Stanley Vollant, de Compostelle au chemin des mille rêves

Stanley Vollant

Capture d’écran du site internet de Stanley Vollant

L’autochtone Innu Stanley Vollant sur la voie de Compostelle

Stanley Vollant est né dans l’une des dix communautés autochtones du Québec.Dès son plus jeune âge, il bénéficie des enseignements traditionnels de son grand-père Innu. Celui-ci lui transmet toute l’importance des valeurs communautaires. Après des études secondaires et universitaires, il devient le tout premier chirurgien autochtone du Québec. En 2008, il part marcher sur les chemins de Compostelle.

Peu avant d’arriver à Saint-Jacques, il fait un rêve : « je me promenais avec mon sac à dos à travers le territoire du Québec, du Labrador, de l’Ontario. Je parlais avec des jeunes de l’importance d’avoir des rêves, de les réaliser, de ne jamais abandonner. Dans ce rêve, il y avait aussi des aînés, avec des têtes blanches, qui n’étaient pas ma grand-mère ni mon grand-père, mais des aînés autochtones qui me rappelaient ma fierté, ma culture, ma langue, mon histoire. J’ai partagé cette histoire avec un marcheur. Il m’a dit que ce n’était pas un rêve, mais une vision. Et que je devrais marcher sur les chemins de mon rêve ».

Vidéo de présentation du projet Innu Meshkenu, la longue marche du Dr Stanley Vollant vers les peuples autochtones du Québec.

6000 km à pied pour Stanley Vollant à la rencontre des autochtones du Québec

Rentré au Québec, il transforme son rêve, sa vision, en réalité : « J’ai commencé en 2010, avec mon sac à dos, et très peu de moyens. Je pensais que c’était un peu fou, mais finalement plusieurs personnes sont venues m’accompagner. La première soirée, 200 personnes m’attendaient sous la pluie, avec des feux d’artifice, avec des ballons. J’avais douté avant. Mais à ce moment là, j’ai compris que le message que je portais était important, et que je devais poursuivre mon chemin. Dans les peuples autochtones, près de la moitié ont des idées suicidaires, et une personne sur 4 tente de passer à l’acte. Il y a beaucoup de poids, de malheur chez les peuples autochtones. Plusieurs personnes rencontrées sur mon chemin m’ont inspiré à continuer.»

Le Dr Vollant raconte sa naissance, son enfance auprès de ses grands-parents, la mort de son grand-père et ce qui l’a conduit à entreprendre celle longue marche qui reliera toute les communautés des Premières Nations du Québec, la marche Innu Meshkenu Extraits de la série La Cité, diffusée sur les ondes d’APTN et mis en ligne par le Mouvement des Premiers Peuples du Québec.

Abonnez-vous à notre newsletter !

Restez connectés à ces chemins qui ont suscité tant d'émotions, préparez vos futurs périples : informations exclusives collectées sur le terrain, revue de presse internationale inédite, articles de fond, fiches détaillées sur les hébergements, dossier hospitaliers, films, documentaires, bande-dessinée, associations, sources d'information utiles, etc.

Stanley Vollant suscite le rêve et l’espoir chez les peuples premiers

Parfois les conditions sont rudes, il fait moins 30°. Il a parcouru 6000 km depuis le début de son projet un peu fou : « je me rends compte que mes ancêtres étaient des super-héros, des athlètes, et j’ai encore plus d’admiration pour eux. J’ai envie de le dire aux jeunes : vos grands-parents étaient de grandes personnes. Réappropriez-vous cette force là. Vous l’avez oublié mais elle est encore en vous. Soyez fiers de qui vous êtes, de vos racines. Les peuples autochtones sont vus plus comme une problématique. Pour moi c’est important de les réconcilier avec leur vrai espoir. Si on laisse les fardeaux du passé sur notre dos, on va s’écraser.

J’espère qu’un jour, un autre jeune reprendra le message, pour convaincre les autres jeunes que c’est possible d’avoir des rêves et de les réaliser. Peu importe la couleur, le langage, la culture, la religion. »

Regardez cette interview sur Stanley Vollant, qui raconte la terrible histoire de sa famille et de sa communauté, dont les enfants subissaient le « blanchiment » et des viols dans les pensionnats. Tout le monde verse des larmes sur le plateau. Il parle de son chemin de Compostelle et de sa marche de 6000 km au Canada.

De Compostelle à Kuujjuaq, 6000 km à pied à la rencontre des peuples autochtones

Un documentaire est réalisé sur la démarche du porteur d’espoir Innu. Cette marche de 6000 km, dont l’idée a pris naissance sur le chemin de Compostelle, le mènera pendant 5 ans à la rencontre des communautés autochtones du Québec, de l’Ontario et du Labrador. À travers sa quête, nous découvrons un autre visage de cette culture et nous partageons le message d’espoir qu’il livre aux jeunes en les incitant à réaliser leurs rêves. Après tout, si lui, enfant issu d’un milieu modeste, a pu devenir chirurgien, d’autres peuvent le faire aussi.

Stanley Vollant – De Compostelle à Kuujjuaq – Montage d’extraits HD from Productions Nova Média on Vimeo.

Scénario : Louise Girard
Réalisation : Simon C. Vaillancourt
Textes : Serge Bouchard, Louise Girard
Narration : Macha Grenon
Direction de la photographie : Yanick Rose, Nicolas Bilodeau
Images additionnelles : Pierre-Frédéric Chénier, Simon C. Vaillancourt
Montage : Pierre Breton, Valérie Lafrance
Recherche : Mathieu-Robert Sauvé, Louise Girard, Nancy Ross
Prise de son : Benjamin Turquet
Conception et montage sonore : Jérôme Boiteau Studio Expression
Musique : Pierre-Luc Ottawa, AQPM Music
Production : Nova Média
Année : 2016
Durée : 65 mns

Le site du projet de Stanley Vollant : http://www.innu-meshkenu.com

La presse en parle…

5.04.2017
Stanley Vollant, de Compostelle à Kuujjuaq : la minisérie documentaire à Radio-Canada
La minisérie documentaire Stanley Vollant, de Compostelle à Kuujjuaq suit le parcours inspirant de Stanley Vollant, premier chirurgien autochtone du Québec et initiateur d’un projet ambitieux et mobilisateur, Innu Meshkenu. Cette grande marche de 6000 km le mènera pendant 5 ans à la rencontre des communautés autochtones du Québec, de l’Ontario et du Labrador pour les sensibiliser aux saines habitudes de vie. ICI RADIO-CANADA TÉLÉ présente en primeur ce documentaire en deux parties dans le cadre de 1001 VIES, les samedis 22 et 29 avril à 21 h. On pourra revoir les épisodes sur Radio-Canada.ca/stanleyvollant à compter du 23 avril.
http://www.tvqc.com/2017/04/stanley-vollant-de-compostelle-a-kuujjuaq-miniserie-documentaire-a-radio-canada/
Article en français
Dans la revue de presse de la semaine 14 (2017) : http://pelerinsdecompostelle.com/2017-revue-de-presse-des-chemins-de-pelerinage-semaine-14/

De compostelle à Kuujjuaq

14.3.2017
Stanley Vollant : De compostelle à Kuujjuaq
La minisérie documentaire Stanley Vollant : De Compostelle à Kuujjuaq suit le parcours inspirant de Stanley Vollant, premier chirurgien autochtone du Québec.
À travers une longue marche de 6000 km, Stanley Vollant part à la rencontre des communautés, partageant avec elles son message d’espoir et l’importance de réaliser ses rêves. Ce documentaire en deux épisodes sera diffusé au cours des prochaines semaine sur les ondes d’ICI RADIO-CANADA TÉLÉ, ICI RDI et ICI EXPLORA.
http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1022184/stanley-vollant-compostelle-kuujjuaq-marche-documentaire-medecin-autochtone
Article en français
Dans la revue de presse de la semaine 11 (2017) : http://pelerinsdecompostelle.com/2017-revue-de-presse-des-chemins-de-pelerinage-semaine-11/

et la revue de presse de ce site aussi…

8.2.2017
Dr Stanley Vollant sème l’espoir de Pikogan à Waswanipi
Le Dr Stanley Vollant a repris mercredi sa marche de 6000 kilomètres dans le cadre du projet Innu Meshkenu à Pikogan, où il a semé l’espoir parmi les jeunes et les moins jeunes, les 7 et 8 février. Cette 15e étape lui permettra de relier le territoire anishinabe à celui de la Nation Crie, alors qu’il doit marcher avec quatre autres personnes les 257 km qui séparent Pikogan de Waswanipi du 8 au 19 février. La veille de son départ, il a participé à un souper communautaire où était projeté le documentaire Stanley Vollant – De Compostelle à Kuujjuaq.

«Il faut avoir des rêves et les réaliser. Il faut persévérer. Il faut aussi être fier de qui on est, que l’on soit Autochtone ou non Autochtone. Il faut se réaliser pleinement. Je porte aussi un message sur les saines habitudes de vie. Il faut prendre soin de soi au niveau physique, mental et spirituel. C’est très important pour moi. Je suis tombé plusieurs fois et j’ai toujours su me relever. Ce que je dis aux jeunes, c’est que le chemin des rêves n’est pas linéaire. Il y a parfois des croches, c’est plus long qu’on le pense bien souvent. Il ne faut jamais se décourager et savoir se relever. Tomber, c’est normal. Il n’y a personne qui ne tombe pas», a fait valoir Dr Stanley Vollant, en entrevue.

Avec déjà plus de 5500 kilomètres parcourus, Dr Stanley Vollant s’apprête à atteindre son objectif de 6000 kilomètres cet été. Inspiré par son pèlerinage à Compostelle en 2008, le médecin de Dolbeau a pris les routes du Québec en 2010 avec l’objectif d’amorcer une vague de fond dans les communautés. Il a depuis rencontré plus de 25 000 personnes et 15 000 enfants.
http://www.lechoabitibien.ca/communaute/2017/2/8/dr-stanley-vollant-seme-l-espoir-de-pikogan-a-waswanipi.html
http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1015617/stanley-vollant-marche-pikogan
Article en français
Dans la revue de presse de la semaine 6 (2017) : http://pelerinsdecompostelle.com/2017-revue-de-presse-chemins-de-pelerinage-semaine-6/

Le rêve pour leitmotiv

31.10.2016
Faire marcher son rêve
Le documentaire «De Compostelle à Kuujjuaq» revient sur l’odyssée inspirante de Stanley Vollant. Né sur la Côte-Nord, Stanley Vollant, un Innu de Pessamit, fut le premier autochtone à obtenir, en 1994, son diplôme d’étude spécialisée en chirurgie générale, devenant ainsi le premier chirurgien autochtone du Québec. A la suite d’une profonde dépression, en 2008, il part sur les chemins de Compostelle. Réalisé par Simon C. Vaillancourt, le film conte les pérégrinations de Stanley Vollant qui, à la suite d’un rêve lors d’un pèlerinage à Compostelle, décida de rentrer au Québec et de lancer le projet Innu meshkenu : parcourir un itinéraire de plus de 6 000 kilomètres sur les traces de ses ancêtres innus et rencontrer, le long de ce parcours, les membres des Premières Nations, afin de les sensibiliser à l’importance de saines habitudes de vie et de la persévérance scolaire.
http://www.ledevoir.com/culture/cinema/483487/festival-du-cinema-international-en-abitibi-temiscamingue-faire-marcher-son-reve
Article en français
Dans la revue de presse de la semaine 44 (2016) :
http://pelerinsdecompostelle.com/revue-de-presse-chemins-de-pelerinage-semaine-44-2016/

L’Amérindien qui met sa vie au service des peuples autochtones du Québec

13.05.2016
L’Amérindien qui met sa vie au service des peuples autochtones du Québec
Cette revue de presse est dédiée aux chemins de pèlerinage et aux chemins de randonnée sur de longues distances, ainsi qu’aux marcheurs au long cours. Lorsqu’il marche vers Compostelle en 2008, Stanley Vollant fait un rêve : « arpenter le territoire que ses ancêtres Innu, l’une des 10 nations amérindiennes au Québec, ont longtemps sillonné ». Depuis 2010, le chirurgien autochtone a déjà marché plus de 5200 kilomètres au Québec, afin de porter un message aux communautés amérindiennes en proie à la toxicomanie, à l’alcoolisme, à la violence familiale, à l’échec scolaire, au chômage endémique : « On doit apprendre à vivre ensemble dans un monde sans violence. Plus de 80% des femmes autochtones ont été abusées sexuellement, physiquement, dans leur propre communauté ».

Stanley veut prouver aux autochtones qu’on doit aller jusqu’au bout de ses objectifs. Celui qui est devenu le premier autochtone chirurgien au Québec, alors que très peu de ses congénères accèdent à l’enseignement supérieur. Il y a quelques jours, le marcheur militant a terminé une étape de son long périple sur les plaines d’Abraham à Québec.
http://www.rfi.fr/hebdo/20160513-amerindien-stanley-vollant-innu-espoir-peuples-autochtones-quebec
Article en français
Dans la revue de presse de la semaine 19 (2016) : http://pelerinsdecompostelle.com/revue-de-presse-semaine-19-2016/

Copyright Fabienne Bodan & http://pelerinsdecompostelle.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *