Revue de presse des chemins de pèlerinage semaine 22 de 2017

Une revue de la presse francophone, anglophone, hispanophone sur les chemins et les pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle, du dimanche 28.05.2017 au samedi 3.06.2017

Céline Anaya Gautier, photographe

Capture d’écran du site internet de Céline Anaya Gautier

Revue de presse des chemins de pèlerinage semaine 22 de 2017. Livres.

26.05.2017
LES INTERVIEWS DU VENDREDI : Céline Anaya Gautier
Céline Anaya Gautier est photographe.Elle a parcouru, en quatorze ans et six voyages, 5000 kilomètres sur les voies de Compostelle. Elle vient nous parler d’elle et de son livre où ses images intenses se mêlent aux témoignages des pèlerins de tous les continents croisés sur sa route.
Le site internet de Céline Anaya Gautier : http://www.celineanayagautier.com
https://moissactv.fr/2017/05/26/interviews-vendredi-celine-anaya-gautier/
Article et vidéo en français Continuer la lecture

Les hébergeurs à l’écran !

Sans eux, point de chemin. Les hébergeurs accueillent les pèlerins avec bienveillance, les bichonnent, les renseignent, les écoutent, les aident. Vous trouverez sur cette page des interviews vidéo de nos chers hébergeurs.

Pour commencer, cette interview de Véronique Pautrel, qui accueille les pèlerins à La Halte Pèlerine de Lectoure. Vidéo You Tube ajoutée le 13 mai 2016 : « L’ Office de Tourisme joue le reporter ! Chaque mois, en fonction de ce qui se passe dans la ville de Lectoure vous découvrirez le portrait d’un acteur ! Un moyen original de s’immerger dans la vie lectouroise et de découvrir les métiers, les savoir-faire, les établissements de ce qui participent à l’attractivité quotidienne et touristique de notre territoire.
Pour ce mois de Mai et avec l’arrivée des nombreux pèlerins sur Lectoure voici une immersion chez Véronique Pautrel qui accueille avec plaisir depuis 10 ans des marcheurs dans son gîte « la Halte Pèlerine ». Ce qu’elle aime dans son métier, c’est le contact humain, donner des conseils et être un repère pour toutes les personnes qu’elle rencontre ».

Annie Lautard tient le gîte « Au Fil de l’Eau » à Espalion. Elle apprécie de voir des gens du monde entier « c’est une réelle richesse au quotidien ». Elle essaye de rendre le plus de services possible aux pèlerins, de leur délivrer rapidement les informations pratiques, touristiques et de répondre à leurs questions. « C’est tout un univers le chemin. Ce n’est pas de la randonnée. Ceux qui partent randonneur, reviennent pèlerins. On apprend tous les jours quelque chose. Les gens font le chemin pour chercher quelque chose, mais qu’ils ont déjà la plupart du temps. Qu’ils soient dans cette recherche spirituelle ou non, à un moment ils se laissent embarquer par cette énergie positive. »

L’accueil des pèlerins par les hébergeurs from cc.estaing on Vimeo.

Maria accueille depuis 5 ans les pèlerins dans son gîte de 16 lits à Montréal du Gers. Elle est l’une des seules à garder son gîte ouvert pendant l’hiver…Un reportage audio de France Bleu Gascogne, par Théo Hetsch et Nelly Assenat. https://www.francebleu.fr/infos/societe/pelerins-de-saint-jacques-zoom-sur-ces-visiteurs-de-passage-en-gascogne-1482244931

Les amis de Saint-Jacques de Compostelle dans le Gers

Capture d'écran du site internet de l'association des amis de Saint-Jacques de Compostelle dans le Gers

Capture d’écran du site internet de l’association des amis de Saint-Jacques de Compostelle dans le Gers

CoordonnéesLes amis de Saint-Jacques de Compostelle dans le Gers
Siège : ANCIEN CARMEL
35 Av Victor Hugo
32100 CONDOM
http://www.st-jacques-compostelle-gers.org
Contact : Christiane COURTOIS, jacourt@wanadoo.fr
Membre Fédération française des associations des chemins de Saint Jacques de Compostelle (FFACC)
Date création1994
Chemins concernés.Voie du Puy-en-Velay
.Voie d'Arles
.GRP "Coeur de Gascogne" ou chemin de Lectoure vers Lourdes
Objectifs.Regrouper les personnes qui s’intéressent à l’histoire passée et présente du Pèlerinage et à ses chemins
.Etablir des liaisons avec les Associations Européennes, Nationales, Régionales ou Départementales ayant le même objet
.Promouvoir et d' encourager toute action tendant à faciliter l’accueil des pèlerins, tant pour leur documentation que lors de leur passage dans notre Département
.Développer la connaissance, le maintien et la protection des chemins du pèlerinage dans le Gers, leur histoire, ses sites remarquables, les monuments subsistants et tous vestiges marquant le pèlerinage
.Diffuser toute documentation se rapportant à ces sujets
Activités.Expositions et conférences autour de notre collection d’aquarelles, d’affiches et de cartes postales représentant les principaux monuments qui jalonnent les deux Chemins de Saint Jacques dans le Gers (dont le festival de jazz à Marciac)
.Deux marches par an, sur des tronçons de ces Chemins, avec réception et animation avec les élus locaux de chaque étape.
.Création d’une Chaîne d’Accueil des pèlerins tout au long du Chemin d’Arles en étroite collaboration avec les autres Associations riveraines, pour pallier au manque de gîtes sur cet itinéraire.
.Rencontres avec les associations voisines
.Projet pédagogique avec un lycée sur le thème de Saint Jacques de Compostelle
.Participation aux JAJA (Journée des Associations Jacquaires d’Aquitaine)
.Evenements autour de la journée de la Saint Jacques
Internet.Les aquarelles des monuments du Gers : rubrique Notre Trésor
Carte des chemins de Compostelle dans le Gers. Source : site internet de Capture d'écran du site internet de l'association des amis de Saint-Jacques de Compostelle dans le Gers

Carte des chemins de Compostelle dans le Gers. Source : site internet de Capture d’écran du site internet de l’association des amis de Saint-Jacques de Compostelle dans le Gers

Timbre chemins de Compostelle dans le Gers. Source : site internet de Capture d'écran du site internet de l'association des amis de Saint-Jacques de Compostelle dans le Gers

Timbre chemins de Compostelle dans le Gers. Source : site internet de Capture d’écran du site internet de l’association des amis de Saint-Jacques de Compostelle dans le Gers

Copyright 2016 Fabienne Bodan http://pelerinsdecompostelle.com

Presbytère de Lectoure (32)

Gîte pèlerin au Presbytère de Lectoure

Gîte pèlerin avec hospitaliers au Presbytère de Lectoure. © Christiane Fitzpatrick

Etre hospitalier pour les pèlerins de Compostelle au Presbytère de Lectoure

Cet article s’adresse aux aspirants hospitaliers recherchant des missions d’accueil dans les gîtes pour pèlerins. Mise à jour 6.02.2018

Nom et coordonnées du gîte ou de l'accueilPresbytère de Lectoure
30 rue Nationale
32700 LECTOURE
Tél Presbytère : 05 62 68 83 83 / 06 49 16 85 84
Organisme gestionnairePresbytère de Lectoure
Voie ou cheminVoie du Puy-en-Velay ou Via Podiensis
ContactPresbytère de Lectoure
Périodes d'ouvertureMai à septembre, à partir de 15h
Description du gîte.Aucune réservation au delà de 24h
.Une dizaine de places
.Repas pris en commun, préparé par les hospitaliers
.N'accueille pas de groupes de plus de 4 personnes
.1/2 pension
.Bénédicité avant le repas
.Mise à la disposition du pèlerin de feuilles de prière dans différentes langues
Prix / Participation demandée au pèlerinParticipation libre aux frais
Mission de l'hospitalier.2 hospitaliers en même temps
.Accueillir les pèlerins
.Préparer et partager le repas midi et soir avec la cure et les pèlerins
.Préparer le petit déjeuner
.Effectuer le ménage des chambres, des sanitaires et des lieux de vie
Durée de la mission10 jours
Prérequis pour être hospitalierAvoir fait tout le chemin (ou sinon au minimum trois semaines)
Conditions d'accueil de l'hospitalier.Logé dans une chambre à part
.Nourri
Modalités de candidatureEnvoyer une lettre de motivation au presbytère qui transmettra à la responsable des hospitaliers.
E-Mail de contact
Source de l'informationhttp://hospitalite.amis-st-jacques.org/?page_id=2297
Gîte pèlerin au Presbytère de Lectoure

Gîte pèlerin avec hospitaliers au Presbytère de Lectoure. © Christiane Fitzpatrick

Copyright 2016 Fabienne Bodan http://pelerinsdecompostelle.com

Hôtesse de pèlerins. Allo Véro…bobo !

Après la publication de mes premiers articles sur mon chemin de Compostelle 2012 (Via Podiensis et Camino francés) dans le numéro 148 de la revue Globe-Trotters Magazine de l’association ABM(Aventuriers du bout du monde), j’ai proposé au comité de rédaction de l’association une série de portraits de pèlerins de Compostelle dans le cadre du numéro spécial « Sur les Chemins de… » N°150 de juillet-août 2013. 

Couverture du N°150 de Globe-Trotters Magazine, édité par l'association ABM (Aventures du Bout du Monde). Ce numéro contient 6 pages de ma plume sur les chemins de Compostelle.

Couverture du N°150 de Globe-Trotters Magazine, édité par l’association ABM (Aventures du Bout du Monde). Ce numéro contient 6 pages de ma plume sur les chemins de Compostelle, dont cet article « hôtesse de pèlerins, Allo Véro, bobo ».

Je vous présente aujourd’hui Véronique Pautrel, bien connue dans les groupes Facebook sur les chemins de Compostelle, et des pèlerins qui trouvent en elle une vraie mère poule à la Halte Pèlerine de Lectoure (Note du 15.12.2016 : après 10 ans de bons et loyaux services comme hôtesse de pèlerins, Véronique a pris une retraite bien méritée le 1.12.2016). 

Mai 2004. “Si le chemin t’appelle, vas-y…”. En lisant cette phrase concluant un livre sur les Chemins de Saint Jacques, Véronique ressent à son tour cet appel. Elle fêtera ses 50 ans à l’arrivée de son second camino.

Globe-Trotters Magazine : Tu étais à l’époque commerciale dans l’Ouest de la France pour une multinationale espagnole. Que s’est-il passé après la lecture de cet ouvrage ?

Véronique : Je gérais les grands comptes dans le quart Ouest de la France pour une multinationale espagnole. J’adorais ce que je faisais, j’avais un profond respect pour mes clients, mais je m’enfermais dans un doux ronron très confortable. Je gagnais bien ma vie. Je la dépensais bien, aussi. Mes enfants partaient pour la première fois en vacances avec leurs copains. Je me suis demandée ce que j’allais faire toute seule de tout ce temps qui s’offrait. Alors je suis descendue en voiture, seule, vers l’Espagne. J’ai laissé mon véhicule à Burgos et me suis lancée sur le Camino francés le 20 juillet 2004. Un an plus tard, le 20 juillet 2005, je réitérais, d’Oviedo, sur le Camino primitivo.

Quels souvenirs émus as-tu gardé de tes rencontres ?

Un jour, j’eus le bonheur de m’asseoir au pied d’une éolienne, non clôturée. D’admirer “ses bras” élancés. Et puis, je me suis perdue. J’ai tourné en rond deux heures en pleine chaleur : la gourde vide, hagarde, j’ai rencontré un berger et son troupeau de chèvres. Il m’a fait asseoir à l’ombre, offert un quignon de pain, un morceau de fromage, un verre de vin… et m’a remise dans la bonne direction… Sur le camino Primitivo, l’année suivante, un homme âgé, très handicapé, m’a serrée dans ses bras, me demandant de porter sa prière jusqu’à Santiago. En entrant dans la cathédrale, ma première pensée fut pour lui. J’ai eu le sentiment d’accomplir mon devoir envers lui. J’en ai encore les larmes aux yeux…

La fin de ton pèlerinage sur le Camino francés ne fut pas sans encombres…

Je souffrais tellement que j’ai du soulager mes chevilles avec des béquilles. A 25 kilomètres de l’arrivée, le médecin m’a dit que le Chemin était fini pour moi. Je lui répondis avec force : “Je serai à Santiago demain, sur les coudes, les genoux, en rampant, mais j’y serai !”. Curieusement, vingt-quatre heures après mon arrivée, je n’avais plus besoin de béquilles pour marcher !

Dans le jardin du gîte de Véronique "La Halte Pèlerine" à Lectoure. ©Pier Luigi Campo

Hôtesse de pèlerins. Dans le jardin du gîte de Véronique « La Halte Pèlerine » à Lectoure.
©Pier Luigi Campo

En quoi cette seconde expérience du Chemin fut-elle décisive ? 

Une phrase scandait ma marche : “Et toi, qu’as tu fait pour toi ?” Si je regardais en arrière, j’avais vécu plus pour mes proches que pour moi-même. A Fisterra, je m’émerveillai face à cet horizon à perte de vue… notre vie, notre avenir, là tout près, là devant… ce que l’on veut en faire et que l’on découvre…Je retrouvais ma terre bretonne. Ce n’était pas la fin du voyage : des fenêtres s’ouvraient mystérieusement sur “un possible”. J’avais “fait” le Chemin, pleuré de fatigue, de questionnements. Et là, je me découvrais des possibilités que le Chemin m’avait accordées. Il ne tenait qu’à moi de changer de vie : j’avais la force mentale et physique pour mener à bien un nouveau projet de vie.

Tu as alors pris une grande décision ?

L’idée me vint de redonner un jour ce que le Chemin m’avait apporté, enseigné. En avril 2006, je suis venue en région Midi Pyrénées, en quête d’un lieu d’accueil à proximité du GR 65. Rien ne me convenait… jusqu’à ce que j’arrive à Lectoure, dans le Gers : une maison près des remparts, un jardin suspendu dominant la Lomagne… C’était Là… La maison venait de me choisir…J’ai quitté travail, amis, famille, vendu l’appartement rennais, investi mes économies dans cette maison pour ouvrir la Halte Pèlerine, gîte et chambres d’hôtes pour pèlerins, fin juillet 2006.

Que t’apporte cette nouvelle vie d’hôtesse de pèlerins ?

J’ai reçu en 7 ans près de 10 000 pèlerins avec un grand bonheur, chaque jour renouvelé. J’ai bien de la chance…d’avoir osé. Les chemins de Saint Jacques m’ont apporté un autre regard sur le Monde… de la compassion…une qualité d’écoute que j’affûte au fil des rencontres… de la disponibilité… J’en vis petitement mais j’ai tellement gagné en qualité de vie…

As-tu quelques histoires de pèlerins accueillis à la Halte Pèlerine à nous raconter?

Oh oui. Par exemple Donal, pèlerin irlandais de 72 ans, magnifique et merveilleux… avec une sciatique fulgurante. Je l’ai gardé huit jours à la maison. Pour finir, j’ai du organiser son rapatriement sanitaire. Nous sommes restés en contact. Il est revenu pour reprendre le Chemin où il l’avait arrêté. Il m’appelle « mon ange du Chemin ». Je pense aussi à Chloé, jeune pèlerine Suisse qui revenait de Santiago. Elle avait dormi quelques nuits à la belle étoile dans de mauvaises conditions météo. Je l’ai gardé quatre jours sous mon aile, le temps qu’elle reprenne des forces et qu’elle puisse s’envoler à nouveau.

Tu es une vraie mère poule pour les pèlerins en somme ?

Moi qui étais très silex dans mon ancienne vie, je me découvre galet, toute en émotion de ces rencontres où chacun à quelque chose à m’apprendre, à m’apporter.. Chacune de ces rencontres est une des petites pierres que je mets dans mon édifice… Si j’avais le choix…. je ne saurais revenir en arrière !

Bisou d'adieu d'un matin pèlerin devant la Halte Pèlerine de Lectoure. © Pier Luigi Campo

Hôtesse de pèlerins. Plus qu’un métier, une vocation. Bisou d’adieu d’un matin pèlerin devant la Halte Pèlerine de Lectoure. © Pier Luigi Campo

Merci à Pier Luigi Campo, compagnon de pèlerinage de Véronique, pour les droits d’utilisation de ses photos. Propos recueillis par Fabienne Bodan (56) 

Note du 8 mars 2017 : Véronique continue à recevoir plusieurs appels de pèlerins par jour pour réserver un lit ou une chambre. Elle a pris sa retraite le 1er décembre 2016 et invite les pèlerins à prendre contact avec les auberges et chambres d’hôtes vers lesquelles elle avait l’habitude de renvoyer les pèlerins quand elle affichait complet.

 Gîtes (en dortoir uniquement) :
Le Presbytère : 05 62 68 83 83
L’Etoile Occitane : 05 62 68 82 93

Gîtes (avec dortoir et chambres d’hôtes) : 
A deux pas : 05 62 28 99 67
Le Boudoir : 06 75 90 32 81

Chambres d’hôtes ou chambres d’hôtes partagées :
Le Clos : 05 62 68 49 58