1/04/2016 : une seule crédentiale valide pour l’obtention de la Compostela ?

3 chemins parcourus, et 4 crédentiales différentes...© Fabienne Bodan

3 chemins parcourus, et 4 crédentiales différentes…© Fabienne Bodan

Le chapitre de la cathédrale de Saint Jacques de Compostelle a publié le 17 décembre 2015 une note sur son site internet destinée aux associations et organismes délivrant les crédentiales nécessaires à l’obtention d’un lit dans les auberges pour pèlerins et de la Compostela à l’arrivée à destination. « Aujourd’hui, nous acceptons plus de 25 modèles de crédentiales, dont les tarifs varient de la gratuité à une vingtaine d’euros. Certains les vendent également sur Internet. Un accueil pastoral, une attention toute particulière, et la gratuité doivent être les objectifs majeurs de notre présence sur le chemin et les objectifs du pèlerinage ». Forte de ce préambule, le communiqué officiel poursuit en stipulant que « la crédentiale de la cathédrale de Santiago doit être considérée comme l’unique valide. En outre, son prix ne pourra pas excéder deux euros ». Il semblerait que les autorités écclésiastiques compostellanes aient décidé de porter un coup d’arrêt aux dérives commerciales autour de ce précieux sésame : « la gestion de la crédentiale ne peut reposer sur des critères commerciaux ou de profit ».

La première était un carnet intéressant par son format aux larges cases. © Fabienne Bodan

La première était un carnet intéressant par son format…© Fabienne Bodan

...aux larges cases... © Fabienne Bodan

…aux larges cases… © Fabienne Bodan

J’ai moi-même constaté en septembre 2015 que certains offices du tourisme dans le Sud-Ouest de la France n’hésitaient pas à vendre le carnet du pèlerin jusqu’à 8 ou 9 euros, alors qu’un document strictement identique est délivré au bureau des pèlerins de Saint-Jean-Pied-de-Port pour la modique somme de 2 euros. En outre, lorsque la crédentiale est délivrée hors du circuit des associations de pèlerins et de l’église, l’identité et les motivations réelles du requérant ne sont pas systématiquement contrôlées. Au risque de se faire fusiller du regard et de recevoir quelques remarques désobligeantes, les accueillants du bureau de Saint-Jean-Pied-de-Port ont pour consigne de ne délivrer le carnet du pèlerin qu’en mains propres à ceux qui présenteront une pièce d’identité et qui partent à pied, à vélo ou à cheval. Car le laisser-aller dans la remise des crédentiales témoigne des dérives commerciales du « pèlerinage » vers Compostelle, et se traduit par l’affluence des « turigrinos » heureux de venir randonner et faire la fête à des tarifs défiants toute concurrence. Sans parler des groupes conduits par l’accompagnateur d’une agence de voyages, qui veulent le beurre et l’argent du beurre, la facilité mais aussi l’atmosphère et n’hésitent pas à venir dormir dans les auberges réservées initialement aux pèlerins à pied, à vélo ou à cheval, munis du précieux sésame. Je me suis déjà exprimée sur ce sujet. A chacun sa manière de cheminer, et je n’ai pas à prendre position sur un quelconque choix. Mais que l’on réserve les auberges aux pèlerins à pied, à vélo ou à cheval. Les clients des agences de voyage n’y ont pas leur place, ou du moins devraient attendre que tous les autres soient certains d’obtenir un lit avant d’être pourvus. En outre, des documents spécifiques ont été conçus pour cette catégorie de pèlerins, qui effectuent généralement chaque jour une partie du trajet à pied, et l’autre en bus, et la crédentiale ne leur est pas destinée.

Celui-ci vient d'Espagne...© Fabienne Bodan

Celui-ci vient d’Espagne…© Fabienne Bodan

L’archevêché de Saint-Jacques précise que « si une association ou un organisme souhaite personnaliser la crédentiale officielle, il sera possible de laisser un espace vierge, qui, moyennant l’accord de l’office d’accueil des pèlerins, pourra être personnalisé sans contredire toutefois l’esprit chrétien du pèlerinage. L’office des pèlerins de la cathédrale se chargera de l’impression des documents ».

Pour ne pas causer de préjudices aux organismes délivrant des crédentiales différentes, les autorités de la cathédrale leur ont accordé un moratoire. La nouvelle règle n’entrera en vigueur que le 1er avril 2016. « A partir de cette date, seules les crédentiales officielles de la cathédrale seront admises pour la délivrance de la Compostela ».

Celui-ci du bureau des pèlerins de Saint-Jean-Pied-de-Port...© Fabienne Bodan

Celui-ci du bureau des pèlerins de Saint-Jean-Pied-de-Port…© Fabienne Bodan

Qu’en sera-t-il pour les associations étrangères habituées à délivrer leurs propres crédentiales ? « Elles seront régies par un accord spécial ». Le communiqué et les articles publiés ne précisent par les termes de cet accord. Même si les autorités compostellanes considèrent accorder un moratoire aux associations émettrices de carnets du pèlerin, on peut cependant s’interroger sur le faible délai qui leur est concédé pour écouler leurs stocks. L’hiver est une saison creuse, et il ne faut guère compter sur cette saison pour se débarrasser de documents qui seront obsolètes dès le début de la haute saison, dans moins de quatre mois. En outre, certaines d’entre elles ont certainement pris les devants et procédé à la fabrication des crédentiales qu’elles escomptaient écouler en 2016…

Faisant suite à la proposition de la Fraternité Internationale du Camino de Santiago (FICS) d’augmenter la distance à parcourir pour se voir délivrer la Compostela, le chapitre de la cathédrale n’a aucune intention de souscrire à cette demande. Bégoña Valdomar, présidente de l’association galicienne des Amis du Camino de Santiago affirme, à cet égard, que le « problème ne réside pas tant dans le nombre de kilomètres minimal à parcourir que dans le fait que ce chemin est désormais présenté comme un « produit touristique . Si nous ne cessons de le vendre sous cette étiquette, la massification de la fréquentation du camino s’amplifiera ».

Les cases y sont plus étroites que dans le premier carnet...© Fabienne Bodan

Les cases y sont plus étroites que dans le premier carnet…© Fabienne Bodan

La crédentiale de l'association bretonne des amis de Saint-Jacques dont je suis membre...© Fabienne Bodan

La crédentiale de l’association bretonne des amis de Saint-Jacques dont je suis membre…© Fabienne Bodan

Sources :

http://www.lavozdegalicia.es/noticia/santiago/2015/12/17/oficina-peregrino-solo-admitira-credenciales-oficiales-expedir-compostela/00031450351725718302765.htm

http://catedraldesantiago.es/es/nota-credencial-peregrino-dic15

http://www.alberguescaminosantiago.com/2015/12/hacia-una-unica-credencial-para-los-peregrinos-del-camino/

http://www.elcorreogallego.es/santiago/ecg/catedral-unificara-modelos-credenciales/idEdicion-2015-12-18/idNoticia-970185/

2016, année sainte extraordinaire à Compostelle comme à Rome

La porte sainte de la cathédrale de Saint Jacques de Compostelle © Fabienne Bodan

La porte sainte de la cathédrale de Saint Jacques de Compostelle © Fabienne Bodan

Le 13 décembre 2015, troisième dimanche de l’Avent, à 17 heures, sera ouverte la Porte de la Miséricorde de la cathédrale de Saint Jacques de Compostelle. Le diocèse de la capitale galicienne célèbrera lors de cette cérémonie l’entrée dans l’année sainte extraordinaire de la miséricorde annoncée le 13 mars 2015 par le pape François, jour anniversaire de son élection du 13 mars 2013 et confirmée par sa bulle d’indiction du 11 avril 2015. Cependant, la cérémonie d’ouverture demeurera sobre et n’aura rien à voir avec celle qui prévaut lors des années jacquaires. La Conférence épiscopale espagnole a élaboré un rituel simple qui sera appliqué dans toutes les cathédrales de la péninsule ibérique.

En effet, cette Année Sainte de la Miséricorde, convoquée par le souverain pontife du 8 décembre 2015 au 20 novembre 2016, diffère totalement des années jacquaires ou jubilaires compostellanes. Ces dernières ont lieu, rappelons-le, lorsque le 25 juillet tombe un dimanche, « en mémoire, selon le site de la Fondation David Parou, de ce que la découverte du tombeau de saint Jacques fut faite un dimanche…ce qui reste une hypothèse ». Soit à un rythme immuable de 4 fois tous les 28 ans, selon des cycles répétitifs de 6-5-6-11 ans. La dernière année jacquaire remonte à 2010, les précédentes à 2004 et 1999. La prochaine aura lieu en 2021, soit 11 ans après celle de 2010. Dans son article intitulé « qu’est-ce qu’une année jacquaire », la Voz de Galicia rappelle que «lorsque cela arrive (14 fois par siècle), l’Église catholique a le pouvoir d’accorder l’indulgence plénière aux fidèles qui se rendent en pèlerinage au tombeau de l’Apôtre en la cathédrale de Saint-Jacques, prient aux intentions du Souverain Pontife, reçoivent les sacrements de la confession et de la communion et assistent à la sainte messe ».

Maître Jacques attend les pèlerins, entourée de ses deux disciples Athanase et Théodomir. © Fabienne Bodan

Maître Jacques attend les pèlerins, entourée de ses deux disciples Athanase et Théodomir. © Fabienne Bodan

Ces jubilés attirent les pèlerins en masse : 272 135 en 2010, en augmentation de 86,55% par rapport à l’année précédente ; 179 944 en 2004. La fréquentation chute drastiquement l’année suivante : 183 366 en 2011, en recul de 32,61% ; 93 924 en 2005, soit 47,80% de moins que l’année précédente. Il convient de noter que la proportion d’espagnols est plus élevée lors des années jubilaires : 69,12% en 2010 et 76,23% en 2004, alors que le pourcentage d’ibériques oscille sur 10 ans entre 48,52 % et 56,35% du nombre total de pèlerins enregistrés au bureau de Saint-Jacques de Compostelle. Fin novembre 2015, on dénombre 260 396 cheminants ayant rallié la capitale galicienne depuis le 1er janvier. Qu’en sera-t-il en 2016 lors de cette année sainte imprévue ? Les capacités d’accueil sur les différents chemins résisteront-elles à une affluence supplémentaire ? Ou bien les candidats au pèlerinage décideront-ils de fuir ces caminos par trop encombrés ?

Apôtres, Saints et maîtres encadrent la porte de la place de la Quintana. © Fabienne Bodan

Apôtres, patriarches et prophètes encadrent la porte de la place de la Quintana. © Fabienne Bodan

Habituellement, l’année jacquaire est inaugurée le 31 décembre précédent, par la cérémonie d’ouverture de la Porte Sainte, située sur la place de la Quintana, du côté opposé à celle de l’Obradoiro. « L’archevêque de Compostelle frappe à l’aide d’un marteau en argent trois fois la cloison qui mûre cette porte donnant sur la praza da Quintana. La cloison symbolise la dureté du Chemin. De cette manière, les fidèles demandent à l’apôtre saint Jacques la permission d’entrer. Ensuite, la porte tombe. » Par la porte en fer forgé visible de l’extérieur, on pénètre dans une petite cour, avant de parvenir à la porte sainte par laquelle on accède à l’abside. Cette porte demeure ouverte pendant 12 mois, pour être ensuite refermée jusqu’à la prochaine année jubilaire. L’apôtre Saint Jacques trône au dessus de la Porte Sainte, entourée de ses deux disciples Athanase et Théodomir. 24 statues du XIIe siècle, d’apôtres, de patriarches et de prophètes, encadrent cette porte dite du pardon. Elle furent récupérées du choeur en pierre de maître Matteo. La porte sainte figure parmi les 7 plus petites de l’édifice. Elle est consacrée à Saint Pelage (Pelayo en espagnol), martyre torturé à mort en 925 par les musulmans à Cordoue en Andalousie, à l’âge de 13 ans. Le monastère des bénédictins de Saint-Pélage d’Anteatares, en face de cette porte, lui est dédié.

Ils sont 24 au total © Fabienne Bodan

Ils sont 24 au total © Fabienne Bodan

Alors c’est du côté de Rome qu’il faut chercher une explication. Le premier jubilé ordinaire fut convoqué en 1300 par le pape Boniface VIII. Le successeur de Saint-Pierre prévoyait un jubilé par siècle. Dante, Giotto, Charles de Valois, frère du Roi de France, figurèrent parmi les pèlerins de cette première année sainte. Initialement prévu 100 ans plus tard, le jubilé suivant eu lieu en 1350. On rajouta la visite de la basilique du Latran à celles de Saint Pierre et de Saint Paul Hors-les-Murs. Plus tard, le pape Urbain VI décida de fixer l’échéance à 33 ans, temps de vie terrestre du Christ. En 1470, Paul II établit la périodicité du jubilé « ordinaire » tous les 25 ans. 26 se sont succédés depuis le premier en 1300.

Réunis deux par deux...© Fabienne Bodan

Réunis deux par deux…© Fabienne Bodan

En revanche, un jubilé extraordinaire est convoqué à l’occasion d’un événement remarquable : en 1933, pour le XIXe centenaire de la rédemption, en 1983 pour les 1950 ans de la rédemption. Le pape François, dans sa bulle du 11 avril 2015, explique la convocation de cette année sainte extraordinaire : « Nous avons toujours besoin de contempler le mystère de la miséricorde. Elle est source de joie, de sérénité et de paix. Elle est la condition de notre salut. Miséricorde est le mot qui révèle le mystère de la Sainte Trinité. La miséricorde, c’est l’acte ultime et suprême par lequel Dieu vient à notre rencontre. La miséricorde, c’est la loi fondamentale qui habite le cœur de chacun lorsqu’il jette un regard sincère sur le frère qu’il rencontre sur le chemin de la vie. La miséricorde, c’est le chemin qui unit Dieu et l’homme, pour qu’il ouvre son cœur à l’espérance d’être aimé pour toujours malgré les limites de notre péché. Il y a des moments où nous sommes appelés de façon encore plus pressante, à fixer notre regard sur la miséricorde, afin de devenir nous aussi signe efficace de l’agir du Père. C’est la raison pour laquelle j’ai voulu ce Jubilé Extraordinaire de la Miséricorde, comme un temps favorable pour l’Eglise, afin que le témoignage rendu par les croyants soit plus fort et plus efficace.»

Cette année sainte verra-t'elle grandir l'affluence des pèlerins vers la capitale galicienne ? © Fabienne Bodan

Cette année sainte verra-t’elle grandir l’affluence des pèlerins vers la capitale galicienne ? © Fabienne Bodan

Le souverain pontife ouvrira la porte sainte de la basilique Saint-Pierre le 8 décembre 2015, jour de la fête de l’Immaculée Conception et du cinquantième anniversaire de la fermeture du Concile Vatican II, le 8 décembre 1965. Rappelons que ce Concile fut ouvert à Rome par le pape Jean XXIII le 11 octobre 1962. Le rite d’ouverture de la Porte Sainte exprime le symbole que, durant le jubilé, un «parcours extraordinaire» vers le salut est offert aux fidèles. Le dimanche 13 décembre, la porte sainte sera ouverte dans la cathédrale de Rome de Saint Jean de Latran, puis celle des deux autres basiliques papales de Saint Paul Hors-les-Murs et Sainte-Marie-Majeure. De même « toutes les cathédrales ou églises d’importance particulière et sanctuaires devront ouvrir une « Porte de la Miséricorde » durant l’Année sainte ». Cette année jubilaire sera clôturée le jour de la fête du Christ-Roi, le 20 novembre 2016.

Seul maître Jacques est dans le secret des Dieux :-) © Fabienne Bodan

Seul maître Jacques est dans le secret des Dieux 🙂 © Fabienne Bodan

2016 sera décidément marquée par des événements exceptionnels. Saint Gilles du Gard, sur la voie d’Arles, fêtera les 900 ans de son abbatiale inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Les festivités débuteront le 3 avril et se poursuivront l’été durant, avec en point d’orgue le 27 août, l’accueil des pèlerins de France et d’Europe. La cathédrale Notre Dame du Puy-en-Velay fêtera son jubilé du 25 mars au 15 août 2016. Il en va ainsi lorsque le 25 mars, jour de l’annonciation (conception du Christ selon l’esprit saint), coïncide avec le vendredi saint (mort du Christ sur la croix). En 2005, le précédent jubilé avait attiré 250000 pèlerins, venus implorer « le grand pardon ». Pour le suivant, il faudra attendre…2157. Enfin, les reliques du sang du pape Jean-Paul II seront installées de façon permanente dans la chapelle des reliques de la cathédrale le dimanche 13 décembre 2015. Au point de départ (Le Puy-en-Velay) comme à l’arrivée (Saint Jacques de Compostelle), les pèlerins répondront-ils présents à l’appel, en quête du grand pardon et de miséricorde ? Ou diffèreront-ils leurs projets, par crainte d’un surencombrement sur les chemins et dans les structures d’accueil ?

Sources :

http://www.catedraldesantiago.es/sites/default/files/pdf/Carta_Pastoral_Misericordia_JulianBarrio.pdf

http://www.catedraldesantiago.es/sites/default/files/pdf/El%20camino%20de%20la%20misericordia.pdf

http://www.abc.es/espana/galicia/abci-puerta-santa-catedral-santiago-abrira-13-diciembre-201511101239_noticia.html

http://caminodesantiago.lavozdegalicia.com/fr/quest-ce-quune-annee-jacquaire/

http://www.lavozdegalicia.es/noticia/santiago/santiago/2015/10/23/cabildo-inclino-balanza-favor-abrir-puerta-santa/0003_201510S23C19911.htm

http://www.saint-jacques.info/anneesaintes.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cathédrale_de_Saint-Jacques-de-Compostelle

http://m.vatican.va/content/francescomobile/fr/apost_letters/documents/papa-francesco_bolla_20150411_misericordiae-vultus.html

http://www.eglise.catholique.fr/actualites/391510-le-pape-francois-annonce-un-jubile-de-la-misericorde/

http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Une-Annee-de-misericorde-pour-changer-de-vie-2015-04-12-1301559

http://www.jubiledupuyenvelay2016.cef.fr/jubile-du-puy-en-velay-2016/les-jubiles-dr18.html

http://www.cathedraledupuy.org/vie-de-la-cathedrale/actualites/translation-des-reliques-de-saint-jean-paul-ii