Les statistiques 2018 du bureau des pèlerins de Saint-Jean-Pied-de-Port

Nous avions présenté en début d’année une analyse des statistiques du bureau des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle, ainsi qu’une traduction de l’article publié par le site espagnol gronze.com sur les tendances de l’année 2018 et une analyse des points de départ pour Compostelle. Monique Aspirot, responsable du planning des accueillants bénévoles au bureau des pèlerins de Saint-Jean-Pied-de-Port, point de départ du camino francés, a eu la gentillesse de nous fournir les statistiques détaillées de l’année 2018. Analyse.

Accueillant au bureau des pèlerins de Saint-Jean-Pied-de-Port
Accueillant au bureau des pèlerins de Saint-Jean-Pied-de-Port © Fabienne Bodan

Statistiques 2018 du bureau des pèlerins de Saint-Jean-Pied-de-Port : répartition par mois

Le mois de mai arrive en tête des fréquentations, avec 10 837 pèlerins enregistrés, ce qui s’explique en parrtie par le nombre de ponts et de jours fériés dont disposent les français à cette période, et aussi parce que la traversée de l’Aubrac peut s’avérer délicate plus tôt dans l’année, en raison des risques d’enneigement et du froid. La prédominance du mois de mai est constante d’année en année. Le mois de septembre arrive en deuxième position, avec 10 189 pèlerins enregistrés. Là aussi, ce choix de partir à cette période de l’année ne se dément pas. Il permet d’arriver à Saint-Jacques-de-Compostelle avant la fin octobre et les premiers frimas. 

Répartition par mois - Nombre de pèlerins au bureau de Saint-Jean-Pied-de-Port 2018
Statistiques 2018 du bureau des pèlerins de Saint-Jean-Pied-de-Port : répartition par mois – nombre de pèlerins au bureau de Saint-Jean-Pied-de-Port 2018. Les accueillants bénévoles du 39, rue de la Citadelle à SJPP ont reçu 57.881 pèlerins en 2018.

mai et septembre, les mois les plus fréquentés à saint-jean-pied-de-port

  • Janvier : 292
  • Février : 320
  • Mars : 2 077
  • Avril : 7 499
  • Mai : 10 837
  • Juin : 7 148
  • Juillet : 6 173
  • Août : 8 320
  • Septembre : 10 189
  • Octobre : 4 135
  • Novembre : 602
  • Décembre : 289

Statistiques 2018 du bureau des pèlerins de Saint-Jean-Pied-de-Port : répartition par nationalités

Nous avons pour la première fois fait équipe en septembre 2015. Nous sommes ravis de nous retrouver chaque année et de nous mettre au service des candidats au départ sur le camino francés. La même « dream team » internationale se réunira pour la cinquième année consécutive pendant une semaine du 12 au 19 août 2015 (photo en haut à gauche, et de gauche à droite : Yves (Saint-Jérôme, Québec), Maria (Madrid, Espagne), Maïté (Portugalete, Espagne), Alain (Dax, France), Fabienne (Lorient, France).

Les 20 premières nationalités représentées à Saint-Jean-Pied-de-Port totalisent 51.856 personnes, soit 89,59% du nombre total enregistré. Les 10 premières nationalités totalisent 44.729 personnes, soit 77,28%. A elles seules, les 11 premières nationalités, représentent 80%, soient les 4/5e du total, avec 46.349 personnes. La France, logiquement, arrive en première position, suivie de l’Espagne, des U.S.A., de l’Italie et de la Corée du Sud. Rappelons qu’à Saint-Jacques-de-Compostelle, l’ordre est le suivant : 1.Espagne / 2. Italie / 3.Allemagne / 4.Etats-Unis / 5.Portugal / 6. France.

9049 français à Saint-Jean-Pied-de-Port en 2018, 8775 à Saint-Jacques-de-Compostelle

Enfin, si le bureau de Saint-Jean-Pied-de-Port a dénombré 9.049 français en 2018, celui de Saint-Jacques-de-Compostelle en a compté 8.775. Ces deux chiffres ne sont cependant pas vraiment comparables, car certains pèlerins terminent leur chemin à Saint-Jean-Pied-de-Port ou à Roncevaux, pour poursuivre leur route en Espagne l’année suivante. Notons que 114 nationalités ont été représentées en 2018 à Saint-Jean-Pied-de-Port (177 à Saint-Jacques-de-Compostelle), dont le Kazakhstan, les Iles Feroe,Bahrain, la Mongolie, l’Angola, la Palestine ou le Népal. 

Répartition des pèlerins par nationalités - Bureau de Saint-Jean-Pied-de-Port 2018
Statistiques 2018 du bureau des pèlerins de Saint-Jean-Pied-de-Port : répartition des pèlerins par nationalités – Bureau de Saint-Jean-Pied-de-Port 2018. Les accueillants bénévoles du 39, rue de la Citadelle à SJPP ont reçu 57.881 pèlerins en 2018.

les français en tête à sjpp, mais 6e à saint-Jacques-de-compostelle

  • 1. France : 9 049 (15,63%)
  • 2. Espagne : 6 420 (11,09%)
  • 3. U.S.A. : 6 271 (10,83%)
  • 4. Italie : 5 584 (9,65%)
  • 5. Corée du Sud : 4 341 (7,5%)
  • 6. Allemagne : 4 048 (6,99%)
  • 7. Grande-Bretagne : 2845 (4,92%)
  • 8. Australie : 2299 (3,97%)
  • 9. Canada : 1941 (3,35%)
  • 10. Irlande : 1931 (3,34%)
  • 11. Brésil : 1620 (2,8%)
  • 12. Pays-Bas : 1620 (2,8%)
  • 13. Suède : 773 (1,34%)
  • 14. Danemark : 725 (1,25%)
  • 15. Japon : 719 (1,24%)
  • 16. Belgique : 682 (1,18%)
  • 17. Hongrie : 555 (0,96%)
  • 18. Suisse : 530 (0,92%)
  • 19. Argentine : 413 (0,71%)
  • 20. Pologne : 405 (0,7%)

Evolution de 2012 à 2018 de la fréquentation du bureau de Saint-Jean-Pied-de-Port

Le bureau des pèlerins de Saint-Jean-Pied-de-Port est ouvert de 7h30 à 22h ou 23h (selon les horaires du dernier train). Les bénévoles se relaient chaque semaine du 1er janvier au 31 décembre. Ils sont entre 2 et 5 selon les périodes d’affluence, et peuvent recevoir jusqu’à 3.500 pèlerins par semaine.

L’augmentation du nombre de pèlerins en 2016 s’explique par le fait que le pape François avait décrété l’année 2016 comme celle « de la miséricorde ». Comme les années jacquaires (celles où le 25 juillet tombe un dimanche), cette année de la miséricorde a engendré un afflux supplémentaire de pèlerins. Rien d’étonnant donc à constater la baisse de l’année suivante. Par contre, on relève une quasi-stagnation entre 2017 et 2018, et une baisse significative pour les mois de janvier, février, juin et juillet 2018 par rapport aux mêmes périodes de l’année précédente.

Evolution de 2012 à 2018 – Nombre de pèlerins au bureau de Saint-Jean-Pied-de-Port
Statistiques 2018 du bureau des pèlerins de Saint-Jean-Pied-de-Port : Evolution de 2012 à 2018 – Nombre de pèlerins au bureau de Saint-Jean-Pied-de-Port. Les accueillants bénévoles du 39, rue de la Citadelle à SJPP ont reçu 57.881 pèlerins en 2018.

2016, année record car année sainte exceptionnelle

  • 2012 : 45.697
  • 2013 : 50.718 (+ 5.021)
  • 2014 : 54.218 (+ 3.500)
  • 2015 : 54.647 (+ 429)
  • 2016 : 58.953 (+ 4306) (année, déclarée par le Pape François, de la Miséricorde)
  • 2017 : 57.295 (- 1.658)
  • 2018 : 57.881 (+586)
Accueillant au bureau des pèlerins de Saint-Jean-Pied-de-Port
Le lundi midi, les responsables du bureau, l’équipe sortante et l’équipe entrante partagent le déjeuner. Photo juillet 2016 © Fabienne Bodan

Les sources de cet article

1- Les statistiques du bureau des pèlerins de Saint-Jean-Pied-De-Port
2- Les statistiques du bureau des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle
3- N’hésitez pas à consulter les excellentes analyses de Pierre Baillet: Les chiffres de 2018 à Saint Jean Pied de Port, en 5 exclamations ou questions 4- Comment devenir accueillant au bureau des pèlerins de Saint-Jean-Pied-de-Port 5- Récit d’une accueillante au bureau des pèlerins de Saint-Jean-Pied-de-Port (partie 1) et (partie 2).

AVERTISSEMENT

Cet article est un et indivisible. Vous êtes invités à le partager dans son intégralité à condition d’en citer la source (site http://pelerinsdecompostelle.com). En aucun cas, vous n’êtes autorisés à en extirper des extraits et à les publier sans en citer la source.

Copyright Fabienne Bodan & http://pelerinsdecompostelle.com

La marche pèlerine au Québec en 2018

"Guide chemins de pèlerinage du monde" de Fabienne Bodan aux Éditions Ouest-France, chapitre Amérique.
« Guide chemins de pèlerinage du monde » de Fabienne Bodan aux Éditions Ouest-France, chapitre Amérique. Photo de Carole Longuépée sur l’un des chemins québécois (Sentiers entre Vents et Marées, Îles de la Madeleine).

Nous avions présenté sur ce site l’ouvrage de Michel O’Neill paru en janvier 2017 aux Presses de l’Université Laval, à Québec sous le titre : « Entre Saint-Jacques-de-Compostelle et Sainte-Anne-de-Beaupré – La marche pèlerine québécoise depuis les années 1990 ». Le professeur émérite et chercheur autonome membre de la Chaire Jeunes et religions de la Faculté de théologie et des sciences religieuses de l’université Laval de la ville de Québec dresse « l’état de la marche pèlerine au Québec en 2018 ». Nous vous présentons dans cet article les faits marquants soulignés par ce document de 62 pages et vous invitons à lire l’intégralité du document proposé en libre accès.

La marche pèlerine au Québec en 2018 en chiffres

  • Environ 3600 personnes du Québec ont marché sur les Chemins de St-Jacques en Europe (+ 8,96% par rapport à 2017)
  • 1941 personnes ont marché sur les chemins du Québec (1650 en 2017, soit +17,4% en un an, et +42% par rapport à 2016)
  • 67,6% sont des femmes
  • Nombre de chemins québécois : 30 (24 opérationnels, 3 en latence et 3 en développement)
  • Longueur des 30 chemins québécois : inférieure à 200 km (15) ; entre 200 et 800 km (11) ; plus de 800 (4). Elle varie entre 67 et 1870 km, avec une moyenne de 322,6 km.
  • La fragilité de la marche pèlerine québécoise demeure réelle, à cause de la difficulté à trouver des hébergements ou l’essoufflement des bénévoles. S’y ajoute le fait que 12 chemins sur 30 ne reposent sur les épaules que d’une ou deux personnes. C’est ainsi que l’un des premiers chemins créé au Québec, Le chemin des Navigateurs, mettra les clés sous la porte à l’issue de sa douzième saison en 2019, faute de relève.
  • Tendance vers une diversification des lieux de marche pèlerine (voie du Piémont-Pyrénéen (France), Via de la Plata (Espagne), Via Francigena (Italie), pèlerinage de Shikoku (Japon), Jeju Olle (Corée)…)
Association Du Québec à Compostelle
Capture d’écran du site internet de l’Association Du Québec à Compostelle

12 nouveaux chemins de marche pèlerine au Québec identifiés en 2017-2018

La marche pèlerine au Québec est en constante évolution. Au 31 décembre 2018, Michel O’Neill avait « repéré 24 chemins qui avaient été en opération durant l’année, trois en latence, et trois en développement, pour un total de 30 ». Dans son premier ouvrage paru en janvier 2017, il en recensait 18. Et dans le Guide des chemins de pèlerinage du monde paru fin octobre 2018, son auteur en décrit 21.

Les 10 chemins identifiés en 2017

LES 2 CHEMINS IDENTIFIÉS EN 2018

Hommage aux bénévoles du Chemin des Navigateurs par Hélène Grenier, une des actrices principales de la mouvance des chemins de marche pèlerine au Québec, et du groupe Marcher Autrement.

Les chemins québécois versus les chemins de Compostelle

  • Si l’on s’aventure de façon autonome dans la très grande majorité des cas sur les chemins de Saint-Jacques, on doit le plus souvent s’inscrire à quelque chose de pré-organisé au Québec (20 chemins sur 30).
  • Les dix parcours s’effectuant en autonomie au Québec fonctionnent tous sur le même principe : l’information sur le tracé et les services disponibles (hébergement, alimentation, etc.) est fournie soit dans un guide papier, soit sur internet. En janvier 2019, les informations pour le Chemin du Québec et la Voie des pèlerins de la Vallée n’étaient pas encore intégralement disponibles.
  • Certains des parcours sont balisés sur le terrain. Pour d’autres, il faut se contenter des guides.
  • Parmi les 20 chemins nécessitant une inscription, on note 5 modes de fonctionnement : 1 départ annuel unique avec trajet en continu (en général limité à une quinzaine de personnes) ; des départs quotidiens pendant une période déterminée (entre 15 et 25 jours en mai ou juin de chaque année, un nombre maximum de 4 ou 6 personnes) ; des chemins à moment de départ variable ; 1 fois par an, en convergence (différents lieux de départ, même lieu d’arrivée) ; 1 fois par an, en rayonnement (à partir d’un même lieu d’hébergement).
Michel O'Neill, auteur de « Entre Saint-Jacques-de-Compostelle et Sainte-Anne-de-Beaupré – La marche pèlerine québécoise depuis les années 1990 »
Michel O’Neill, auteur de « Entre Saint-Jacques-de-Compostelle et Sainte-Anne-de-Beaupré – La marche pèlerine québécoise depuis les années 1990 », paru aux aux Presses de l’Université Laval, à Québec (janvier 2017).

La dimension spirituelle des chemins de marche pèlerine du Québec en 2018

Comment qualifier un chemin de pèlerinage, ou de marche pèlerine ? Vaste débat. Michel O’Neill souligne « qu’une racine importante de la marche pèlerine québécoise demeure le pèlerinage catholique, qui implique comme toutes les formes de pèlerinage «une personne en déplacement vers un lieu sacré. Très souvent maintenant, le référent religieux catholique est absent même si ces chemins, comme toute randonnée de longue durée d’ailleurs, sont fréquemment une occasion d’introspection ou même de réflexion spirituelle.» 

Pour 12 chemins sur 30, la dimension religieuse catholique semble importante (centrale ou significative). Dans les 18 autres cas, elle ne l’est pas vraiment (marginale ou absente). L’auteur souligne que « plusieurs responsables ont insisté sur le fait que la marche de longue durée, de quelque type que ce soit, entraîne presqu’inévitablement une forme d’introspection et de réflexion sur soi. Plusieurs l’ont qualifiée de spirituelle. L’idée d’une spiritualité laïque universelle plutôt qu’encadrée par une religion particulière est revenue à plusieurs occasions.»

Chemin de Saint-Rémi, Québec
Point de départ du Chemin de Saint-Rémi, Québec

Vers une glampignisation de la marche pèlerine québécoise ?

Antón Pombo a publié sur le site espagnol Gronze une analyse des statistiques du bureau des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle. Dans cet article Tendances du Camino de Santiago 2018, traduit par mes soins, l’auteur galicien souligne que « les formes de voyages sont en train de changer. Influencées par les intérêts du marché, elles répondent à de nouveaux critères : activité courte, consommation rapide, moins bénéfique pour l’utilisateur. » Le sociologue québécois se demande si « la transformation dans l’univers du camping dont on parle de plus en plus, le glamping, ne serait pas utile pour comprendre ce qui se passe dans celui de la marche pèlerine. » Et de s’interroger : « jusqu’où la marche pèlerine québécoise se glampignise-t-elle, en proposant de vivre des expériences avec de plus en plus de confort et de moins en moins d’effort ?»

Glamping : contraction de glamour et de camping, une sorte de prêt-à-camper de grand confort.

Marcher autrement au Québec
Capture d’écran du site Marcher autrement au Québec https://marcherautrement.com

Pour s’informer sur la marche pèlerine au Québec

Les grands marcheurs québécois

Les sources de cet article

1- Le livre de Michel O’Neill « Entre Saint-Jacques-de-Compostelle et Sainte-Anne-de-Beaupré. La marche pèlerine québécoise depuis les années 1990 »
2- L’état de la marche pèlerine au Québec en 2018 (62 pages en PDF)
3- La page Facebook de Michel O’Neill sur les chemins intitulée Le Serein Pèlerin

AVERTISSEMENT

Cet article est un et indivisible. Vous êtes invités à le partager dans son intégralité à condition d’en citer la source (site http://pelerinsdecompostelle.com). En aucun cas, vous n’êtes autorisés à en extirper des extraits et à les publier sans en citer la source.

Copyright Fabienne Bodan & http://pelerinsdecompostelle.com