Compostelle ou l’architecture sacrée

Croix des patriarches, monastère de San Juan de Ortega

Croix des patriarches, monastère de San Juan de Ortega © Fabienne Bodan

Les chemins de Compostelle sont jalonnés d’édifices, religieux ou non, empreints de géométrie sacrée. Ils jouent avec la lumière à certaines dates significatives du calendrier. Découvrez sur cette page les merveilles de  Compostelle ou l’architecture sacrée, joyaux géométriques et lumineux en France, en Espagne ou ailleurs.

  • Utilisation du nombre d’Or, du mètre (avant son introduction officielle), de PHI, de PI… 
  • Rayons lumineux à certaines périodes de l’année, venant frapper des médaillons, des sculptures, de chapiteaux pour les mettre en exergue et transmettre un message subtil
  • Découvrez les mystères des constructeurs sur le plus populaire des chemins de pèlerinage…

♦ Le monastère de San Juan de Ortega et la lumière des équinoxes (Camino francés)

Lumière d'équinoxe au monastère de San Juan de Ortega

Lumière d’équinoxe au monastère de San Juan de Ortega, Camino francés. 22.09.2017 © Fabienne Bodan

Cela se produit deux fois par an, aux équinoxes de printemps (21 mars) et d’automne (22 septembre). Le chapiteau comportant la double scène de l’Annonciation et de la Visitation est alors éclairé par le rayon du soleil couchant. Cette lumière d’équinoxe symbolise l’Esprit Saint descendant sur Marie. Le rayon lumineux n’éclaire le chapiteau que durant quelques minutes. On peut observer ce « miracle » pendant quelques jours avant et après les jours d’équinoxe.
⇒ A LIRE ET VISIONNER ICI (vivez à travers photos et vidéos l’arrivée progressive de la lumière sur le chapiteau)

♦ L’abbaye Sainte-Foi de Conques ou l’architecture sacrée (Via Podiensis)

Sainte-Foy de Conques

Les clochers de l’abbaye de Sainte-Foy, Conques © Fabienne Bodan

Quentin Leplat a étudié le site de Téotihuacan, le site mégalithique du plateau de Cauria en Corse, le plan mégalithique du Sancy.  Il nous entraîne à l’observation de l’abbaye Saint-Foi de Conques. Avec un autre regard, celui des bâtisseurs de cathédrales, dignes héritiers des bâtisseurs de la nuit des temps. Découvrez son documentaire de 15 minutes intitulé « Conques et le mystère de l’étalon métrique ». Conques est une cité bien connue des pèlerins de Compostelle. Un déclic s’était produit pour moi dans cette abbaye Saint-Foi de Conques, lors de mon premier chemin vers la capitale galicienne. J’eus alors le sentiment d’entamer l’aspect spirituel de mon périple.
⇒ A LIRE ET VISIONNER ICI

AVERTISSEMENT

Cet article est un et indivisible. Vous êtes invités à le partager dans son intégralité à condition d’en citer la source (site http://pelerinsdecompostelle.com). En aucun cas, vous n’êtes autorisés à en extirper des extraits et à les publier sans en citer la source.

Copyright Fabienne Bodan & http://pelerinsdecompostelle.com

San Juan de Ortega et la lumière d’équinoxe

Lumière d'équinoxe au monastère de San Juan de Ortega

Lumière d’équinoxe au monastère de San Juan de Ortega, Camino francés. 22.09.2017 © Fabienne Bodan

Deux fois par an, aux équinoxes de printemps (21 mars) et d’automne (22 septembre), le chapiteau comportant la double scène de l’Annonciation et de la Visitation est éclairé par le rayon du soleil couchant (vers 17h au printemps et 19h en automne). Cette lumière d’équinoxe symbolise l’Esprit Saint descendant sur Marie. Le rayon lumineux entre par un oculus de la façade du monastère de San Juan de Ortega et vient progressivement inonder de lumière le chapiteau. Le rayon n’éclaire le chapiteau que durant quelques minutes et ce, pendant quelques jours avant et après les jours d’équinoxe. Lire la suite

Conques ou l’architecture sacrée

Conques ou l’architecture sacrée : qui est Quentin Leplat ? 

Sainte-Foy de Conques

Conques ou l’architecture sacrée. Les clochers de l’abbaye de Sainte-Foy, Conques © Fabienne Bodan

Comme plusieurs millions de spectateurs, été impressionné par le film de Patrice Pooyard et Jacques Grimault : « La Révélation des Pyramides ». Nostalgique d’un dessin animé qui a bercé son enfance, « Les mystérieuses cités d’Or », Quentin, comme d’autres chercheurs indépendants passionnés, a commencé à se pencher, pendant ses loisirs, sur l’autre histoire du monde, celle que l’on ne trouve pas dans les manuels d’histoire et d’archéologie classique. J’ai nommé l’archéo-astronomie ou l’archéologie mystérieuse. « Les mystérieuses cités d’Or » traitaient déjà des légendes des peuples de Mu, de l’Atlantide, les Olmèques…et d’un savoir oublié conservé dans les 7 cités d’or. Lire la suite