Via de la Plata 2017 (mises à jour)

Christophe Blanquart (Luxembourg)

Christophe Blanquart (Luxembourg)

Via de la Plata 2017 (mises à jour). J’ai rencontré Christophe Blanquart et sa femme Marie-Claire sur mon premier chemin en 2012. Nous avons terminé ensemble la Via Podiensis. Nous nous sommes séparés à Pampelune. Christophe est depuis reparti de chez lui au Luxembourg pour Saint-Jacques-de-Compostelle. Il chemine en ce printemps 2017 sur la Via de la Plata. Christophe a eu la gentillesse de me communiquer des informations tout au long de son chemin. Après avoir remonté la voie de l’argent jusqu’à Zamora, il a bifurqué vers Chavez au Portugal en empruntant le Camino Portugais de la Via de la Plata. Cette variante est parallèle au Camino Sanabrés, mais plus au sud.

Lire la suite

Via de la Plata : Etape N°4, de Castilblanco de los Arroyos à Almaden de la Plata

Entrée du parc forestier El Berrocal : 15 kilomètres de chênes-lièges à parcourir ! © Fabienne Bodan

Entrée du parc forestier El Berrocal : 15 kilomètres de chênes-lièges à parcourir ! © Fabienne Bodan

Il faisait gris ce jour là. Dommage, car le paysage est magnifique. © Fabienne Bodan

Il faisait gris ce jour là. Dommage, car le paysage est magnifique. © Fabienne Bodan

8 avril 2015 :

Hola amigos y peregrinos. Pas de nouvelles hier soir car pas de wifi à l’albergue municipal de Castilblanco de los Arroyos ! Et l’emploi du temps d’un pèlerin est quand même très chargé : marcher et surtout profiter des paysages sublimes de cette seconde étape (Guillena -> Castilblanco), humer et photographier les lavandes papillons, les cistes ladanifères, les cactus qui servent de haies (bon, on n’a pas vraiment humé les cactus !), observer les papillons bleus voleter autour des lavandes et les vaches et leurs petits paître tranquillement en toute liberté dans la nature, avec des cornes non coupées (comme c’est la règle en agriculture biodynamique selon Christa, notre amie pèlerine hollandaise). Vous l’avez compris, la seconde étape est une ode à la beauté de la nature. Tant et si bien que Jacques le nantais, Christa la hollandaise et moi sommes arrivés tranquillement à l’auberge municipale de Castilblanco pour nous entendre dire par l’adorable hospitalera Ligia… qu’il n’y avait plus de lits ! Elle nous a gentiment proposé de dormir sur la terrasse, par terre, en récupérant deux couvertures pour épargner nos (plus ou moins) vieux os. Le vent s’est levé après le dîner, où la table comptait une bonne quinzaine de pèlerins, et quatre espagnols avec lesquels j’avais discuté la veille nous ont proposé de libérer les travées (étroites) entre les literas (lits superposés) afin de pouvoir nous y installer. La solidarité pèlerine est déjà à l’oeuvre. Donc nuit 2 = par terre ! Pero, no importa ! Esta Via de la Plata me encanta ! J’ai retrouvé l’atmosphère des chemins que j’aime tant. Avis aux futurs pèlerins de la Via de la Plata : nous sommes tous surpris de trouver autant de monde sur cette voie, même si cela n’a rien à voir avec le camino francés.

Une fois gravi le premier fort raidillon de cette Via de la Plata, le bonheur d'apercevoir Almaden et donc l'arrivée de l'étape. © Fabienne Bodan

Une fois gravi le premier fort raidillon de cette Via de la Plata, le bonheur d’apercevoir Almaden et donc l’arrivée de l’étape. © Fabienne Bodan

Une cigogne, deux cigognes, trois cigognes...nous en ferons l'emblème de notre chemin ! © Fabienne Bodan

Une cigogne, deux cigognes, trois cigognes…nous en ferons l’emblème de notre chemin ! © Fabienne Bodan

Via de la Plata : Etape N°5, de Almaden de la Plata à El Real de la Jara

Il y eut les journées fleurs, il y eut les journées animaux. Nous découvrons la fierté de cette régions de l'Extrémadure, le "cerdo iberico" ! © Fabienne Bodan

Il y eut les journées fleurs, il y eut les journées animaux. Nous découvrons la fierté de cette régions de l’Extrémadure, le « cerdo iberico » ! © Fabienne Bodan

Qui du cochon ou du pèlerin s'amuse de la présence de l'autre ? Le plaisir est partagé, sans aucun doute. © Fabienne Bodan

Qui du cochon ou du pèlerin s’amuse de la présence de l’autre ? Le plaisir est partagé, sans aucun doute. Avec Christa et Jacques, mes (déjà) fidèles compagnons de route…© Fabienne Bodan

9 avril 2015 :

Aujourd’hui quatrième étape sur la Via de la Plata : Almaden de la Plata -> Real de la Jara. Ces chemins nous réapprennent à nous émerveiller devant la nature. Après les fleurs, ce 9 avril fut la journée animale, et la découverte du célèbre « cerdo iberico » que l’on connait également sous le nom de Pata Negra. Ces cochons sont élevés en plein air dans les champs et se nourrissent naturellement de glands et d’herbes. Nous avons pu goûter la différence ce soir au dîner. La viande est succulente (et pourtant je ne raffole pas de l’alimentation carnée). Au moins, durant leur vie, ces animaux semblent paisibles et heureux. L’un d’entre eux a même apposé un sello de son groin en voulant me chiper le pain de mon pique-nique…
Après les porcs ibériques, se sont succédés les moutons, les chèvres, les chiens de troupeaux et deux chevaux montés par des cavaliers se rendant également à Saint Jacques.

Après le cochon, voici le mouton ! © Fabienne Bodan

Après le cochon, voici le mouton ! © Fabienne Bodan

Ils sont pas sexys ces pèlerins le soir pour aller danser ? © Fabienne Bodan

Ils sont pas sexys ces pèlerins le soir pour aller danser ? © Fabienne Bodan

Hébergement à Almaden de la Plata

L'albergue de Peregrinos d'Almaden de la Plata offre l'intimité d'une auberge de petite taille. Jorge l'hospitalero nous a accueilli avec coeur et compassion © Fabienne Bodan

L’albergue de Peregrinos d’Almaden de la Plata offre l’intimité d’une auberge de petite taille. Jorge l’hospitalero nous a accueilli avec coeur et compassion © Fabienne Bodan

La cuisine, où l'on peut préparer son repas. © Fabienne Bodan

La cuisine, où l’on peut préparer son repas. © Fabienne Bodan

La salle à manger, avec une grande table conviviale qui invite à des discussions passionnées entre pèlerins et hospitalier. © Fabienne Bodan

La salle à manger, avec une grande table conviviale qui invite à des discussions passionnées entre pèlerins et hospitalier. © Fabienne Bodan

Via de la Plata : hébergement à Almaden de la Plata

Informations pratiques et appréciation (c'est toujours un peu subjectif, reconnaissons-le) sur l'Albergue Alojamiento del Peregrino, Almaden de la Plata. Avril 2015.

HébergementAlbergue Alojamiento del Peregrino
Calle Olmo
Almaden de la Plata
T : 654 86 25 53
Tarif avril 2015*10 euros
Description.14 places en 5 chambres : 1 chambre avec 1 litera, 1 chambre avec 2 literas et 1 lit simple, 1 chambre avec 2 literas, 1 chambre avec 1 lit, 1 chambre avec + possibilité d'installer un matelas dans la pièce commune
.Possibilité de cuisiner, cuisine de taille satisfaisante pour 12 personnes
.1 salle à manger avec une grande table pour 10-12 personnes
.1 salon où peut être installé un lit supplémentaire si l'albergue est complet
.Poêle à bois dans le salon, bien utile lorsque le temps est pluvieux pour sécher les vêtements
.2 salles de bains/WC, l'une à l'intérieur de la maison, l'autre à l'extérieur, dans la petite cour
.Machine à laver
.WIFI gratuit au bar « Pub Cabanas »
Avantages.Au moment de notre passage, il y avait un hospitalier pour quelques jours, Jorge, très accueillant et chaleureux.
.Antonio le propriétaire propose également de vous accueillir dans son albergue à El Real de la Jara, et donc de réserver pour vous assurer un hébergement pour le lendemain
.Petites chambres de 4 ou 5 lits
.Atmosphère plus intime des petites auberges : elle favorise toujours les relations entre les pèlerins, et aussi avec le propriétaire et l'hospitalier.
.Toute proche du centre du village
Inconvénients.Comme dans toutes les auberges où les WC sont dans les salles de bains. Le matin, il peut y avoir certaines urgences, mais on s'y fait et on fait avec. Et c'est parce que rien n'est parfait, et qu'il faut bien trouver un petit inconvénient quand il y en a très peu !
Appréciation
Coup de coeur
♣♣♣
Les chambres contiennent de 2 à 5 lits. © Fabienne Bodan

Les chambres contiennent de 2 à 5 lits. © Fabienne Bodan

Un salon avec canapé et poêle à bois est également à la disposition des pèlerins. Jorge nous a préparé une petite flambée revigorante lors d'une après-midi pluvieuse. © Fabienne Bodan

Un salon avec canapé et poêle à bois est également à la disposition des pèlerins. Jorge nous a préparé une petite flambée revigorante lors d’une après-midi pluvieuse. © Fabienne Bodan

*Lorsqu’aucune précision complémentaire n’est mentionnée, ce tarif désigne seulement la nuit pour pour une personne, sans petit-déjeuner ni demi-pension.

 Ce Chemin vers Compostelle est un cadeau de la vie et de l’univers, déclaré patrimoine de l’Humanité par l’Unesco il y a 25 ans. Je considère également chaque hébergement, chaque accueil, chaque personne aidante sur le Chemin comme un cadeau. J’ai donc décidé d’apprécier chaque hébergement m’ayant abritée pour une nuit, sur les critères objectifs détaillés dans les avantages et les inconvénients, en un cadeau  , deux cadeaux ♣♣ ou trois cadeaux ♣♣♣ .
♥ J’y ai également mentionné mes coups de coeur, sachant que les critères de chacun sont toujours subjectifs, liés à l’émotion d’un accueil, à l’harmonie entre les pèlerins le soir de son passage, à l’humeur des hospitaliers, à la difficulté de l’étape ou à la météo du jour… Cependant, le critère majeur retenu dans la sélection de mes coups de coeur est l’atmosphère de l’hébergement, son âme et la qualité de l’accueil de ses responsables et, mieux, hospitaliers ou hospitaleros. Mes coups de coeur ne vont pas forcément aux auberges les plus belles et les plus confortables, mais à celles dans laquelle perdure l’esprit du Chemin. Ils vont aux hospitaliers qui ont ouvert leurs coeurs aux pèlerins et qui aident, progressivement, par leur accueil, leur soutien, leur compassion et leur amour de l’autre, les pèlerins à ouvrir leur coeur et à atteindre l’objectif qu’ils se sont assigné en marchant vers Saint Jacques de Compostelle.