Chemin portugais : kilométrage détaillé de Fatima à Porto

Un cierge à Notre Dame de Fatima, pour ma famille et mes ami(e)s. © Fabienne Bodan

Un cierge à Notre Dame de Fatima, pour ma famille et mes ami(e)s. © Fabienne Bodan

Si quelques téméraires se lancent dans l’aventure depuis le sud du Portugal (de Faro ou Lagos, le balisage est quasiment inexistant), ou encore depuis Lisbonne (630 kilomètres de Santiago), la plupart des marcheurs entame leur parcours à Porto (240 kilomètres) ou àTuy (frontière espagnole, 115 kilomètres). A chacun son chemin. Ceux qui ne disposent que d’une quinzaine de jours partent de Porto. Une semaine suffit pour rallier Tuy à Santiago. Ces courtes distances (tout est relatif) peuvent également permettre de tester sa motivation, ses capacités physiques et psychiques avant de se lancer dans un pèlerinage au long cours.

La vieille université, centre névralgique de Coïmbra. © Fabienne Bodan

La vieille université, centre névralgique de Coïmbra. © Fabienne Bodan

J’ai toujours jugé utile pour le pèlerin d’emporter dans ses bagages une grille de synthèse offrant en un coup d’oeil les possibilités de ravitaillement et d’hébergement tout au long d’un chemin, à l’instar de ce que nous propose le Vieux Crayon, éditeur des guides Miam-Miam Dodo. Pour voyager léger, j’avais, lors de mon périple 2012 du Puy à Compostelle, élaboré un tableau mentionnant une ou deux adresses d’hébergement par village traversé, ainsi que les points de ravitaillement, à partir du Miam-Miam Dodo. Résultat, 6 pages recto-verso. J’avais pu laisser les guides de 200 grammes à la maison.

Le pont brisé au dessus de la Vouga. © Fabienne Bodan

Le pont brisé au dessus de la Vouga. © Fabienne Bodan

J’ai donc tenté de reproduire un document similaire pour le chemin portugais, à partir du seul guide existant en français. Etant donné la difficulté à trouver une information fiable et actualisée en français sur ce chemin portugais, j’ai également élaboré un second document, synthèse de diverses sources multilingues que j’ai pu trouver sur cette Via Lusitania.

Abonnez-vous à notre newsletter !

Restez connectés à ces chemins qui ont suscité tant d'émotions, préparez vos futurs périples : informations exclusives collectées sur le terrain, revue de presse internationale inédite, articles de fond, fiches détaillées sur les hébergements, dossier hospitaliers, films, documentaires, bande-dessinée, associations, sources d'information utiles, etc.

A Mealhada, j'ai dormi chez les "Bombeiros", les pompiers portugais. © Fabienne Bodan

A Mealhada, j’ai dormi chez les « Bombeiros », les pompiers portugais. © Fabienne Bodan

TABLEAU : je créerais prochainement ce tableau directement sur cette page. Pour des raisons de timing serré avant mon départ pour la Via de la Plata, et souhaitant publier le plus d’informations possibles sur ce site, je vous propose de consulter ce tableau disponible sur mon autre blog http://www.voyageursdunouveaumonde.com en cliquant sur ce lien : Kilométrage détaillé de Fatima à Porto.

L'arrivée à Porto par le pont Eiffel, du même architecte que la Tour parisienne, après 35 kilomètres de marche depuis Sao Joao de Madeira. © Fabienne Bodan

L’arrivée à Porto par le pont Eiffel, du même architecte que la Tour parisienne, après 35 kilomètres de marche depuis Sao Joao de Madeira. © Fabienne Bodan

La lecture de ce tableau nécessite quelques commentaires. La case kilométrage mentionne deux chiffres : en premier, le nombre de kilométres depuis le village précédent, en second, suivi d’une astérisque*, le nombre de kilomètres depuis le départ de l’étape, surligné alternativement en vert ou en rose.

Par exemple, si l’on considère la troisième ligne :

Alpriate – 9,1 / 22,5* kms – 22,5 – 5h40

Alpriate est situé sur l’étape entre Lisbonne et Alverca. Il y a 9,1 kilomètres entre Sacavem, le village précédent, et Alpriate, et 22,5* kilomètres entre Lisbonne, point de départ de l’étape, et Alpriate.

Une étape incontournable : la dégustation d'un verre de porto dans la ville du même nom. Alors, que préférez-vous, porto blanc ou porto rouge ? © Fabienne Bodan

Une étape incontournable : la dégustation d’un verre de porto dans la ville du même nom. Alors, que préférez-vous, porto blanc ou porto rouge ? © Fabienne Bodan

Source : «Sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle : Le Chemin portugais, la Via Lusitana», dans la collection Guide du Randonneur et du Pèlerin, chez Lepère Editions. De toutes façons, c’est le seul guide en français relativement récent (2011, avec des mises à jour annuelles expédiées par mail).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *