Sept cathédrales sur les chemins de Compostelle en Espagne

Découvrez sept cathédrales bien connues des pèlerins des différents chemins de Compostelle : de Léon à Murcia, en passant par Burgos, Salamanque, Séville ou Madrid

28.11.2016
De catedral en catedral: siete templos españoles y sus secretos más curiosos
Si l’on additionne, en Espagne, les cathédrales, les con-cathédrales, et les cathédrales antiques, on obtient un total de 96 édifices. Dans l’article du Huffington Post, vous vous délecterez des magnifiques photos de ces édifices majestueux.

Cathédrale, Léon, Castille-Léon, Espagne

Cathédrale de Léon © Fabienne Bodan

.Cathédrale Santa Maria de Léon

Avant sa construction, on note l’existence de deux autres cathédrales, l’une romane. La cathédrale actuelle est construite au dessus de termes romains du VIIè siècle, découvertes à la fin du XIXe siècle. La légende raconte qu’une taupe mettait en pièces les progressions de la construction pendant les nuits, et que l’édifice n’avançait guère. Les habitants, impatients, eurent la peau de l’animal et l’accrochèrent à l’une des portes du temple (la porte San Juan). Il suffit d’y entrer pour apercevoir une peau à cet endroit.

Cathédrale, Nuestra Señora de la Almudena, Madrid

Cathédrale Nuestra Señora de la Almudena, Madrid © Fabienne Bodan

.Cathédrale Santa María la Real de la Almudena de Madrid

Sa construction débuté en 1883, et dura plus d’un siècle, les derniers travaux se terminant en 1999. D’extérieur néo-classique, son intérieur conserve un style néo-gothique. La cathédrale de Madrid, considérée comme l’une des moins belles d’Espagne, est orientée Nord-Sud, à la différence des autres cathédrales orientées Est-Ouest. Elle peut cependant se targuer d’avoir été l’unique cathédrale consacrée par un pape, Jean-Paul II, en 1993.

Cathédrale, Saint-Jacques de Compostelle, Galice

La cathédrale de Santiago…en mai 2013, avant les travaux…© Fabienne Bodan

.Cathédrale de Saint-Jacques de Compostelle 

Sa construction débuta sous le règne de Alfonso VI au XIe siècle, dans le but d’accueillir les reliques de l’apôtre Jacques Le Majeur. Dans ce temple sculpté dans l’une de ses façades attire l’attention. On raconte que l’un des tailleurs de pierres participant à la construction de la cathédrale a sculpté un… « derrière » sur l’une des façades pour se plaindre des conditions mauvaises de travail et du bas salaire !

Cathédrale, Séville, Andalousie et la Giralda

La cathédrale de Séville et sa célèbre Giralda © Fabienne Bodan

.Cathédrale Santa María de la Sede de Séville

Temple gothique le plus grand au monde et troisième plus grande cathédrale au monde après la basilique Saint-Pierre de Rome et Nuestra Señora Aparecida au Brésil. Juste à l’entrée de la porte San Cristóbal se situent le monument funéraire contenant les restes de Christophe Colomb. A l’origine, la cathédrale de la Havane, où reposait le navigateur, devait abriter ce monument. Mais après l’indépendance de Cuba, il fut décidé de ramener la dépouille du découvreur des Amériques à Séville. La légende conte que les fantômes de Christophe Colomb et du Cardinal Cisneros errent la nuit dans leur immense tombeau.

Cathédrale, Salamanque (Via de la Plata)

Cathédrale Salamanque (Via de la Plata) © Fabienne Bodan

.Nouvelle cathédrale Santa Maria de Salamanque (par opposition à l’ancienne cathédrale, Asunción de la Virgen) 

Deuxième cathédrale la plus grande et deuxième clocher le plus haut (110 mètres) d’Espagne. Sa construction débuta au XVIè siècle près de l’ancienne cathédrale : son mur sud s’appuie sur le mur nord de l’ancien temple. Sur sa façade fut sculpté un astronaute…en 1993.

Vidéo You Tube de Canal de MissMaritere : Papamoscas Catedral Burgos

.Cathédrale Santa María de Burgos ou Santa Iglesia Catedral Basílica Metropolitana de Santa María de Burgos

Cathédrale la plus connue d’Espagne et sans doute l’un des temples gothiques les plus importants du monde. Sa construction démarra en 1221 et depuis 1921 y reposent le Cid et son épouse Doña Jimena. Un autre personnage célèbre est le Papamoscas, automate construit au XVe siècle à 15 mètres de hauteur. Aujourd’hui muet, il ouvre la bouche toutes les heures tout en agitant une cloche de sa main droite. A côté, El Martinillo, figurine plus petite, attend sur son balcon entre deux cloches et signale tous les quarts d’heure.

Vidéo You Tube ajoutée le 27.03.2015 par Me Encanta Murcia

.Cathédrale Santa María de Murcia

Temple d’origine gothique, elle se distingue par le deuxième clocher le plus haut d’Espagne (93 mètres). Y sont conservées les entrailles et le cœur de Alfonso X el Sabio. La cathédrale possède 23 chapelles faisant honneur aux différents saints et évêques qui contribuèrent à sa construction.
http://www.huffingtonpost.es/2016/11/28/curiosidades-catedrales-espana_n_13040540.html
Article en espagnol

Via de la Plata : le sommaire du récit de pèlerinage, par étape

Samedi 4 avril 2015 : le grand départ depuis la cathédrale de Séville et sa célèbre Giralda. © Fabienne Bodan

Samedi 4 avril 2015 : le grand départ depuis la cathédrale de Séville et sa célèbre Giralda. © Fabienne Bodan

Pour faciliter votre navigation dans les méandres de ce site, ce sommaire vous aidera à accéder au récit journalier de mes étapes sur la Via de la Plata (avril-mai 2015). Il vous suffit de cliquer sur l’étape qui vous intéresse. Buen camino !

Comme toujours, il n'a a pas de secret : la flèche jaune vous conduira vers Saint Jacques de Compostelle. © Fabienne Bodan

Comme toujours, il n’a a pas de secret : la flèche jaune vous conduira vers Saint Jacques de Compostelle. © Fabienne Bodan

♦ Etape N°1, de Séville à Santiponce/Italica

♦ Etape N°2, de Santiponce/Italica à Guillena

Etape N°4, de Castilblanco de los Arroyos à Almaden de la Plata

Etape N°5, de Almaden de la Plata à El Real de la Jara

Etape N°6, de El Real de la Jara à Monesterio

Etape N°10, de Villafranca de los Barros à Torremejia

Etape N°15, de Valdesalor à Cacérès

Etape N°19, de Carcaboso à Arco de Caparra

Etape N°20, de Arco de Caparra à Aldeanueva del Camino

Etape N°21, de Aldeanueva del Camino à Calzada de Béjar

Etape N°25, de Salamanca à El Cubo de la Tierra del Vino

Etape N°27, de Zamora à Montamarta

Etape N°28, de Montamarta à Granja de Moreruela

Etape N°29, de Granja de Moreruela à Tabara

Etape N°31, de Santa Marta de Tera à Rionegro del Puente

Etape N°32, de Rionegro del Puente à Puebla de Sanabria

Etape N°33, de Puebla de Sanabria à Requejo

Etape N°34, de Requejo à Lubian

Etape N°35, de Lubian à A Gudiña

Etape N°36, de A Gudiña à Laza

Etape N°38, de Vilar de Barrio à Ourense

Etape N°41, de Castro Dozon à Silleda

Etape N°43, de Silleda à Santiago de Compostela…en taxi !

♦ L’arrivée des 3 Mousquetaires à Santiago de Compostela

♦ Santiago de Compostela, la réconciliation avec Saint Jacques

♦ Fisterra et son cap, ultime destination pèlerine

Muxia et la Virgen de la Barca

♦ De Muxia à Santiago de Compostela

♦ La séparation des 3 Mousquetaires

♦ Le retour

En chemin, vous ne manquerez de rencontrer quelques uns des plus spécimens de "Cerdo iberico" © Fabienne Bodan

En chemin, vous ne manquerez de rencontrer quelques uns des plus beaux spécimens de « Cerdo iberico » © Fabienne Bodan

La Via de la Plata est un très beau chemin de nature, et, je l'imagine, particulièrement au printemps. Ici une belle fleur de Ciste.

La Via de la Plata est un très beau chemin de nature, et, je l’imagine, particulièrement au printemps. Ici une belle fleur de Ciste. © Fabienne Bodan

La Via de la Plata ? Une histoire de coeur à coeur...© Fabienne Bodan

La Via de la Plata ? Une histoire de coeur à coeur…© Fabienne Bodan

Via de la Plata : informations pratiques et bonnes adresses

Crédentiale Via de la Plata 2015 délivrée par l'association bretonne des amis de Saint Jacques (2)

Crédentiale Via de la Plata 2015 délivrée par l’association bretonne des amis de Saint Jacques

Où retirer sa crédentiale à Séville ?

Pour ceux qui auraient oublié de se procurer leur crédentiale avant leur départ ou souhaiteraient symboliquement l’acquérir au point de départ de la Via de la Plata, sachez que vous devrez vous adresser à l’Association des Amis de Saint Jacques de Compostelle de Séville. Elle se situe Calle Castilla n°82, dans le quartier de Triana, à Séville. Le local est à l’intérieur du hall d’un immeuble. Tel : (+34) 954 335 274 / (+34) 696 600 602
E-Mail : viaplata@viaplata.org
Site web : http://www.viaplata.org
Attention, les bureaux ne sont ouverts, le matin, que le mercredi de 10h à 12h du 1er septembre au 31 Mai, et de lundi à vendredi de 10h à 13h du 1er juin au 31 août. Etrange alors que la majorité des pèlerins marchent sur cette voie en avril-mai ou en septembre-octobre, pour éviter les grosses chaleurs estivales ! L’après-midi, vous trouverez porte ouverte de 19h à 21h, du lundi au jeudi du 1er avril au 30 juin, du mardi au jeudi du 1er juillet au 31 août, du lundi au jeudi du 1er septembre au 30 octobre, et enfin, de 18h à 20h du lundi au jeudi du 1er novembre au 31 mars.

Vous trouverez en ligne le formulaire à remplir pour solliciter votre crédentiale auprès de l’association : http://www.viaplata.org/atencion-al-peregrino/credenciales

Lorsque les bureaux de l’association sont fermés, vous pouvez retirer votre crédentiale à l’Albergue Triana Backpackers, calle Rodrigo de Triana, 69, Tel : (+34) 954 459 960 (quartier Triana) ou à l’Hôtel Simon, calle Garcia de Vinuesa, 19, Tel : (+34) 954 226 660 (à procimité de la cathédrale). Dans cet hôtel, vous pourrez également acheter le « Guide du Chemin Mozarabe de Saint Jacques » édité par l’association et traduit par la Société Française des Amis de Saint Jacques de Compostelle, Paris.

Plan pour se rendre à l'hôtel Simon, à Séville, pour acheter le guide Via de la Plata édité par los Amigos del Camino de Santiago de Sevilla.

Plan pour se rendre à l’hôtel Simon, à Séville, pour acheter le guide Via de la Plata édité par los Amigos del Camino de Santiago de Sevilla.

Où manger sur la Via de la Plata ? Quelques bonnes adresses…

Ce paragraphe n’a d’autres prétentions que de vous livrer quelques bonnes adresses de restaurants ou bars à tapas bon marché et fréquentés par les autochtones. Au delà du sempiternel menu del peregrino qui finira peut-être par vous lasser avec ses inévitables « lomo de cerdo » ou « merluza a la plancha », j’avoue avoir un faible pour les « bars à tapas » où l’on boit un verre avec quelques tapas, au bar ou à table, dans une atmosphère très conviviale et animée.

Séville

Je dois les bonnes adresses de Séville à mon hôte Alfredo (voir http://pelerinsdecompostelle/?p=857), qui non seulement me les a indiquées, mais m’a accompagnée dans l’une des plus fréquentées par les Sévillans : La Bodeguita, Plaza de Salvador. Dans son escarcelle gastronomique, Alfredo a un faible pour la Casa de Extremadura, dont sa famille est originaire, située non loin de la cathédrale Calle Fernandez y Gonzalez. Il m’a conseillé également Tavernas Coloniales, toujours dans la Calle Fernandez y Gonzalez, la Oveja Negra en face du Café Picalagartos, Calle Hernando Colon, la Carboneria, un bar-taverne où l’on joue du flamenco à la guitarre, Calle Levies, La Columna en face de la place du Triunfo, autrement dénommée la Bodega Santa Cruz, à l’angle de la Calle Rodrigo Caro et de la Calle Hernando Colon.

A Séville, vous dégusterez « espinacas con garbanzos » (épinards avec des pois chiches), « papas aliñas (ou « patatas aliñadas ») » (pommes de terre en vinaigrette avec des oignons, et en option des œufs ou du thon, plat typique de Cadix), « bacalhau con tomate » (morue à la tomate, tradition pascale), « montaditos » (mini sandwiches), « pimientos asados » (piments rôtis), « aceitunas » (olives), « pescadillos fritos » (petits poissons frits), « migas a la Extremeña » (sorte de mie de pain mélangée avec divers ingrédients et poêlée), et le « salmorejo de Cordoue », mixture à base de tomates, de mie de pain et d’huile d’olive à déguster frais. Par contre, vous pourriez être surpris par les « menudos con garbanzos », à moins de n’apprécier les tripes aux pois chiches ! Pensez à arroser le tout de Manzanilla, un vin blanc servi frais mais dont l’abus vous ferait tourner la tête.

Les tapas coûtent en moyenne 2 euros à 2,50 euros, un verre de vin 1,50 euros. On peut vraiment bien manger à Séville pour un budget de pèlerin au long cours !

Torremejia

Palacio de las Lastras (voir fiche hébergement : http://pelerinsdecompostelle.com/?p=1022) : une belle atmosphère et un menu pèlerin excellent !

Un bon menu pèlerin dans un beau décor au Palacio de las lastras, Torremejia. © Fabienne Bodan

Un bon menu pèlerin dans un beau décor au Palacio de las lastras, Torremejia. © Fabienne Bodan

Merida

Le meilleur bar à tapas de la Via de la Plata que nous ayons trouvé ! Ceci restant tout à fait relatif car nous n’avons pas testé tous les bars à tapas sur cette voie. Il porte bien son nom : « Via de la Plata ». Il se situe en face du musée national de Arte Romano, et sur la rue qui mène au théâtre romain.

Tapas de luxe au Bar à tapas Via de la Plata, Merida. © Fabienne Bodan

Tapas de luxe au Bar à tapas Via de la Plata, Merida. © Fabienne Bodan

Revuelto de asparagus, au bar à tapas Via de la Plata, Merida. © Fabienne Bodan

Revuelto de asparagus, au bar à tapas Via de la Plata, Merida. © Fabienne Bodan

Zamora

Le meilleur rapport qualité/prix de la Via de la Plata que nous ayons trouvé ! Ceci demeurant tout aussi relatif que le meilleur bar à tapas. Vous y mangerez un plat pour 4 euros, et un menu (entrée, plat, dessert) pour 6,50 euros. Pas étonnant que les hospitaliers de l’auberge municipale de Zamora le recommandent. Sur la place en bas avant de monter la côte San Cipriano, en haut de laquelle se situe l’auberge municipale.

Salamanque

El Patio Cordobés
Calle Pozo Amarillo, 7
37001 Salamanca
T : 923 26 83 22
Un excellent rapport qualité/prix le midi, avec une présentation esthétique des mets.

Saint Jacques de Compostelle

Restaurant O Dezaseis, Casa de Xantar
Rua de San Pedro, 16
Tel : 981 56 48 80 – 981 57 76 33
15 703 Compostela
http://www.dezaseis.com
reservas@dezaseis.com
Un très bon restaurant légèrement en dehors de la vieille ville, où vous dégusterez poulpe et poisson dans une atmosphère un peu moyen-âgeuse…Comptez de 2à à 30 euros pas personne.

Un cadre magnifique dans un jardin à deux pas de la vieille ville, pour séjourner, boire un verre ou prendre un repas.
Costa Vella (Hotel – Terraza)
Rua Porta da Pena, 17
Santiago de Compostela
T : 981 569 530
http://www.costavella.com
hotelcostavella@costavella.com

Pour déguster un bon « jamon iberico », en sandwiches, en tranches, ou entier !
Buen Jamon
Rua Caldeireria, 31
15703 Santiago de Compostela
T : 881 031 338
http://www.buenjamon.es
jcalvobz@gmail.com

Un excellent « bar à tapas » en plein cœur de la vieille ville :
Tapas Bar « Petiscos do Cardeal »
Rua do Franco 10
15702 Santiago de Compostela
T : 981 10 82 92
correo@petiscosdocardeal.com
http://www.petiscosdocardeal.com

Gratuit pour les pèlerins…

Il n’y a pas grand chose de gratuit pour les pèlerins, même les visites d’églises ou de cathédrales. Cependant, vous pourrez visiter sans payer les ruines romaines d’Italica, à Santiponce (11 kilomètres après Séville) sur présentation de votre crédentiale. Comptez 1h30 pour la visite.
http://www.juntadeandalucia.es/cultura/italica

Transport de bagages, le cas échéant…

Via de la Plata, Transporte de Mochilas – T : +34 675 848 174 – E-mail : info@mochilasviadelaplata.com – http://www.mochilasviadelaplata.com

Associations de pèlerins

Amigos del Camino de Santiago de Sevilla – Via de la Plata – Calle Castilla, 82 – T : 95 433 52 74 / 696 600 602 – http://www.viadelaplata.org – E-Mail : viadelaplata@viadelaplata.org

Asoc. de Amigos del Camino de Santiago de Zafra y Comarca Rio Bodion – Presidente Antonio Puente Mateao – Angle de la Avenida de la Estacion, 17 et de la  Calle Andrés Pro, 1, 06300 ZAFRA – T : 617 846 551 / 924 96 91 23

Association Amigos do Camiño « Ultreia-As Eiras » (Punto de apoio o Peregrino) – As Eiras, N°16 – 32620 LAZA – Ourense – T : 608093168

Via de la Plata : Etape N°1, de Séville à Santiponce/Italica

4 avril 2015 :

Cette fois, je suis partie ! Enfin presque, puisque j’ai opté pour une mise en jambes avec seulement un petit sac de jour de Séville à Italica (les ruines de la cité romaine érigée en 206 avant J.C.), à la sortie de Santiponce. 11 kilomètres pour commencer en douceur cette Via de la Plata ! Demain, dimanche de Pâques, les choses sérieuses commencent, et cette fois, avec la mochila sur le dos ! En attendant, j’ai éprouvé quelques difficultés avec la première coquille du chemin ! Hasta luego !

Et pour démarrer cette nouvelle aventure compostellane, une petite vidéo de ma première quête :

5 avril 2015 :

J’ai décidé de m’accorder le temps nécessaire pour parcourir la Via de la Plata, et de me poser au gré des rencontres et des découvertes. A chacun sa manière de cheminer. Je proscris tout jugement. J’entends parfois dire que l’on n’est pas un vrai pèlerin si l’on procède de telle ou telle façon. Chacun trouvera ce qu’il est venu chercher sur ces voies compostellanes, et aussi ce qu’il ignore qu’il allait découvrir. Mais je crois que je vais mettre du temps avant d’arriver à Santiago parce que je me laisse bercer par les rencontres, et cette première semaine andalouse est déjà très riche en convivialité. Je devais repartir demain matin pour la seconde partie de la première étape, d’Italica à Guillena. Je suis tombée hier soir dans un piège (parce que j’ai bien voulu). Christa, une pèlerine hollandaise, est arrivée hier à la maison de mes hôtes. Et bien entendu, nous avons discuté, puis ensuite passé la soirée avec nos hôtes qui nous ont fait déguster quelques spécialités culinaires. Résultat, nous avons pris congé les uns des autres à…1 heure du matin, et poursuivi nos conversations ce matin au petit déjeuner. Dans le cadre de mes projets de réalisations de portraits, j’ai proposé à Alfredo et Maria de réaliser une petite interview. Résultat, je suis toujours à Séville. Nos hôtes sont charmants, disponibles, accueillants. Une très belle rencontre à inscrire sur mes tablettes. Nous avons beaucoup de points communs, de la réalisation d’un potager biologique en carrés ou en pots à la méditation et au yoga, en passant par les voyages, les découvertes culinaires des autres contrées, et l’ouverture aux autres. Christa nous rejoint sur ces différents thèmes. La magie du camino opère dès les premiers jours, nous créditant d’une qualité relationnelle déjà exceptionnelle. S’il est des moments où l’on peut remercier l’univers, la vie, ou, selon ses croyances, un Dieu ou une énergie de création, je les vis déjà alors que je n’ai marché que 11 kilomètres sur cette Via de la Plata !
 Je vais aussi poursuivre sur ma lancée portugaise, et tenter d’alimenter mon site web au fil de ce nouveau chemin. Voici le premier article sur l’hébergement proposé par Alfredo et Maria, que je recommande chaleureusement. C’est mon premier hébergement, et aussi mon premier coup de coeur de ce chemin. Je n’en ai pas si souvent.
http://pelerinsdecompostelle.com/?p=857

Hébergement à Séville

Alfredo et Maria, un couple de trentenaires qui, au delà de la simple location d'une chambre d'hôtes, aime avant tout partager ses passions et découvrir d'autres modes de vie et de culture.

Alfredo et Maria, un couple de trentenaires qui, au delà de la simple location d’une chambre d’hôtes, aime avant tout partager ses passions et découvrir d’autres modes de vie et de culture. © Fabienne Bodan

La pièce de vie, avec un espace salon et un espace salle à manger. Sur le rebord de la fenêtre, une collection de plantes. Cette photo postée sur le site AirBnb m'a attirée vers cette maison. © Fabienne Bodan

La pièce de vie, avec un espace salon et un espace salle à manger. Sur le rebord de la fenêtre, une collection de plantes. Cette photo postée sur le site AirBnb m’a attirée vers cette maison. © Fabienne Bodan

La chambre, pleine de petites attentions, au premier étage de la maison, dont la fenêtre donne sur une cour intérieure ornée de plantes vertes préférant l'ombre du rez-de-chaussée aux températures parfois caniculaires de la terrasse. © Fabienne Bodan

La chambre, pleine de petites attentions, au premier étage de la maison, dont la fenêtre donne sur une cour intérieure ornée de plantes vertes préférant l’ombre du rez-de-chaussée aux températures parfois caniculaires de la terrasse. © Fabienne Bodan

Petite salle de bains privée. © Fabienne Bodan

Petite salle de bains privée. © Fabienne Bodan

HébergementAlfredo Felix Claver et Maria
9, calle Madre Maria Teresa
41005 Séville
Andalousie
+34617909887
E-mail : alfrefre@hotmail.com
Tarif 2015*25 euros avec le petit déjeuner
Description.Petite chambre avec 1 lit 1 personne dans une maison de deux étages, le troisième niveau étant constitué d'une terrasse ensoleillée où Alfredo cultive légumes, plantes aromatiques et fleurs dans une collection de pots de toutes les tailles. Le visiteur dispose d'une salle de bains privée au même niveau que sa chambre, avec une baignoire sabot, et WC intégrés. Draps, serviettes de toilettes (3), gel douche fournis.
.Connexion Wifi
.Le petit déjeuner est à volonté : pain, confiture, huile d'olive, beurre, yoghourts, lait, thé, café, infusion, maté (Alfredo aime voyager et a rapporté cette habitude de consommation d'Argentine), céréales, fruits, jus de fruits. Chacun se prépare son petit déjeuner à l'heure qui lui convient, et le partage avec ses hôtes si les horaires coïncident.
.La maison est située à 20-25 minutes à pied du centre historique de Séville, et desservie en une dizaine de minutes par plusieurs lignes de bus remontant les rues Luis Montoto ou Eduardo Dato (N°5, 32, 22, 29, 24, 27). Station de métro à la Gran Plaza, à 5 minutes de la maison.
.Pas d'air conditionné, les hôtes préfèrent toutes les solutions naturelles et écologiques.
.La maison est un havre de paix : Alfredo et Maria ont choisi de s'éloigner un peu de l'agitation du centre historique afin de vivre dans une atmosphère paisible et quasi provinciale. Ici, tout respire la sérénité (Alfredo pratique yoga et méditation), le respect de l'autre. Le pèlerin en partance pourra s'y reposer sans souffrir du bruit, et bénéficier de l'aide discrète de ses hôtes tout en vivant à sa guise en toute indépendance, alors qu'il partage le lieu même d'habitation de ses hôtes. Une seconde chambre un peu plus à l'écart, au rez-de-chaussée, est louée pour des durées plus longues, mais chacun se croise sans se déranger, même si certains moments sont spontanément consacrés aux joutes verbales.
.En conclusion, j'avais réservé pour 3 nuits, et j'y ai finalement passé 5 nuits !
Avantages.Accueil extraordinaire de la part d'Alfredo, de Maria, de leur petite Julietta (7 ans en 2015) et de leurs 2 chats, Ekko et Nana. Ils sont tous, chats y compris, ravis de recevoir le voyageur ou le pèlerin, aiment discuter, aider, renseigner, expliquer. Alfredo l'explique, mais cela se sent dans leur façon de recevoir et de prendre soin de leurs hôtes : ils ne proposent pas cette chambre seulement pour gagner de l'argent, mais parce qu'ils ont envie de partager des moments précieux de discussion et de découvertes de la vie d'autrui. Lui même voyageur, Alfredo accueille les visiteurs depuis une dizaine d'années.
.Alfredo parle très bien anglais (pas le français). Il vous commentera avec passion sa ville, les jardins de sa ville, son goût pour le sport et le cinéma, sa passion pour les jardins urbains (en attendant de s'installer à la campagne ?), et vous fera visiter la terrasse et toutes ses plantations. Vous pourrez également vous prélasser sur la terrasse à l'écart de l'agitation du centre touristique.
.La maison est parfaitement tenue, d'une grande propreté, avec le sens du détail (des petites bougies dans la chambre et la salle de bain, de petits chocolats sur la tables de nuit, des multiprises dans la chambre...)
.Alfredo m'a consacré une 1/2 journée, tenant à me faire découvrir Séville, les quartiers qu'il affectionne tout particulièrement, quelques bars à tapas qu'il recommande chaleureusement parce que fréquentés par la population locale et offrant une bonne qualité de nourriture.
Inconvénients.Aucun
.Certains pourraient estimer à juste titre l'hébergement un peu éloigné du centre historique, mais la qualité extraordinaire de l'accueil, la quiétude du lieu et le soin apporté à l'entretien de la chambre et de la salle de bains (de la maison en général) effacent très largement ce petit inconvénient.
Appréciation
Coup de coeur
♣/♥
♣♣♣
La terrasse, au troisième niveau, où Alfredo cultive avec passion ses légumes  dans une terre à base de compost maison. Alfredo est un amoureux de la nature et avide de connaissances sur le jardinage biologique. © Fabienne Bodan

La terrasse, au troisième niveau, où Alfredo cultive avec passion ses légumes dans une terre à base de compost maison. Alfredo est un amoureux de la nature et avide de connaissances sur le jardinage biologique. © Fabienne Bodan

Autre partie de la terrasse, avec des plantes d'ornements et aromatiques. © Fabienne Bodan

Autre partie de la terrasse, avec des plantes d’ornements et aromatiques. © Fabienne Bodan

*Lorsqu’aucune précision complémentaire n’est mentionnée, ce tarif désigne seulement la nuit pour pour une personne, sans petit-déjeuner ni demi-pension.

 Ce Chemin vers Compostelle est un cadeau de la vie et de l’univers, déclaré patrimoine de l’Humanité par l’Unesco il y a 25 ans. Je considère également chaque hébergement, chaque accueil, chaque personne aidante sur le Chemin comme un cadeau. J’ai donc décidé d’apprécier chaque hébergement m’ayant abritée pour une nuit, sur les critères objectifs détaillés dans les avantages et les inconvénients, en un cadeau  , deux cadeaux ♣♣ ou trois cadeaux ♣♣♣ .
♥ J’y ai également mentionné mes coups de coeur, sachant que les critères de chacun sont toujours subjectifs, liés à l’émotion d’un accueil, à l’harmonie entre les pèlerins le soir de son passage, à l’humeur des hospitaliers, à la difficulté de l’étape ou à la météo du jour… Cependant, le critère majeur retenu dans la sélection de mes coups de coeur est l’atmosphère de l’hébergement, son âme et la qualité de l’accueil de ses responsables et, mieux, hospitaliers ou hospitaleros. Mes coups de coeur ne vont pas forcément aux auberges les plus belles et les plus confortables, mais à celles dans laquelle perdure l’esprit du Chemin. Ils vont aux hospitaliers qui ont ouvert leurs coeurs aux pèlerins et qui aident, progressivement, par leur accueil, leur soutien, leur compassion et leur amour de l’autre, les pèlerins à ouvrir leur coeur et à atteindre l’objectif qu’ils se sont assigné en marchant vers Saint Jacques de Compostelle.