez pas à partager, cela demande pas mal de travail et je le fais pour rendre service (du moins je l’espère) aux futurs pèlerins de la Via de la Plata. La pluie a cessé, je vais visiter le (petit) village d’Aldeanueva, 1000 habitants. A plus tard ! 
Vous trouverez ici par exemple la fiche sur le Palacio de las Lastras de Torremejia, l’étape précédant Merida : http://pelerinsdecompostelle.com/?p=1022
. Et une petite photo de la fine équipe hier sous l’Arc de Caparra, lieu mythique de la Via de la Plata (Christa la Hollandaise, Jacques le Nantais, Rachel et Jean-Paul les Québécois, et moi-même).

L'auberge privée "Casa de mi Abuela" (la maison de ma grand-mère, tout un poème), toute récente d'Aldeanueva del Camino, d'un excellent rapport qualité-prix. © Fabienne Bodan

L’auberge privée « Casa de mi Abuela » * (la maison de ma grand-mère, tout un poème), toute récente d’Aldeanueva del Camino, d’un excellent rapport qualité-prix. © Fabienne Bodan

*Voir la fiche détaillée sur l’auberge « Casa de mi abuela » : http://pelerinsdecompostelle.com/?p=1197

Le petit pont de pierres d'Aldeanueva del Camino. © Fabienne Bodan

Le petit pont de pierres d’Aldeanueva del Camino. © Fabienne Bodan

Hébergement à Aldeanueva del Camino

L'albergue Casa de mi abuela est située juste après le petit pont de pierres. © Fabienne Bodan

L’albergue Casa de mi abuela est située juste après le petit pont de pierres. © Fabienne Bodan

Petits dortoirs très cosy et confortables, avec draps et couettes bordeaux. © Fabienne Bodan

Petits dortoirs très cosy et confortables, avec draps et couettes bordeaux. © Fabienne Bodan

Les lits superposés sont de qualité, ce qui permet de se bouger sans réveiller son voisin. © Fabienne Bodan

Les lits superposés sont de qualité, ce qui permet de se bouger sans réveiller son voisin. © Fabienne Bodan

La salle de bains du dortoir, décorée avec soin. © Fabienne Bodan

La salle de bains du dortoir, décorée avec soin. © Fabienne Bodan

HébergementAlbergue Casa de Mi Abuela
Calle Alcazar, 4
10740 Aldeanueva del Camino
T : 927 47 93 14 / 630 41 07 40 / 692 53 15 87
E-Mail : lacasademiabuela@arhrestauracion.com
lacasademiabuela@lacasademiabuela-albergue.com
Tarif Mai 2015*13 euros (+ 2 euros pour le petit déjeuner, mais on peut aussi se préparer son petit déjeuner)
Description.Ouverte en 2013
.28 lits en 5 dortoirs de 3, 4, 8 ou 10 lits (lits superposés, avec draps et couettes)
.1 cuisine-pièce commune avec 3 tables et 1 canapé, 1 plaque de cuisson électrique, 1 micro-ondes, 1 grille pain, 1 réfrigérateur, assiettes, verres, couverts en quantité suffisante
.Lave-linge / Sèche-linge : l'hospitalière se charge de laver votre linge dans le lave-linge puis de le faire sécher si vous le souhaitez. 1 euro par tournée de linge dans la machine à laver + 1 euro supplémentaire pour le sèche-linge
.1 salle de bains par dortoir
.1 salle de bains/WC en bas
.1 distributeur de boissons et de quelques friandises et plats cuisinés
.1 distributeur de boissons chaudes
.WIFI
.Climatisation
Avantages.Une auberge toute neuve (ouverte en 2013), élaborée avec beaucoup de goût et entretenue avec soin. On sent que les propriétaires ont voulu créer un lieu agréable à vivre. Les lits ont des sommiers à lattes, sont confortables et fort douillets. Les sols et les murs des salles de bains sont joliment décorés. La cuisine est équipée avec soin dans les moindres détails. En bref, l'une des premières très belles auberges de cette Via de la Plata. Espérons que les pèlerins sauront en prendre soin !
.Il y a des draps sur les lits, et des couettes. Le tout est si douillet que l'on n'a guère envie de s'extirper du lit à 6 heures du matin.
.L'hospitalière est à votre disposition pour répondre à vos questions.
.L'auberge est bien placée au centre du village et près de l'église.
.On note aussi la grande propreté de ce lieu.
.En bref, une auberge conçue, décorée et entretenue avec soin et attention à l'égard des pèlerins. Je recommande chaleureusement.
Inconvénients.Aucun
Appréciation
Coup de coeur
♣/♥
♣♣♣
AU rez-de-chaussée, une salle de bains mais dont la douche est actuellement hors service ! © Fabienne Bodan

AU rez-de-chaussée, une salle de bains mais dont la douche est actuellement hors service ! © Fabienne Bodan

La cuisine-salle à manger est moderne, bien équipée, et de belles tasses vertes non ébréchées invitent à prendre le thé. © Fabienne Bodan

La cuisine-salle à manger est moderne, bien équipée, et de belles tasses vertes non ébréchées invitent à prendre le thé. © Fabienne Bodan

3 ou 4 petites tables permettent de se poser pour se restaurer. © Fabienne Bodan

3 ou 4 petites tables permettent de se poser pour se restaurer. © Fabienne Bodan

Tous les espaces sont ingénieusement exploités. Ici, le coin vaisselle mais aussi la machine à laver. © Fabienne Bodan

Tous les espaces sont ingénieusement exploités. Ici, le coin vaisselle mais aussi la machine à laver. © Fabienne Bodan

*Lorsqu’aucune précision complémentaire n’est mentionnée, ce tarif désigne seulement la nuit pour pour une personne, sans petit-déjeuner ni demi-pension.

 Ce Chemin vers Compostelle est un cadeau de la vie et de l’univers, déclaré patrimoine de l’Humanité par l’Unesco il y a 25 ans. Je considère également chaque hébergement, chaque accueil, chaque personne aidante sur le Chemin comme un cadeau. J’ai donc décidé d’apprécier chaque hébergement m’ayant abritée pour une nuit, sur les critères objectifs détaillés dans les avantages et les inconvénients, en un cadeau  , deux cadeaux ♣♣ ou trois cadeaux ♣♣♣ .
♥ J’y ai également mentionné mes coups de coeur, sachant que les critères de chacun sont toujours subjectifs, liés à l’émotion d’un accueil, à l’harmonie entre les pèlerins le soir de son passage, à l’humeur des hospitaliers, à la difficulté de l’étape ou à la météo du jour… Cependant, le critère majeur retenu dans la sélection de mes coups de coeur est l’atmosphère de l’hébergement, son âme et la qualité de l’accueil de ses responsables et, mieux, hospitaliers ou hospitaleros. Mes coups de coeur ne vont pas forcément aux auberges les plus belles et les plus confortables, mais à celles dans laquelle perdure l’esprit du Chemin. Ils vont aux hospitaliers qui ont ouvert leurs coeurs aux pèlerins et qui aident, progressivement, par leur accueil, leur soutien, leur compassion et leur amour de l’autre, les pèlerins à ouvrir leur coeur et à atteindre l’objectif qu’ils se sont assigné en marchant vers Saint Jacques de Compostelle.