Les Pèlerins du monde au Forum des chemins 2019 (Paris)

Affiche du Forum des chemins 4e édition Hebdomadaire Pèlerin et Forum 104

La 4e édition du Forum des chemins aura lieu du 5 au 7 avril à Paris. Organisée par l’hebdomadaire Pèlerin et le Forum 104, elle se déroulera au Forum 104. Cette manifestation est un véritable carrefour entre les différentes voies de pèlerinage. Elle rassemblera dans une ambiance fraternelle pèlerins, randonneurs, associations, écrivains, porteurs de projets… ou simples candidats au départ.

20 chemins, 20 auteurs en dédicace, 36 intervenants

Les organisateurs vous proposeront tables rondes, conférences, exposition, films, stands, dédicaces de livres, ateliers d’écriture et créatifs, ateliers pratiques, repas festif, messe, balades dans Paris. Le Prix Pèlerin du témoignage (mention « En chemin ») sera également remis au lauréat 2019. Parmi les invités, Jean-Christophe Ruffin, Axel Kahn, André Weill, François Cariot
Adresse : Forum 104 – 104 rue de Vaugirard, Paris 6e.

Fabienne Bodan et son Guide des chemins de pèlerinage du monde (Éditions Ouest-France)
Fabienne Bodan et son Guide des chemins de pèlerinage du monde, le jour tant attendu où elle a reçu cet ouvrage qui lui a demandé près d’un an de travail ininterrompu. Éditions Ouest-France (fin octobre 2018).

Demandez le programme ! Vous saurez tout sur ces 3 jours dédiés aux chemins en consultant le document en PDF ICI. J’y serai personnellement dès l’ouverture le vendredi 5 avril vers 18h, à votre disposition pour parler de manière informelle et passionnée des itinéraires de pèlerinage du monde et échanger sur nos expériences respectives des chemins. J’invite ceux d’entre vous qui souhaiteraient à cette occasion acquérir un exemplaire dédicacé du Guide des chemins de pèlerinage du monde à m’en faire part dès maintenant, pour que je sache combien d’exemplaires de l’ouvrage emporter avec moi.

Forum des chemins 4e édition Hebdomadaire Pèlerin et Forum 104

Les 5 ateliers pratiques du Forum des chemins

Les organisateurs vous invitent à vous inscrire à l’un des 5 ateliers pratiques qui se dérouleront de 16h à 17h le samedi 6 avril 2019. Parmi ceux-ci, Gaële de la Brosse m’a fait l’honneur de me demander d’animer celui intitulé « Pèlerins du monde ». L’occasion pour moi de vous proposer une présentation succincte du Guide des chemins de pèlerinage du monde. Et surtout d’accueillir des pèlerins qui vous parleront dans une ambiance internationale que j’affectionne tant sur les chemins :

Vous trouverez de plus amples informations sur tous ces chemins des 4 coins du monde dans le Guide des chemins de pèlerinage du monde (chemins du Québec, p. 320 à 341 ; Via Augustina, p. 421-422 ; Pèlerinage des 88 Temples de Shikoku, p.311 à 313). Éditions Ouest-France – 26 octobre 2018

Un atelier animé par l’auteure du Guide des chemins de pèlerinage du monde

Fabienne Bodan, auteure du Guide des chemins de pèlerinage du monde (Éditions Ouest-France, octobre 2018), animera l’atelier Pèlerins du monde le samedi 6 avril de 16h à 17h. Elle a créé en mars 2015 le site Pèlerins de Compostelle et sa page Facebook. En novembre 2018, elle lance un second site, Chemins vers le Sacré, plus particulièrement dédié aux itinéraires vers les sites sacrés de la planète. Fabienne Bodan dédicacera son ouvrage de 17h15 à 19h15 salle des Glycines au Forum 104, et sera à la disposition de ses lecteurs tout au long du week-end.

Les intervenants de l’atelier Pèlerins du monde

Nous ne vous en dirons pas plus sur le contenu de l’atelier que nous préparons activement, mais nos intervenants ont accepté de partager avec vous quelques photos et vidéos de leurs chemins pour vous donner un avant-goût de cette rencontre. Nous vous donnons rendez-vous le 6 avril, dans cette ambiance internationale de partage et d’échange que nous aimons tous, et de découverte des chemins du monde.

michel O’Neill, québécois, auteur d’un livre sur la marche pèlerine au québec

Michel O'Neill, auteur de « Entre Saint-Jacques-de-Compostelle et Sainte-Anne-de-Beaupré – La marche pèlerine québécoise depuis les années 1990 »

Michel O’Neill est sociologue et professeur émérite à l’Université Laval de la ville de Québec où il a oeuvré pendant 30 ans dans le domaine de la santé. Il y travaille toujours comme chercheur rattaché à la Chaire Jeunes et Religions de la Faculté de théologie et de sciences religieuses. Le Québécois marche pour la première fois du Puy-en-Velay à Saint-Jacques-de-Compostelle en 2003. Il repart en 2013, cette fois de Paris pour rejoindre Fisterra. Au retour de son second chemin, il commence à s’intéresser aux chemins québécois.

De Compostelle à l’étude des itinéraires de marche pèlerine au Québec

Il publie en janvier 2017 un ouvrage incontournable sur ce thème intitulé «Entre Saint-Jacques-de-Compostelle et Sainte-Anne-de-Beaupré. La marche pèlerine québécoise depuis les années 1990 ». Il vient tout juste de mettre en ligne, mi-février 2019, sa seconde mise à jour annuelle de l’état de la marche pèlerine québécoise. Michel a parcouru 6 des 30 chemins québécois qu’il a identifiés à ce jour, sans toutefois bouder l’Europe, puisqu’il reviendra en France cet été (2019) parcourir la variante du Célé de la Via Podiensis.

À la découverte de 6 itinéraires québécois

Pour nous mettre l’eau à la bouche, Michel O’Neill a bien voulu mettre à la disposition des lecteurs de Pèlerins de Compostelle des images réalisées sur les 6 itinéraires de marche pèlerine qu’il a déjà parcourus au Québec :

  • Chemin de Beauvoir à Beaupré, Rive Sud, Québec - Michel O'Neill
  • Chemin de Beauvoir à Beaupré, Rive Sud, Québec - Michel O'Neill
  • Chemin de Beauvoir à Beaupré, Rive Sud, Québec - Michel O'Neill
  • Chemin de Saint-Jacques, le Compostelle des Appalaches, photo Michel O'Neill
  • Chemin de Saint-Jacques, le Compostelle des Appalaches, photo Michel O'Neill
  • Chemin de Saint-Jacques, le Compostelle des Appalaches, photo Michel O'Neill
  • Chemin de Saint-Jacques, le Compostelle des Appalaches, photo Michel O'Neill
  • Chemin de Saint-Jacques, le Compostelle des Appalaches, photo Michel O'Neill
  • Le Chemin (anciennement de Saint-Rémi), Québec, photo Michel O'Neill
  • Le Chemin (anciennement de Saint-Rémi), Québec, photo Michel O'Neill
  • Le Chemin (anciennement de Saint-Rémi), Québec, photo Michel O'Neill
  • Le Chemin (anciennement de Saint-Rémi), Québec, photo Michel O'Neill
  • Le Chemin (anciennement de Saint-Rémi), Québec, photo Michel O'Neill
  • Le chemin des Outaouais, Québec, photo Michel O'Neill
  • Le chemin des Outaouais, Québec, photo Michel O'Neill
  • Le chemin des Outaouais, Québec, photo Michel O'Neill
  • Le chemin des Outaouais, Québec, photo Michel O'Neill
  • Le chemin des Outaouais, Québec, photo Michel O'Neill
  • Circuit de l'Abbaye, Québec, Photo Michel O'Neill
  • Circuit de l'Abbaye, Québec, Photo Michel O'Neill
  • Circuit de l'Abbaye, Québec, Photo Michel O'Neill
  • Circuit de l'Abbaye, Québec, Photo Michel O'Neill
  • Circuit de l'Abbaye, Québec, Photo Michel O'Neill
  • Circuit de l'Abbaye, Québec, Photo Michel O'Neill
  • Chemin Marchons la Matapédia, Québec, photo Michel O'Neill
  • Chemin Marchons la Matapédia, Québec, photo Michel O'Neill
  • Chemin Marchons la Matapédia, Québec, photo Michel O'Neill
  • Chemin Marchons la Matapédia, Québec, photo Michel O'Neill
  • Chemin Marchons la Matapédia, Québec, photo Michel O'Neill

Éric laliberté, québécois, fondateur dE BOTTES ET VÉLO

Éric Laliberté, cofondateur de Bottes et Vélo, Québec
Éric Laliberté est doctorant en théologie et agit comme observateur-participant dans le milieu du pèlerinage de longue randonnée, au Québec et en Europe, depuis une dizaine d’années. Il est directeur et cofondateur du centre de formation et d’accompagnement : Bottes et Vélo – Le pèlerin dans tous ses états, un centre visant à soutenir le pèlerin dans sa démarche.

20000 km sur des chemins de pèlerinage

Éric Laliberté est québécois, doctorant en théologie, spécialisé en études pèlerines. Ses recherches portent sur l’accompagnement spirituel du pèlerin-randonneur. En 2005, il se lance dans un pèlerinage au Québec, afin d’expérimenter le « privilège de la pauvreté » dont parle Saint François d’Assise. Depuis, il a parcouru près de 20000 km sur des chemins de pèlerinage, et s’est rendu 4 fois à Compostelle. En 2014, il se lance avec Brigitte Harouni, sa conjointe et cofondatrice de Bottes et Vélo – le pèlerin dans tous ses états!, dans sa plus longue expérience de pèlerinage sur près de 2000 km.

Les pionniers de la Voie du Saint-Laurent

Ils deviennent ainsi les pionniers de la Voie du St-Laurent, pour laquelle ils publient depuis un guide détaillé disponible sur internet. Il leur faudra 40 jours au total, dont 20 à vélo et 20 à pied, des chutes du Niagara (dans l’Ontario), jusqu’au Rocher Percé (en Gaspésie). Cette expérience a donné naissance il y a 5 ans à Bottes et Vélo – le pèlerin dans tous ses états!, un centre de formation et d’accompagnement du pèlerin-randonneur.

Magtogoek, des chutes du Niagara au Rocher Percé…

  • La voie du St-Laurent, Québec - carte complète
  • La Voie du Saint-Laurent, Québec © Bottes et Vélo
  • La Voie du Saint-Laurent, Québec © Bottes et Vélo
  • La Voie du Saint-Laurent, Québec © Bottes et Vélo
  • La Voie du Saint-Laurent, Québec © Bottes et Vélo
  • La Voie du Saint-Laurent, Québec © Bottes et Vélo
  • La Voie du Saint-Laurent, Québec © Bottes et Vélo
  • La Voie du Saint-Laurent, Québec © Bottes et Vélo
  • La Voie du Saint-Laurent, Québec © Bottes et Vélo
  • Centre d'accompagnement spirituel du marcheur-pèlerin Bottes et Vélo

daniel duchesne, arpenteur infatigable des chemins de pèlerinage

Daniel Duchesne, infatigable pèlerin sur les chemins d'Europe
Daniel Duchesne, infatigable pèlerin sur les chemins d’Europe.

Daniel Duchesne habite Paris. Celui qui préfère employer le terme espagnol « jubilado », évoquant la joie pour parler de son statut de retraité de l’industrie, est un arpenteur infatigable des chemins de pèlerinage. En sus des principaux chemins jacquaires de France, il a emprunté beaucoup de chemins « secondaires » français en provenance de Hollande, Belgique, Tchéquie, Allemagne, Slovaquie, Autriche, Suisse, ainsi que divers chemins en Espagne et au Portugal.

Un pèlerin infatigable sur les chemins d’Europe

Il a parcouru la Via Francigena de Canterbury à Rome, puis la Via francigena du sud, de Rome au sanctuaire de Santa Maria di Leuca. Marché vers le Mont-Saint-Michel depuis Rouen, Caen, Cherbourg, Strasbourg, Paris, puis rallié Saint-Jacques-de-Compostelle depuis la merveille normande. Il a également emprunté les chemins d’Assise, de Paris à Susa, puis de Gubbio vers Assise et Rome. L’infatigable pèlerin nous parlera des chemins de Saint-Augustin, dont il a arpenté le segment tunisien, de Carthage à la frontière algérienne.

marc litrico, grand marcheur et hospitalier volontaire sur les chemins de Compostelle

Marc Litrico, pèlerin de Compostelle et de Shikoku, et hospitalier des chemins de Compostelle
Marc Litrico, pèlerin de Compostelle et de Shikoku, et hospitalier des chemins de Compostelle. Ici à l’auberge municipale de Zamora sur la Via de la Plata, avec son grand ami Luis, président de la Fédération espagnole des chemins de Compostelle, accueillant les pèlerins pendant 15 jours.

Marc Litrico habite en région parisienne et, comme Daniel, revendique le titre de jubilado. Il part pour la première fois du Puy-en-Velay pour Saint-Jacques-de-Compostelle en 2001. Repart à plusieurs reprises à pied ou en vélo au départ du Puy-en-Velay, de St Jean-Pied-de-Port, de Burgos ou de Samos, accompagné d’amis proches. Il emprunte ensuite la Via de la Plata puis le Camino Sanabrés pour relier Séville à Saint-Jacques-de-Compostelle.

Pèlerin et hospitalier

Marc accueille depuis 2004 des pèlerins dans des gîtes en donativo gérés par l’association espagnole des Hospitaliers Volontaires. Pour la petite histoire, lorsque nous avons préparé cet atelier, j’ai reconnu Marc sur la photo témoignant de son chemin japonais comme l’hospitalier qui m’avait chaleureusement accueillie au gîte de Zamora sur la Via de la Plata en 2015. Marc nous parlera de son expérience sur le chemin des 88 Temples de l’île de Shikoku au Japon, parcouru en mars-avril 2018.

Un avant-goût du Shikoku Henro (Japon)

Pour nous faire rêver d’Orient, Marc a eu la gentillesse de nous faire parvenir quelques photos de son pèlerinage des 88 Temples dans l’île de Shikoku. Il a effectué ce périple dans les pas du moine Kūkai, plus connu sous le nom de Kōbō-Daishi en avril-ami 2018.

  • Pèlerinage des 88 Temples de Shikoku par Marc Litrico
  • Pèlerinage des 88 Temples de Shikoku par Marc Litrico
  • Pèlerinage des 88 Temples de Shikoku par Marc Litrico
  • Pèlerinage des 88 Temples de Shikoku par Marc Litrico
  • Pèlerinage des 88 Temples de Shikoku par Marc Litrico
  • Pèlerinage des 88 Temples de Shikoku par Marc Litrico
  • Pèlerinage des 88 Temples de Shikoku par Marc Litrico
  • Pèlerinage des 88 Temples de Shikoku par Marc Litrico
  • Pèlerinage des 88 Temples de Shikoku par Marc Litrico

Nota : À partir de cette année, ce forum accueille aussi les « pèlerins de la Terre ». Des hommes ou des femmes qui se mobilisent face aux crises écologiques, économiques ou sociales et qui, comme tout pèlerin, se sont mis en marche, en quête d’idées nouvelles. Une inscription unique permettra de choisir dans l’éventail des activités proposées.

AVERTISSEMENT

Cet article est un et indivisible. Vous êtes invités à le partager dans son intégralité à condition d’en citer la source (site http://pelerinsdecompostelle.com). En aucun cas, vous n’êtes autorisés à en extirper des extraits et à les publier sans en citer la source.

Copyright Fabienne Bodan & http://pelerinsdecompostelle.com

La marche pèlerine au Québec en 2018

"Guide chemins de pèlerinage du monde" de Fabienne Bodan aux Éditions Ouest-France, chapitre Amérique.
« Guide chemins de pèlerinage du monde » de Fabienne Bodan aux Éditions Ouest-France, chapitre Amérique. Photo de Carole Longuépée sur l’un des chemins québécois (Sentiers entre Vents et Marées, Îles de la Madeleine).

Nous avions présenté sur ce site l’ouvrage de Michel O’Neill paru en janvier 2017 aux Presses de l’Université Laval, à Québec sous le titre : « Entre Saint-Jacques-de-Compostelle et Sainte-Anne-de-Beaupré – La marche pèlerine québécoise depuis les années 1990 ». Le professeur émérite et chercheur autonome membre de la Chaire Jeunes et religions de la Faculté de théologie et des sciences religieuses de l’université Laval de la ville de Québec dresse « l’état de la marche pèlerine au Québec en 2018 ». Nous vous présentons dans cet article les faits marquants soulignés par ce document de 62 pages et vous invitons à lire l’intégralité du document proposé en libre accès.

La marche pèlerine au Québec en 2018 en chiffres

  • Environ 3600 personnes du Québec ont marché sur les Chemins de St-Jacques en Europe (+ 8,96% par rapport à 2017)
  • 1941 personnes ont marché sur les chemins du Québec (1650 en 2017, soit +17,4% en un an, et +42% par rapport à 2016)
  • 67,6% sont des femmes
  • Nombre de chemins québécois : 30 (24 opérationnels, 3 en latence et 3 en développement)
  • Longueur des 30 chemins québécois : inférieure à 200 km (15) ; entre 200 et 800 km (11) ; plus de 800 (4). Elle varie entre 67 et 1870 km, avec une moyenne de 322,6 km.
  • La fragilité de la marche pèlerine québécoise demeure réelle, à cause de la difficulté à trouver des hébergements ou l’essoufflement des bénévoles. S’y ajoute le fait que 12 chemins sur 30 ne reposent sur les épaules que d’une ou deux personnes. C’est ainsi que l’un des premiers chemins créé au Québec, Le chemin des Navigateurs, mettra les clés sous la porte à l’issue de sa douzième saison en 2019, faute de relève.
  • Tendance vers une diversification des lieux de marche pèlerine (voie du Piémont-Pyrénéen (France), Via de la Plata (Espagne), Via Francigena (Italie), pèlerinage de Shikoku (Japon), Jeju Olle (Corée)…)
Association Du Québec à Compostelle
Capture d’écran du site internet de l’Association Du Québec à Compostelle

12 nouveaux chemins de marche pèlerine au Québec identifiés en 2017-2018

La marche pèlerine au Québec est en constante évolution. Au 31 décembre 2018, Michel O’Neill avait « repéré 24 chemins qui avaient été en opération durant l’année, trois en latence, et trois en développement, pour un total de 30 ». Dans son premier ouvrage paru en janvier 2017, il en recensait 18. Et dans le Guide des chemins de pèlerinage du monde paru fin octobre 2018, son auteur en décrit 21.

Les 10 chemins identifiés en 2017

LES 2 CHEMINS IDENTIFIÉS EN 2018

Hommage aux bénévoles du Chemin des Navigateurs par Hélène Grenier, une des actrices principales de la mouvance des chemins de marche pèlerine au Québec, et du groupe Marcher Autrement.

Les chemins québécois versus les chemins de Compostelle

  • Si l’on s’aventure de façon autonome dans la très grande majorité des cas sur les chemins de Saint-Jacques, on doit le plus souvent s’inscrire à quelque chose de pré-organisé au Québec (20 chemins sur 30).
  • Les dix parcours s’effectuant en autonomie au Québec fonctionnent tous sur le même principe : l’information sur le tracé et les services disponibles (hébergement, alimentation, etc.) est fournie soit dans un guide papier, soit sur internet. En janvier 2019, les informations pour le Chemin du Québec et la Voie des pèlerins de la Vallée n’étaient pas encore intégralement disponibles.
  • Certains des parcours sont balisés sur le terrain. Pour d’autres, il faut se contenter des guides.
  • Parmi les 20 chemins nécessitant une inscription, on note 5 modes de fonctionnement : 1 départ annuel unique avec trajet en continu (en général limité à une quinzaine de personnes) ; des départs quotidiens pendant une période déterminée (entre 15 et 25 jours en mai ou juin de chaque année, un nombre maximum de 4 ou 6 personnes) ; des chemins à moment de départ variable ; 1 fois par an, en convergence (différents lieux de départ, même lieu d’arrivée) ; 1 fois par an, en rayonnement (à partir d’un même lieu d’hébergement).
Michel O'Neill, auteur de « Entre Saint-Jacques-de-Compostelle et Sainte-Anne-de-Beaupré – La marche pèlerine québécoise depuis les années 1990 »
Michel O’Neill, auteur de « Entre Saint-Jacques-de-Compostelle et Sainte-Anne-de-Beaupré – La marche pèlerine québécoise depuis les années 1990 », paru aux aux Presses de l’Université Laval, à Québec (janvier 2017).

La dimension spirituelle des chemins de marche pèlerine du Québec en 2018

Comment qualifier un chemin de pèlerinage, ou de marche pèlerine ? Vaste débat. Michel O’Neill souligne « qu’une racine importante de la marche pèlerine québécoise demeure le pèlerinage catholique, qui implique comme toutes les formes de pèlerinage «une personne en déplacement vers un lieu sacré. Très souvent maintenant, le référent religieux catholique est absent même si ces chemins, comme toute randonnée de longue durée d’ailleurs, sont fréquemment une occasion d’introspection ou même de réflexion spirituelle.» 

Pour 12 chemins sur 30, la dimension religieuse catholique semble importante (centrale ou significative). Dans les 18 autres cas, elle ne l’est pas vraiment (marginale ou absente). L’auteur souligne que « plusieurs responsables ont insisté sur le fait que la marche de longue durée, de quelque type que ce soit, entraîne presqu’inévitablement une forme d’introspection et de réflexion sur soi. Plusieurs l’ont qualifiée de spirituelle. L’idée d’une spiritualité laïque universelle plutôt qu’encadrée par une religion particulière est revenue à plusieurs occasions.»

Chemin de Saint-Rémi, Québec
Point de départ du Chemin de Saint-Rémi, Québec

Vers une glampignisation de la marche pèlerine québécoise ?

Antón Pombo a publié sur le site espagnol Gronze une analyse des statistiques du bureau des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle. Dans cet article Tendances du Camino de Santiago 2018, traduit par mes soins, l’auteur galicien souligne que « les formes de voyages sont en train de changer. Influencées par les intérêts du marché, elles répondent à de nouveaux critères : activité courte, consommation rapide, moins bénéfique pour l’utilisateur. » Le sociologue québécois se demande si « la transformation dans l’univers du camping dont on parle de plus en plus, le glamping, ne serait pas utile pour comprendre ce qui se passe dans celui de la marche pèlerine. » Et de s’interroger : « jusqu’où la marche pèlerine québécoise se glampignise-t-elle, en proposant de vivre des expériences avec de plus en plus de confort et de moins en moins d’effort ?»

Glamping : contraction de glamour et de camping, une sorte de prêt-à-camper de grand confort.

Marcher autrement au Québec
Capture d’écran du site Marcher autrement au Québec https://marcherautrement.com

Pour s’informer sur la marche pèlerine au Québec

Les grands marcheurs québécois

Les sources de cet article

1- Le livre de Michel O’Neill « Entre Saint-Jacques-de-Compostelle et Sainte-Anne-de-Beaupré. La marche pèlerine québécoise depuis les années 1990 »
2- L’état de la marche pèlerine au Québec en 2018 (62 pages en PDF)
3- La page Facebook de Michel O’Neill sur les chemins intitulée Le Serein Pèlerin

AVERTISSEMENT

Cet article est un et indivisible. Vous êtes invités à le partager dans son intégralité à condition d’en citer la source (site http://pelerinsdecompostelle.com). En aucun cas, vous n’êtes autorisés à en extirper des extraits et à les publier sans en citer la source.

Copyright Fabienne Bodan & http://pelerinsdecompostelle.com

Pèlerine du Québec : Roxane et l’attrapeur de rêves

Après la publication de mes premiers articles sur mon chemin de Compostelle 2012 (Via Podiensis et Camino francés) dans le numéro 148 de la revue Globe-Trotters Magazine de l’association ABM (Aventuriers du bout du monde), j’ai proposé au comité de rédaction de l’association une série de portraits de pèlerins de Compostelle dans le cadre du numéro spécial « Sur les Chemins de… » N°150 de juillet-août 2013. 

Après un article intitulé "La magie des chemins de Compostelle" dans le numéro 148, Globe-Trotters Magazine publie dans son numéro 150 une série de portraits de pèlerins rencontrés sur la voie du Puy et le Camino Francés en 2012. Page 2.

Pèlerine du Québec. Après un article intitulé « La magie des chemins de Compostelle » dans le numéro 148, Globe-Trotters Magazine publie dans son numéro 150 une série de portraits de pèlerins rencontrés sur la voie du Puy et le Camino Francés en 2012. Page 2.

4 septembre 2012. Roxane, jeune québécoise de 24 ans, entame son périple compostellan. Elle a accroché à son sac à dos, un “capteur de rêves” et une multitude de petits flacons.

Globe-Trotters Magazine : Comment t’est venue l’idée de partir sur les Chemins de Compostelle ?

Roxane Bellerose-Morin : Je revenais de quinze mois en Océanie et Asie du sud-est où j’avais passé le plus clair de mon temps dans une tente et sur la route, à simplement m’amuser et vivre. Ma perception de la réalité québécoise avait complètement changé et mes relations humaines se détérioraient de jour en jour. Je faisais du bénévolat pour compenser ce mal de vivre dans cette société. C’est alors qu’une amie m’a demandé quel serait mon prochain voyage. J’ai répondu sans vraiment réfléchir que les Chemins de Compostelle m’avaient toujours intriguée : l’appel de la nature, la simplicité du style de vie…

Ce sac à dos m'intriguait depuis quelques jours. Que pouvait-il bien y avoir dans ces petits flacons ? Et quelle personnalité se cachait derrière l'attrapeur de rêves ? © Fabienne Bodan

Pèlerine du Québec. Ce sac à dos m’intriguait depuis quelques jours. Que pouvait-il bien y avoir dans ces petits flacons ? Et quelle personnalité se cachait derrière l’attrapeur de rêves ?
© Fabienne Bodan

Pourquoi as-tu emporté ce capteur de rêves, toi la pèlerine du Québec ?

J’avais organisé en août une “journée de rêves”. Chacun devait écrire sa plus grande aspiration sur un papier d’une couleur qui le représentait. En accrochant au capteur de rêves des petits flacons contenant ces petits bouts de papier, j’ai emporté tous ces voeux vers Compostelle. C’était purement symbolique : mon but premier était que les personnes réveillent leurs aspirations. Même si leur rêve ne parvenait pas à destination, il resterait toujours dans leurs pensées ! Et pour moi, ça me permettait d’accessoiriser mon sac à dos. Un ami en Espagne m’a donné une plume de paon et une autre de hibou, car toutes mes plumes avaient disparues depuis Toulouse! Le flacon d’une amie s’est échappé au moment même où il se passait un grand changement positif dans sa vie!

A 24 ans, Roxane venait de passer 15 mois en Océanie et en Asie du Sud-Est. A une amie lui demandant quelle serait sa prochaine destination, elle s'entendit répondre : "Saint Jacques de Compostelle" ! ©Roxane Bellerose-Morin

Pèlerine du Québec. A 24 ans, Roxane venait de passer 15 mois en Océanie et en Asie du Sud-Est. A une amie lui demandant quelle serait sa prochaine destination, elle s’entendit répondre : « Saint Jacques de Compostelle » ! ©Roxane Bellerose-Morin

Le Chemin n’a pas été de tout repos pour toi…

J’ai du parfois prendre le bus ou faire du stop pour soulager mes chevilles. Lorsque je suis montée à la Cruz del Ferro (NDLR : l’un des lieux mythiques du Camino francés, où les pèlerins déposent une pierre ou un objet emportés de chez eux, comme pour se délester symboliquement de ce qui ne leur convient plus dans leur vie), j’ai compris plein de choses. Le soir, mes tendinites aux deux chevilles avaient empiré. Il s’est alors passé quelque chose d’étrange. J’ai rencontré une dame qui m’a fait prendre conscience que “la façon dont je faisais le chemin était identique à la façon de gérer ma vie”.

Marcher à l’envers

Du coup, j’ai eu un flash en m’endormant le soir : refaire un bout du chemin parcouru… à l’envers. Je voulais me faire prendre conscience que dans la vie, il faut passer par des étapes ennuyeuses : lorsqu’on cherche à l’éviter, il se peut que les conséquences soient pires. Marcher à l’envers faisait encore plus de sens parce que ça allait ajouter de la difficulté dans l’expérience. Du coup, je me suis habituée au silence et j’ai apprécié ma compagnie. J’ai réussi à m’écouter. J’ai cessé d’être influencée par les autres. Je n’ai pas atteint ma destination : ma dernière journée de marche a nécessité cinq heures pour…cinq kilomètres. Les tendinites étaient définitivement revenues. J’ai donc pris le train pour Santiago et ensuite l’avion pour Barcelone et Toulouse. Deux jours plus tard, je m’envolais pour Montréal.

Perclue de tendinites, Roxane n'atteindra pas Santiago. © Roxane Bellerose-Morin

Pèlerine du Québec. Perclue de tendinites, Roxane n’atteindra pas Santiago. © Roxane Bellerose-Morin

Mais elle reviendra de son Québec natal, un jour, elle se l'est promis. © Roxane Bellerose-Morin

Mais elle reviendra de son Québec natal, un jour, elle se l’est promis. © Roxane Bellerose-Morin

Envisages-tu, malgré tout, de revenir sur les Chemins de Compostelle ?

Oh oui. En avril 2014 ! Je veux marcher sur la voie d’Arles, et terminer le Camino francés.

Qu’est-ce qui a changé dans ta vie depuis ton retour du Chemin ?

Ma peur bleue des chiens a disparu. En outre, je trouve la Cathédrale de mon village magnifique. Je parle aux étrangers avec une aisance remarquable. Désormais, je comprends l’espagnol. Je ressens le besoin de marcher à l’extérieur chaque jour. J’ai appris comment faire des capteurs de rêves. Enfin, j’ai décidé de faire, une à une, toutes les choses dont je rêve…

Roxane facétieuse, Roxane artiste. A son retour au Québec, elle s'est inscrite dans une école d'arts à Rivière-du-loup. © Roxane Bellerose-Morin

Pèlerine du Québec. Roxane facétieuse, Roxane artiste. A son retour au Québec, elle s’est inscrite dans une école d’arts à Rivière-du-loup. © Roxane Bellerose-Morin

Propos recueillis par Fabienne Bodan (56)