Chemin portugais : 600 kilomètres de bonheur !

Nazaré n'est pas tout à fait sur le chemin portugais de Compostelle, mais j'ai effectué un petit détour par ce qui était demeuré dans mes souvenirs comme un charmant village de pêcheurs où les boeufs remontaient les filets sur la plage, il y a une trentaine d'années. La frénésie immobilière a englouti les petites maisons des pêcheurs. Seuls témoins de cette époque où la noria bovine célébrait la pêche à l'ancienne, ces barques qui trônent inertes sur la plage dans l'attente des clichés des touristes. © Fabienne Bodan

Nazaré n’est pas tout à fait sur le chemin portugais de Compostelle. Mais j’ai effectué un petit détour par ce qui était demeuré dans mes souvenirs comme un charmant village de pêcheurs. Une plage où les boeufs remontaient les filets de pêche, il y a une trentaine d’années. La frénésie immobilière a englouti les petites maisons des pêcheurs. Seuls témoins de cette époque où la noria bovine célébrait la pêche à l’ancienne, ces barques qui trônent inertes sur la plage dans l’attente des clichés des touristes. © Fabienne Bodan

Mon premier chemin de Compostelle

5 mai 2012 : départ du Puy-en-Velay, direction Saint Jacques de Compostelle

22 octobre 2012 : arrivée à Saint Jacques de Compostelle, après 4 grandes étapes sur la Via Podiensis et le Camino Francés, en mai, juin, août et septembre-octobre

26 octobre 2012 : arrivée à Fisterra

A Fisterra, il est de coutume pour l'apprenti pèlerin de brûler ses vêtements. Moi, je ne le fais pas, parce que le Cabo Fisterra serait bien plus beau sans ces chaussures ou chaussettes à moitié consumées. J'aime la nature intacte, et cette plage à l'opposé du port m'émerveille à chaque fois. © Fabienne Bodan

A Fisterra, il est de coutume pour l’apprenti pèlerin de brûler ses vêtements. Moi, je ne le fais pas, parce que le Cabo Fisterra serait bien plus beau sans ces chaussures ou chaussettes à moitié consumées. J’aime la nature intacte, et cette plage à l’opposé du port m’émerveille à chaque fois. © Fabienne Bodan

Six mois plus tard, retour sur le chemin portugais 

15 avril 2013 : vol Nantes -> Lisbonne
 
20 avril 2013 : départ de Lisbonne, direction Saint Jacques de Compostelle
 
18 mai 2013 : arrivée à Saint Jacques de Compostelle
 
2200 kilomètres sur les Chemins de Compostelle en 13 mois
 
94 jours de marche vers Santiago
 
2 ampoules (sur l’asphalte portugais)
 
1 tendinite
 
 

ATTENTION ! Pour obtenir le son de la vidéo, positionnez votre souris sur la barre noire en bas de la vidéo, et activez le bouton haut-parleur !

Abonnez-vous à notre newsletter !

Restez connectés à ces chemins qui ont suscité tant d'émotions, préparez vos futurs périples : informations exclusives collectées sur le terrain, revue de presse internationale inédite, articles de fond, fiches détaillées sur les hébergements, dossier hospitaliers, films, documentaires, bande-dessinée, associations, sources d'information utiles, etc.

Chemin portugais, Camino francés, Via Podiensis =

94 jours de bonheur !
 
Une multitude de rencontres émouvantes !
 
Des centaines de kilomètres de paysages époustouflants !
 
Des hospitaliers de coeur tout au long du chemin !
 
Le retour à la simplicité, à la sincérité et à l’essentiel !
 
Et le début d’une véritable histoire d’amour avec ces chemins initiatiques !
 
Merci à tous, amis pèlerins, hôtes, hospitaliers des albergues publics ou privés, autochtones et passants, commerçants et restaurateurs pour ces précieux moments de partage et de plénitude !
 

Chemin portugais : un prélude à d’autres voies

A peine rentrée de ce second périple compostellan, je sais déjà que je repartirai sur les Chemins. Je suis conquise. Le simple fait de revoir photos et vidéos, de lire d’autres témoignages pèlerins réactive tous ces moments d’émotion vécus sur ces 2200 kilomètres vers Santiago. Tout comme dialoguer avec mes amis pèlerins, de regarder un film (comme le merveilleux « Saint Jacques la Mecque » de Colline Serreau, ou le tant attendu « The Way » de Emilio Estevez). Magie, mystère, accoutumance, dépendance…je comprends aujourd’hui ceux que j’écoutais, incrédule, il y a un an. Je peinais à les croire quand ils me racontaient avoir déjà parcouru plusieurs chemins de Compostelle. Voire plusieurs fois le même. Je me disais alors que si je parvenais à destination, je m’estimerais déjà très heureuse. J’ai été heureuse d’atteindre Santiago pour la première fois, mais tout autant la seconde, et chaque jour au long de ces voies légendaires.
 
Édifié pour commémorer la victoire des Portugais sur les Castillans à la bataille d'Aljubarrota en 1385, le monastère des dominicains de Batalha fut pendant deux siècles le grand chantier de la monarchie portugaise où se développa un style gothique national original, profondément influencé par l'art manuélin, comme le montre le cloître royal, véritable chef-d'œuvre (Source : Unesco). © Fabienne Bodan

Édifié pour commémorer la victoire des Portugais sur les Castillans à la bataille d’Aljubarrota en 1385, le monastère des dominicains de Batalha fut pendant deux siècles le grand chantier de la monarchie portugaise. Il s’y développa un style gothique national original, profondément influencé par l’art manuélin. Le cloître royal en est témoin, véritable chef-d’œuvre (Source : Unesco). © Fabienne Bodan

L'abbaye de Santa Maria d'Alcobaça, au nord de Lisbonne, fut fondée au XIIe siècle par le roi Alphonse Ier. Par l'ampleur de ses dimensions, la clarté du parti architectural, la beauté du matériau et le soin apporté à l'exécution, elle est un chef-d'œuvre de l'art gothique cistercien (source Unesco). © Fabienne Bodan

L’abbaye de Santa Maria d’Alcobaça, au nord de Lisbonne, fut fondée au XIIe siècle par le roi Alphonse Ier. Par l’ampleur de ses dimensions, la clarté du parti architectural, la beauté du matériau et le soin apporté à l’exécution, elle est un chef-d’œuvre de l’art gothique cistercien (source Unesco). © Fabienne Bodan

Copyright Fabienne Bodan & http://pelerinsdecompostelle.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *