Freddy Mouchard Compostelle le chemin de la vie

Bande annonce du Film de Freddy Mouchard, Compostelle, le chemin de la vie

Freddy Mouchard a suivi pendant 3 ans le parcours de plusieurs pèlerins se rendant à Saint-Jacques-de-Compostelle. Deux ans et demi après la sortie du film, il est toujours en salle. À l’occasion de sa diffusion à Saint-Etienne, le réalisateur parle de sa passion pour le documentaire mais aussi la fiction. Il dévoile également à Gilles Charles, de la radio Loire FM, la genèse de son documentaire « Compostelle, le chemin de la vie » : « il y a eu un avant et un après Compostelle dans ma vie de réalisateur, comme c’est le cas pour les pèlerins. J’avais à la fois envie de faire un beau film et de vivre une expérience personnelle». Lire la suite

3360 kilomètres sur l’Appalachian Trail

17 kilos sur le dos pour un vieux rêve de 20 ans

Pat Mc Menamin a 48 ans. Cet avocat de la défense américain, a pensé qu’il était temps de réaliser un rêve vieux de 20 ans : parcourir l’Appalachian Trail. Cette randonnée exténuante de 2 100 miles (3360 km) emprunte la chaîne des Appalaches, de la Géorgie au Maine. Il s’est préparé pendant des semaines, sélectionnant matériel et équipement ad hoc : « certains partent avec 30 kilos sur le dos. J’étais content de limiter le poids à 17 kilos, sans la nourriture et l’eau. Mais progressivement, j’ai réduit le poids de mon sac à 11 kilos. C’est stratégique. On doit jongler entre le poids et les possibilités d’approvisionnement (en général tous les 5-6 jours). Certains s’expédient des colis par la poste, et les récupèrent le long du chemin. Mais j’ai opté pour un approvisionnement hebdomadaire ».

Pat Mc Menamim et l'Appalachian Trail

Source : http://www.semissourian.com/story/2454244.html

Lire la suite

La marche pèlerine québécoise depuis les années 1990

Entre Saint-Jacques-de-Compostelle et Sainte-Anne-de-Beaupré – Michel O’Neill. Vidéo publiée par les PressesUL le 14.02.2017

De Compostelle aux chemins québécois

Michel O’Neill, professeur en sociologie (retraité) de l’université de Laval, a parcouru deux fois les chemins de Compostelle (en 2003 depuis le Puy-en-Velay et en 2013 depuis Paris). Il a 52 ans en 2003. Il souhaite « se donner un temps d’arrêt et de temps juste à lui…prendre le temps de laisser place à la vie, en marchant au gré de la température et des rencontres pour casser le rythme un peu fou de la vie universitaire ». Se sentant « privilégié dans l’existence », il voulait également « prendre le temps de remercier la vie ».

Après son deuxième retour, il cherche à prolonger les bienfaits de ses expériences européennes en repérant « des chemins québécois » à la Compostelle. Fin 2016, il en dénombre 18. Il publie ses travaux en janvier 2017 aux Presses de l’Université Laval, à Québec sous le titre : « Entre Saint-Jacques-de-Compostelle et Sainte-Anne-de-Beaupré – La marche pèlerine québécoise depuis les années 1990 ». Lire la suite

Stanley Vollant, de Compostelle au chemin des mille rêves

Stanley Vollant

Capture d’écran du site internet de Stanley Vollant

L’autochtone Innu Stanley Vollant sur la voie de Compostelle

Stanley Vollant est né dans l’une des dix communautés autochtones du Québec.Dès son plus jeune âge, il bénéficie des enseignements traditionnels de son grand-père Innu. Celui-ci lui transmet toute l’importance des valeurs communautaires. Après des études secondaires et universitaires, il devient le tout premier chirurgien autochtone du Québec. En 2008, il part marcher sur les chemins de Compostelle.

Peu avant d’arriver à Saint-Jacques, il fait un rêve : « je me promenais avec mon sac à dos à travers le territoire du Québec, du Labrador, de l’Ontario. Je parlais avec des jeunes de l’importance d’avoir des rêves, de les réaliser, de ne jamais abandonner. Dans ce rêve, il y avait aussi des aînés, avec des têtes blanches, qui n’étaient pas ma grand-mère ni mon grand-père, mais des aînés autochtones qui me rappelaient ma fierté, ma culture, ma langue, mon histoire. J’ai partagé cette histoire avec un marcheur. Il m’a dit que ce n’était pas un rêve, mais une vision. Et que je devrais marcher sur les chemins de mon rêve ». Lire la suite

Camino sin limites : quand l’amour fraternel défie l’improbable !

Camino sin limites : un amour fraternel incommensurable

Camino sin limites

Oliver et Juan Luis Marfil, du projet Camino sin limites. Capture d’écran sur leur site internet.

L’un s’appelle Oliver. L’autre Juan Luis. Ils sont frères. Espagnols. De Granada. Ils ont parcouru en septembre dernier les 800 kilomètres qui séparent Roncevaux de Saint-jacques de Compostelle. Jusque là, rien d’exceptionnel, me direz-vous ? Sauf que le plus jeune des frères, Juan Luis, est handicapé à 96%. Il n’est autonome ni pour se déplacer, ni pour s’alimenter, ni pour un quelconque acte de la vie quotidienne. Il ne se déplace qu’en fauteuil roulant, poussé par quelqu’un d’autre. Les deux frères ont vécu une aventure épique qui les marquera jusqu’à la fin de leur vie.

Lire la suite

11500 km à pied sur le Trans Canada Trail

Trans Canada Trail : 25 ans, 11500 kilomètres à pied !

RandonnéeSarah Jacjson a 25 ans. Elle s’est lancée, en juin 2015, dans un projet peu commun : le Trans Canada Trail. 11500 kilomètres au total. Ce chemin de randonnée est le plus long au monde. Elle est la première femme à parcourir cet itinéraire depuis Victoria (Colombie Britannique) jusqu’à St John’s (Terre-Neuve et Labrador). Il lui reste encore 2700 kilomètres à cheminer.

Lire la suite

Le Noël des Pèlerins au long cours

Je vous souhaite un Joyeux Noël à tous, mes chers lecteurs, et vous remercie de suivre Joyeux Noëlmes publications. J’avais envie, pour cette journée de fête en famille, de mettre en lumière les aventures des pèlerins au long cours. Trois d’entre eux (à ma connaissance) cheminent toujours en cette fin d’année. Un quatrième vient de terminer un périple de plus de 5000 kilomètres. Alors j’ai une pensée spéciale pour eux en ce jour de Noël. Je leur souhaite de savourer chaque instant, chaque rencontre, chaque sensation de leur merveilleuse aventure. Et je m’incline devant leur courage et leur détermination à cheminer à une période de l’année qui n’est pas des plus clémentes. Lire la suite