37 pèlerins secourus cet hiver entre Saint-Jean-Pied-de-Port et Roncevaux

37 pèlerins ont été secourus cet hiver (novembre à mars) lors de la première étape entre Saint-Jean-Pied-de-Port et Roncevaux. Lors de cette étape, on passe d’une altitude de 165 mètres à 1430 mètres (en haut du col de Lepoeder).

Des pèlerins secourus chaque hiver entre Saint-Jean-Pied-de-Port et Roncevaux

Bureau des pèlerins de Saint-Jean-Pied-de-Port

La webmaster de ce site accueillante au bureau des pèlerins de Saint Jean Pie de Port la première semaine de septembre 2015 © Fabienne Bodan

Lire la suite

La magie des chemins de Compostelle

Couverture du N°148 de Globe-Trotters Magazine, édité par l'association ABM (Aventures du Bout du Monde). Ce numéro contient 6 pages de ma plume sur mes pérégrinations de 2012 sur la Via Podiensis et la Camino francés.

Couverture du N°148 de Globe-Trotters Magazine, édité par l’association ABM (Aventures du Bout du Monde). Ce numéro contient 6 pages de ma plume sur mes pérégrinations de 2012 sur la Via Podiensis et la Camino francés dont l’article « La magie des chemins de Compostelle ».

« bonjour Fabienne, et merci de bien vouloir partager un bout de ton chemin pour le GT. Je te laisse libre de choisir le thème, une journée, une rencontre ou plusieurs qui t’ont émue par exemple… Faire un zoom sur un détail ou alors une vue plus globale. Tu peux même écrire plusieurs textes mais le temps risque de te manquer : le comité de rédaction se réunit mercredi prochain pour sélectionner les textes. Bon, nous pouvons toujours te garder le nombre de pages que tu souhaites et si tu peux nous les transmettre pour le 20-25 novembre, cela devrait encore aller. Pour les photos, nous te ferons signe un peu plus tard, ne t’inquiète pas ! très bonne fin de semaine ».

Ecriture de retour de chemin : « La magie des chemins de Compostelle »

Je suis rentrée depuis à peine une semaine de Santiago, quand Odile Paugam, de l’association ABM (Aventures du Bout du Monde), dont je suis adhérente depuis 25 ans, m’interpelle ainsi en me demandant si je veux bien écrire un article sur mon aventure compostellane. J’ai, effectivement, beaucoup à dire. Malgré le délai très court, je m’exécute. En voici le résultat : 6 pages dans le Globe-Trotters Magazine N ° 148 de mars-avril 2013, dont 2 pages pratiques. Je vous en souhaite bonne lecture…

Fraternité, solidarité, écoute et compassion

Trés émue par toutes ces magnifiques rencontres du Puy-en-Velay à Saint-Jacques de Compostelle, je décide de parler de fraternité, solidarité, écoute et compassion. J’intitule mon article : « La magie des chemins de Compostelle« .

Article "La magie des chemins (de Compostelle)" rédigé pour le N°148 de Globe-Trotters Magazine (page 1/4 de l'article).

Article « La magie des chemins de Compostelle » rédigé pour le N°148 de Globe-Trotters Magazine (page 1/4 de l’article).

Article "La magie des chemins (de Compostelle)" rédigé pour le N°148 de Globe-Trotters Magazine (page 2/4 de l'article).

Article « La magie des chemins de Compostelle » rédigé pour le N°148 de Globe-Trotters Magazine (page 2/4 de l’article).

Article "La magie des chemins (de Compostelle)" rédigé pour le N°148 de Globe-Trotters Magazine (page 3/4 de l'article).

Article « La magie des chemins de Compostelle » rédigé pour le N°148 de Globe-Trotters Magazine (page 3/4 de l’article).

Article "La magie des chemins (de Compostelle)" rédigé pour le N°148 de Globe-Trotters Magazine (page 4/4 de l'article).

Article « La magie des chemins de Compostelle » rédigé pour le N°148 de Globe-Trotters Magazine (page 4/4 de l’article).

 http://fr.calameo.com/read/0019682370a430e1afd4d

Pour lire les 4 pages de l’article, cliquez sur le lien ci-dessus. Une fois sur la page du site hébergeur de publications Calameo, vous apercevrez une barre d’icônes en haut à droite. Cliquez sur l’icône la plus à gauche, représentant un petit livre, puis sur « diapositive ». Le texte apparaît grandeur nature. Vous avez encore la possibilité de zoomer, puis de feuilleter la publication.

Certains lecteurs de ce blog et de ma page Facebook m’ont demandé où l’on pouvait se procurer Globe Trotters Magazine. Il est téléchargeable en format PDF sur le site d’ABM (c’est ici). Vous pouvez aussi acheter un ou plusieurs numéros sur le site d’ABM (c’est par là).

Où se procurer Globe-Trotter Magazine ?

Enfin, le magazine est distribué dans les librairies suivantes :                                     Librairie Goulard – 37, cours Mirabeau – 13 100 Aix-en-Provence – T : 04 42 27 66 47 Planète bleue – 54, rue Saint Nicolas – 17 000 La Rochelle – T : 05 46 34 23 23         Librairie Molllat – 89, rue Porte Dijeaux – 33 080 Bordeaux – T : 05 56 56 40 40         Librairie des Cinq Continents – 20, rue Jacques Coeur – 34 000 Montpellier –                     T : 04 67 66 46 70                                                                                                          Librairie Ariane – 20, rue Cap. Alfred Dreyfus – 35 000 Rennes – T : 02 99 79 68 47       MTA Géothèque – 10, place du Pilori – 44 000 Nantes – T : 02 40 47 40 68              Itinérances – 62, rue Baudrière – 49 100 Angers – T : T : 02 41 77 36 47                        Autour du Monde – 65, rue de Paris – 59 026 Lille Cedex – T : 03 20 78 19 33             Raconte moi la terre – 14, rue du Plat – 69 002 Lyon – T : 04 78 92 60 22                     Chemin en pages – 121, av. Ledru Rollin – 75 011 Paris – T : 01 43 38 15 77                 Gibert Joseph – 26, bd Saint Michel – 75 006 Paris – T : 01 46 46 10 50                          ABM – 11, rue de Coulmiers – 75 014 Paris

ABM c’est trois festivals par an

ABM organise trois festivals de voyages par an : Paris Travelers en avril, Partir Autrement en juin, et le Festival des Globe-Trotters en septembre. Pour plus d’informations sur les activités et le fonctionnement de l’association, consultez leur site web à l’adresse http://www.abm.fr. Le 6e Festival Partir Autrement se déroulera les 13 et 14 avril 2013 à l’espace Reuilly, Paris 12e

Affiche 6e Festival Partir Autrement organisé par l'association ABM (Aventures du Bout du Monde)

Affiche 6e Festival Partir Autrement organisé par l’association ABM (Aventures du Bout du Monde)

Richard et Vincent, père et fils sur le Camino

Après la publication de mes premiers articles sur mon chemin de Compostelle 2012 (Via Podiensis et Camino francés) dans le numéro 148 de la revue Globe-Trotters Magazine de l’association ABM (Aventuriers du bout du monde), j’ai proposé au comité de rédaction de l’association une série de portraits de pèlerins de Compostelle dans le cadre du numéro spécial « Sur les Chemins de… » N°150 de juillet-août 2013. 

Après un article intitulé "La magie des chemins de Compostelle" dans le numéro 148, Globe-Trotters Magazine publie dans son numéro 150 une série de portraits de pèlerins rencontrés sur la voie du Puy et le Camino Francés en 2012. Page 2.

Père et fils sur le Camino. Après un article intitulé « La magie des chemins de Compostelle » dans le numéro 148, Globe-Trotters Magazine publie dans son numéro 150 une série de portraits de pèlerins rencontrés sur la voie du Puy et le Camino Francés en 2012. Page 2.

Père et fils sur le Camino à l’unisson

Ils cheminent à l’unisson. Tantôt l’un, tantôt l’autre ouvre la marche. Ils sont équipés de sacs à dos, capes de pluie, sacs de couchage identiques. Ils ne se quittent jamais, s’adaptent au rythme de l’autre, soutiennent l’exercice physique et moral de l’autre, décident, ensemble, sereinement, de leur étape du lendemain le soir à la veillée. Complices, Richard, 70 ans, et Vincent, 40 ans, père et fils, se sont immergés dans l’aventure compostellane en deux grandes étapes : du Puy-en-Velais à Roncevaux en octobre 2011, de Roncevaux à Santiago de Compostelle en octobre 2012.

Globe-Trotters Magazine : Lequel d’entre vous a eu cette idée ?

Vincent : Moi. Je voulais entreprendre quelque chose. Je le sentais, sans trop savoir quoi, ni pourquoi. J’ai vu un reportage sur Compostelle. Et là, je me suis dit : “c’est ça que je veux faire”.

Richard : Vincent nous a exposé son projet. Il n’avait pas envie de partir seul. Alors ma femme m’a dit : “pourquoi ne partirais-tu pas avec ton fils ?”. Et voilà comment, à mon âge, malgré mes douleurs au dos et aux genoux, je me suis lancé dans cette folle aventure.

Col de San Roque, entre O Cebreiro et Triacastela (Camino francés), ou le début d'une journée pluvieuse qui verra Richard et Vincent arriver trempés jusqu'aux os et aux bout des orteils au gîte de l'étape. © Fabienne Bodan

Père et fils sur le Camino. Col de San Roque, entre O Cebreiro et Triacastela (Camino francés), ou le début d’une journée pluvieuse qui verra Richard et Vincent arriver trempés jusqu’aux os et aux bout des orteils au gîte de l’étape. © Fabienne Bodan

Votre complicité est émouvante. Marcher ensemble vous a permis d’aller jusqu’au bout ?

Richard : L’an dernier, mon genou s’est bloqué. Heureusement qu’un soir, dans un gîte, j’ai rencontré un kinésithérapeute qui me l’a remis en place. Je ne pouvais pas arrêter, car Vincent aurait dû faire de même. Je n’avais pas le droit de compromettre son projet. Soit nous parvenions ensemble à destination, soit nous arrêtions tous les deux.

Vincent : L’an dernier, mon père s’est blessé. Cette année, c’est moi, avec cette tendinite qui a bien failli m’empêcher d’arriver à Santiago. A mon tour, je ne pouvais pas renoncer, ni pour moi, ni pour lui. Pas si près du but.

Que retirez-vous de ce voyage ?

Richard, Vincent : Pour nous, il s’agissait d’un défi physique. Une randonnée au long cours pour aller jusqu’au bout de nous-mêmes. En rentrant, nous avons attaqué Roanne-Thiers, une marche de 57 kilomètres dont la première édition a eu lieu en 1925. Le départ a lieu à minuit, il faut arriver avant midi. Avec nos 800 kilomètres du Camino francés, nous étions entraînés !

La cathédrale de Saint Jacques de Compostelle n'est plus qu'à 4 kilomètres. Mais Richard et Vincent savourent déjà la joie inénarrable de l'arrivée ! © Fabienne Bodan

Père et fils sur le Camino. La cathédrale de Saint Jacques de Compostelle n’est plus qu’à 4 kilomètres. Mais Richard et Vincent savourent déjà la joie inénarrable de l’arrivée ! © Fabienne Bodan

Propos recueillis par Fabienne Bodan 

Jan, le pèlerin d’Anvers

Après la publication de mes premiers articles sur mon chemin de Compostelle 2012 (Via Podiensis et Camino francés) dans le numéro 148 de la revue Globe-Trotters Magazine de l’association ABM(Aventuriers du bout du monde), j’ai proposé au comité de rédaction de l’association une série de portraits de pèlerins de Compostelle dans le cadre du numéro spécial « Sur les Chemins de… » N°150 de juillet-août 2013. 

Après un article intitulé "La magie des chemins de Compostelle" dans le numéro 148, Globe-Trotters Magazine publie dans son numéro 150 une série de portraits de pèlerins rencontrés sur la voie du Puy et le Camino Francés en 2012. Page 1.

Pèlerin d’Anvers. Après un article intitulé « La magie des chemins de Compostelle » dans le numéro 148, Globe-Trotters Magazine publie dans son numéro 150 une série de portraits de pèlerins rencontrés sur la voie du Puy et le Camino Francés en 2012. Page 1.

Je vous ai parlé dans l’article précédent des circonstances de ma rencontre avec Jan, dans l’ascension du col de Roncevaux. Voici, comme promis, l’interview qu’il m’a accordée.

Pèlerin d’Anvers : 2000 kilomètres à pied vers Compostelle

L’idée lui trottait dans la tête depuis sept ans. Il attend la retraite pour concrétiser son projet. Jan a 57 ans. Le flamand d’Anvers s’élance le 2 juillet 2012, du seuil de sa maison, dans un grand périple en solitaire de 2 000 kilomètres vers Saint Jacques de Compostelle. Il s’est entraîné depuis le début de l’année sur 1 400 kilomètres, lestant son sac de bouteilles en plastique remplies de pierres, porte 26 kilos dans son sac à dos, car il a choisi l’autonomie intégrale du camping. Trois mois plus tard, il parvient à destination.

Globe-Trotters Magazine : Qu’est-ce qui t’a donné cette idée ?

Jan : Une émission de télé. Un jeune reporter, caméra sur la tête, effectuait le chemin en hiver. Tous les jours, on montrait pendant une dizaine de minutes les images de son aventure.

“Partir en pèlerinage signifie abandonner pour recevoir et devenir à nouveau un véritable être humain”. En quoi cette phrase t’a-t-elle inspirée dans ta démarche?

Je voulais effectuer une parenthèse dans ma vie pour faire le point. Non sur papier mais dans mon esprit. J’ai eu le privilège d’avoir une famille formidable, une femme douce et délicate, des enfants ayant trouvé leurs voies respectives, une bonne santé, un métier qui me plaisait et la liberté, au sein de ma famille, de m’exprimer et de demeurer moi-même. Je me sentais privilégié, heureux. Je souhaitais m’imprégner profondément de cette sensation, remercier la vie pour ce qu’elle m’avait offert. Un peu comme un contrepoids à l’injustice, la misère et le chagrin de nombre de personnes sur la terre. Santiago représentait la destination mais certainement pas le but du voyage. Non, le but ultime consistait en cette longue route qui me permettrait la rencontre avec…moi-même.

Comment as-tu associé les tiens à cette aventure ?

J’ai dédié ce pèlerinage à ma famille, ma femme et mes enfants, mes amis, par gratitude pour l’affection et la joie qu’ils m’ont données. Chaque jour, je marchais pour une personne en particulier. Ainsi, j’ai consacré l’étape la plus difficile de mon parcours, l’ascension du col de Roncevaux, à ma soeur accidentée. Une autre chose me tenait à coeur : je voulais me libérer de cette petite colère qui tourmentait mon âme, parce que j’ai déçu des gens dans ma vie, et que mon incapacité à transformer cette déception provoquait cette colère. Alors j’espérais que ce chemin ouvrirait ces coeurs pétrifiés et qu’ils m’accorderaient leur pardon.

Comment vois-tu la vie désormais, toi le « pèlerin d’Anvers » ?

Je ne crois pas que cette expérience ait fondamentalement changé ma vie. Cependant, j’ai pris conscience de ma propre valeur, et je n’ai plus besoin de reconnaissance. Cela me met à l’abri des flatteries de personnes peu sincères. J’ai appris que le hasard n’existe pas, qu’une solution se présente toujours lorsque l’on se sent en péril, que les gens que l’on rencontre et apprécie sont toujours plus ou moins un miroir de soi-même, de même que ce qui nous irrite chez les autres. J’ai compris également que relativiser est la meilleure manière d’être heureux.

Propos recueillis par Fabienne Bodan (56)

Pèlerin flamand : d’Anvers et avec tous !

Après la publication de mes premiers articles sur mon chemin de Compostelle 2012 (Via Podiensis et Camino francés) dans le numéro 148 de la revue Globe-Trotters Magazine de l’association ABM(Aventuriers du bout du monde), j’ai proposé au comité de rédaction de l’association une série de portraits de pèlerins de Compostelle dans le cadre du numéro spécial « Sur les Chemins de… » N°150 de juillet-août 2013. 

Couverture du N°150 de Globe-Trotters Magazine, édité par l'association ABM (Aventures du Bout du Monde). Ce numéro contient 6 pages de ma plume sur les chemins de Compostelle.

Couverture du N°150 de Globe-Trotters Magazine, édité par l’association ABM (Aventures du Bout du Monde). Ce numéro contient 6 pages de ma plume sur les chemins de Compostelle.

En grimpant vers Roncevaux

Je vous présente aujourd’hui Jan Van Dongen, pèlerin flamand de son état. J’ai rencontré Jan dans l’ascension du col de Roncevaux, fin août 2012. Après Saint Jean Pied de Port, l’atmosphère devient complètement internationale. Ceux qui arrivent par les chemins français voient tout à coup débouler des centaines de pèlerins venus entamer leur périple à la frontière franco-espagnole, reconnaissables à leurs tenues propres et repassées, et souvent, à leurs sacs à dos surchargés. Ne sachant plus à quelles nationalités j’avais affaire, mais ravie de rencontrer ces nouveaux pèlerins du monde entier, j’ai donc dès le début de l’étape joyeusement salué mes congénères dans les langues de ma connaissance.

Hoe gaat het met jou ?

Lorsque j’ai rencontré Jan, il m’a répondu en anglais, m’expliquant qu’il était flamand. Et alors, très fière de moi, j’ai prononcé comme je pouvais la seule phrase que je connaissais en néerlandais « Hoe gaat het met jou » (déjà là, j’ai du chercher dans plusieurs dictionnaires franco-néerlandais pour trouver comment cela s’écrit !). Et Jan de me répondre : « mais tu sais, nous les flamands de Belgique nous parlons aussi français ». Eh voilà, faites des efforts linguistiques ! Notre belle amitié a commencé comme ça.

Trois petits jours et puis s’en vont !

Nous nous sommes quittés trois jours plus tard à Pampelune. Jan poursuivait son chemin jusqu’à Santiago. Je devais pour ma part interrompre le mien pour une quinzaine de jours. Les séparations sur le chemin sont toujours déchirantes. Je me souviendrai à jamais de l’expression de tristesse et de pèlerins en perdition dans le regard de mes trois compagnons de camino, Jan, Christian et Pascal. Nous nous étions rencontrés 2 ou 3 jours auparavant. Nous devions déjà nous quitter. Je ne me suis pas retournée, de peur qu’ils ne voient mes larmes. J’ai levé le bras, de dos, pour les saluer une dernière fois. Derrière moi, Christophe et Marie-Claire m’accompagnaient dans un silence pesant. Nous devions rentrer tous les trois à Saint Jean Pied de Port. Nous n’avons pas échangé un mot de tout le trajet, et sommes rentrés dans nos auberges respectives sans avoir envie de dîner.

Un duo vers Compostelle

Jan et Christian sont parvenus à destination fin septembre 2012, en provenance respectivement d’Anvers et du Mont Saint Michel. Le jeune Pascal a fait de même quelques jours plus tard, avant de regagner son Québec natal. Christophe et Marie-Claire ont repris le chemin à Pampelune le 9 août 2013, et aux dernières nouvelles, quittaient Léon en espérant boucler leur pèlerinage dans les 30 jours qu’ils s’étaient accordés pour ce faire. Véronique, que nous n’avons pas revue le jour de notre départ, a continué son chemin jusqu’à Burgos.

Je m’aperçois aussi que ce préambule est déjà suffisamment long. Je vous donne donc rendez-vous dès demain pour l’interview de Jan. 

Portraits de pèlerins dans Globe-Trotters Magazine

Après la publication de mes premiers articles sur mon chemin de Compostelle 2012 (Via Podiensis et Camino francés) dans le numéro 148 de la revue Globe-Trotters Magazine de l’association ABM (Aventuriers du bout du monde), j’ai proposé au comité de rédaction de l’association une série de portraits de pèlerins de Compostelle. Ils sont parus dans le cadre du numéro spécial « Sur les Chemins de… » N°150 de juillet-août 2013. 

Couverture du N°150 de Globe-Trotters Magazine, édité par l'association ABM (Aventures du Bout du Monde).

Couverture du N°150 de Globe-Trotters Magazine, édité par l’association ABM (Aventures du Bout du Monde).

Portraits de pèlerins : Jan, Véronique, Richard et Vincent, Roxane sur les chemins

Je vais donc publier cette semaine sur ce blog la version longue de ces interviews, celles-ci ayant du être coupées en raison des contraintes rédactionnelles du magazine. Merci encore à Odile Paugam d’ABM pour cette belle collaboration dans un esprit de respect mutuel et de sérénité/ Merci également au comité de rédaction de l’association pour avoir accepté de publier mes articles sur ces beaux chemins de Compostelle. Première interview…demain…

Après un article intitulé "La magie des chemins de Compostelle" dans le numéro 148, Globe-Trotters Magazine publie dans son numéro 150 une série de portraits de pèlerins rencontrés sur la voie du Puy et le Camino Francés en 2012. Page 1.

Après un article intitulé « La magie des chemins de Compostelle » dans le numéro 148, Globe-Trotters Magazine publie dans son numéro 150 une série de portraits de pèlerins rencontrés sur la voie du Puy et le Camino Francés en 2012. Page 1.

Après un article intitulé "La magie des chemins de Compostelle" dans le numéro 148, Globe-Trotters Magazine publie dans son numéro 150 une série de portraits de pèlerins rencontrés sur la voie du Puy et le Camino Francés en 2012. Page 2.

Après un article intitulé « La magie des chemins de Compostelle » dans le numéro 148, Globe-Trotters Magazine publie dans son numéro 150 une série de portraits de pèlerins rencontrés sur la voie du Puy et le Camino Francés en 2012. Page 2.

Vous pourrez lire également dans ce numéro 150 de GT Magazine l’article d’Aurélie Mandon  narrant son parcours entre Tours et Châtellerault sur la via Turonencis, ainsi que celui de Jean  Revertégat sur son chemin du Puy-en-Velay à Santiago de Compostelle.

Certains lecteurs de ce blog et de ma page Facebook m’ont demandé où l’on pouvait se procurer Globe Trotters Magazine. Il est téléchargeable en format PDF sur le site d’ABM (c’est ici). Vous pouvez aussi acheter un ou plusieurs numéros sur le site d’ABM (c’est par là)

Où trouver Globe Trotters Magazine ?

Enfin, le magazine est distribué dans les librairies suivantes :                                     Librairie Goulard – 37, cours Mirabeau – 13 100 Aix-en-Provence – T : 04 42 27 66 47 Planète bleue – 54, rue Saint Nicolas – 17 000 La Rochelle – T : 05 46 34 23 23         Librairie Molllat – 89, rue Porte Dijeaux – 33 080 Bordeaux – T : 05 56 56 40 40         Librairie des Cinq Continents – 20, rue Jacques Coeur – 34 000 Montpellier –                     T : 04 67 66 46 70                                                                                                          Librairie Ariane – 20, rue Cap. Alfred Dreyfus – 35 000 Rennes – T : 02 99 79 68 47       MTA Géothèque – 10, place du Pilori – 44 000 Nantes – T : 02 40 47 40 68              Itinérances – 62, rue Baudrière – 49 100 Angers – T : T : 02 41 77 36 47                        Autour du Monde – 65, rue de Paris – 59 026 Lille Cedex – T : 03 20 78 19 33             Raconte moi la terre – 14, rue du Plat – 69 002 Lyon – T : 04 78 92 60 22                     Chemin en pages – 121, av. Ledru Rollin – 75 011 Paris – T : 01 43 38 15 77                 Gibert Joseph – 26, bd Saint Michel – 75 006 Paris – T : 01 46 46 10 50                          ABM – 11, rue de Coulmiers – 75 014 Paris

ABM organise deux festivals de voyages par an : Partir Autrement en avril, et le Festival des Globe-Trotters en septembre. Pour plus d’informations sur les activités et le fonctionnement de l’association, consultez leur site web à l’adresse http://www.abm.fr.

Affiche de la 25e édition du Festival des Globe-Trotters organisé par ABM à l'Opéra de Massy. Une soirée (le vendredi) et deux journées complètes de projections, stands et conférences de voyageurs.

Affiche de la 25e édition du Festival des Globe-Trotters organisé par ABM à l’Opéra de Massy. Une soirée (le vendredi) et deux journées complètes de projections, stands et conférences de voyageurs.