2017 : revue de presse des chemins de pèlerinage semaine 7

Une revue de la presse francophone, anglophone, hispanophone sur les chemins et les pèlerins de Compostelle, de Saint-Gilles ou du Norte du dimanche 12.2.2017 au samedi 18.2.2017

Pèlerin Compostelle12.2.2017
Béarn : Navarrenx, un fier bastion sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle
Dressés sur la colline dominant les eaux roulantes du Gave d’Oloron, les pèlerins voient les remparts de Navarrenx de loin comme une promesse de halte méritée.
Voilà comment vibre la cité forte du Béarn des Gaves, du printemps à l’automne, sous le feu continu des marcheurs éreintés de Saint-Jacques-de-Compostelle – 20 000 sont recensés chaque année….Les constructions militaires, elles, constituent le fil conducteur de la visite. Non seulement les 1,7 km de fortifications ont été transformées en chemin mais le bourg livre quelques bâtisses militaires intéressantes : la belle porte fortifiée Saint-Antoine ; la poudrerie ; l’arsenal à quatre niveaux et sa cour à arcades, devenu gîte communal pour les pèlerins ; la maison du Lieutenant du Roi ; les casernes.
http://www.tourmag.com/Bearn-Navarrenx-un-fier-bastion-sur-le-chemin-de-Saint-Jacques-de-Compostelle_a84922.html
Article en français

2017 : revue de presse des chemins de pèlerinage semaine 7. Pèlerins.

12.2.2017
Chemin Faisant – CDC – Présentation
Ajoutée le 12 févr. 2017
Chemin Faisant est un des ouvrages de Christelle Daniel-Chabredier qui illustre son pélerinage sur le Chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Elle présente son ouvrage dans cette vidéo. Sous forme de recueil avec des citations et accompagnées de photographies prises lors du chemin … Christelle Daniel-Chabredier partage avec nous son odyssée. Venez (re)découvrir l’univers de Christelle Daniel Chabredier directement sur le site : https://laroutedusoi-cdc.jimdo.com
Vidéo en français

El camino de Santiago en Santander

Guide pour les enfants « El camino de Santiago en Santander »

12.2.2017
Guía para niños sobre el Camino de Santiago, el del Norte y el Lebaniego
La commune de Santander a édité un guide sur le camino del Norte et le camino Lebaniego, destiné au public infantile, très didactique et visuel. Il est divisé en 6 chapitres : Camino de Santiago, son histoire, les années saintes, le Camino del Norte, le Camino Lebaniego et l’histoire de l’année jubilaire de ce dernier.
On peut le télécharger ici : http://santanderspain.info/camino-santiago-santander-ninos/
http://www.eldiarioalerta.com/articulo/cabecera-santander/guia-ninos-camino-santiago-norte-lebaniego/20170212212657008168.html
Article en espagnol

2017 : revue de presse des chemins de pèlerinage semaine 7. Chemins.

Vidéo musicale ajoutée sur You Tube par peregrinaciones le 13.2.2017 « camino de santiago castellano aragones »

Abonnez-vous à notre newsletter !

Restez connectés à ces chemins qui ont suscité tant d'émotions, préparez vos futurs périples : informations exclusives collectées sur le terrain, revue de presse internationale inédite, articles de fond, fiches détaillées sur les hébergements, dossier hospitaliers, films, documentaires, bande-dessinée, associations, sources d'information utiles, etc.

13.2.2017
El Camino de Santiago se dispara en Asturias creciendo casi un 8% en 2016
Les deux principaux chemins qui traversent les Asturies (Espagne), à savoir le Camino primitivo et le Camino del Norte ont vu leur fréquentation augmenter de 7,8% en 2016, atteignant 29400 personnes, se répartissant en 12098 marcheurs sur le Primitivo (+5,4%) et 17312 pour le Camino del Norte (+9,5%). Plus de la moitié des personnes recensés ont entre 30 et 60 ans (profil similaire à celui de tous les chemins) et 92% ont choisi la marche pour parcourir ces chemins. Près de la moitié des communes des Asturies sont traversées par les 518 kilomètres des chemins de Compostelle (Primitivo, Salvador, Norte).
39% des marcheurs sont motivés par les valeurs culturels du chemin, 25% par des motifs religieux.
68% des personnes recensées à Oviedo affirment avoir commencé leur chemin dans les Asturies.
La majorité dort dans les auberges (58%), et seulement 4,8% dans les hôtels.
La moitié sont étrangers, et parmi ceux-ci, les ¾ viennent d’un pays européen : Italie en tête (15,7%), puis France (9,9%), Royaume-Uni (8,3%), Pologne (7,4%), Allemagne (6,6%), Etats-Unis (5%).
En 2017, la Principauté des Asturies investira 834.425 euros
https://vivecamino.com/el-camino-de-santiago-se-dispara-en-asturias-creciendo-casi-un-8-en-2016_no_365/
http://www.lne.es/asturias/2017/02/13/treinta-mil-camino-astur/2056707.html
Article en espagnol

2017 : revue de presse des chemins de pèlerinage semaine 7. Statistiques.

Auberge de pèlerins de Roncevaux

Les « cabines » 4 places des dortoirs de la colégiale de Roncevaux, récemment refaits à neuf. © Fabienne Bodan

14.2.2017
30 años de peregrinos al alza en Roncesvalles
Ils étaent à peine 1107 en 1986. En 2016, 66 646 pèlerins ont été recensés à Roncevaux.
http://www.diariodenavarra.es/noticias/navarra/sanguesa_merindad/2017/02/15/30_anos_peregrinos_alza_roncesvalles_517131_1010.html
Article en espagnol

Vidéo You tube ajoutée le 14.02.2017 par peregrinaciones «camino de santiago vadimense picos de europa »

2017 : revue de presse des chemins de pèlerinage semaine 7. Pèlerins.

14.2.2017
« Todos los días nos llamaban locos en el Camino de Santiago, hacen falta más locos en la vida »
Juan-Luis a 26 ans. Il est atteint de paralysie cérébrale. Alors qu’il peine à prononcer seulement quelques mots, il « parle » de manière très fluide avec les yeux, les gestes, les sourires et les éclats de rire. Tous les jours, on les a traités de fous pendant leur camino de Santiago. Pourtant, dans leur famille, personne n’a tenté de les dissuader de se lancer dans cette odyssée, car selon son frère Oliver, « JuanLu est l’une des personnes la plus active qu’il connaisse ». Leur moment le plus heureux ? « Notre arrivée à Santiago, parce nous avions gagné notre pari. Mais ce fut aussi l’instant le plus triste, car nous prenions conscience que notre aventure prenait fin ». Le moment le plus dur ? « En réalité, l’ensemble de ces 40 jours, car nous avons eu besoin, mon frère et moi d’une force physique et mentale pour affronter les difficultés quotidiennes. Nous arrivions à l’auberge vers 17 heures, mais souvent, elles n’étaient pas équipées pour les personnes à mobilité réduite, et il fallait encore monter les marches avec le fauteuil roulant. Je devais ensuite doucher mon frère, puis moi. Et ensuite, je montais les vidéos et les diffusais, car nous avons filmé notre aventure au quotidien ». Le souvenir le plus tendre ? « L’amour. Entre deux frères. D’une mère pour ses deux fils. D’un couple. D’un groupe d’amis qui s’est transformé en véritable famille. Nous avons rencontré toutes les formes d’amour sur ce chemin ». Le plus compliqué ? « De nombreux tronçons du chemin ne sont pas accessibles pour les personnes à mobilité réduite. Mais nous avions pour objectif de suivre le chemin traditionnel, sans la moindre exception. Nous sommes montés au Cebreiro, alors que tous ceux rencontrés ce jour-là nous disaient que c’était impossible pour nous, que nous ne pouvions pas passer avec un fauteuil roulant. Pour franchir certains passages, nous avons du porter mon frère, ou tirer le fauteuil avec des cordes. Mais une fois traversé l’épreuve de la première journée, seuls et sous la pluie battante, le chemin nous a fourni toute l’aide nécessaire. Nous aurions effectué un casting d’un millier de personnes que nous n’aurions pas trouvé de meilleurs accompagnateurs que ceux qui se sont spontanément présentés sur notre route, au fil des jours ». Le plus irritant ? « Les pessimistes, ceux qui te disant que tu n’y arriveras pas parce que c’est impossible ! ». Le plus fou ? « quelques chutes de JuanLu. Par exemple, il a souhaité un jour qu’on attache avec une corde le fauteuil roulant à l’arrière d’un vélo d’un bicigrino. Le fauteuil s’est retourné. J’ai cru que JuanLu était mort. J’ai foncé vers lui. Il avait une plaie au visage, mais m’a accueilli avec un grand sourire ». Le plus inoubliable ? « Chaque personne rencontrée. Chaque jour était spécial. Impossible de tomber dans la routine. Il se passait toujours quelque chose de différent ! ».
http://www.ideal.es/granada/201702/14/todos-dias-nosllamaban-locos-20170211233014-v.html
http://www.abc.es/sociedad/abci-todos-dias-llamaban-locos-camino-santiago-hacen-falta-mas-locos-vida-201702141146_noticia.html
http://www.cope.es/detalle/por-un-camino-de-santiago-sin-limites.html?id=2017021513530001
http://www.20minutos.es/noticia/2961890/0/oliver-juan-luis-camino-sin-limites-parada-santiago/
Article en espagnol

2017 : revue de presse des chemins de pèlerinage semaine 7. Livres.

Vidéo ajoutée sur You Tube le 14.2.2017 par PressesUL. Michel O’Neill, l’auteur du livre « Entre Saint-Jacques-de-Compostelle et Sainte-Anne-de-Beaupré », présente son ouvrage : il raconte l’historie de Québécois ayant marché sur les chemins de Compostelle et, à leur retour, ont créé des chemins de pèlerinage un peu équivalents au Québec. En 2016, on en comptait déjà 18 ! Le sociologue raconte l’histoire parallèle des chemins de Saint-Jacques et des chemins québécois, avec l’oeil du sociologue. L’auteur estime que 35 à 50000 Québécois ont arpenté les chemins de Compostelle depuis 1995, début de l’engouement pour le pèlerinage espagnol. Un petit nombre, donc, mais cepedant, tout le monde a entendu parler de Compostelle.

2017 : revue de presse des chemins de pèlerinage semaine 7. Hébergements.

Ephatta

Capture d’écran du site internet http://www.ephatta.com

15.2.2017
Thomas Teilhet et Thibaud de Bernis : Ephatta, le premier site d’hospitalité chrétienne
L’un est ancien scout de France, l’autre chef de chapitre au pèlerinage de Chartres. Deux sensibilités religieuses et une complicité évidente. Thomas et Thibaud symbolisent cette génération de cathos décomplexés et peu soucieux des étiquettes. Leur amitié s’est construite autour d’une vision commune du voyage tirée de leurs multiples pérégrinations à travers l’Europe. « Voyager, c’est d’abord partir à la découverte d’une autre culture portée par des hommes et des femmes », explique Thibaud. Lorsqu’il était encore étudiant, Thomas est parti sac au dos en Norvège. Après trois nuits passées sous la tente, il s’est vu offrir un toit par un jeune protestant qui l’avait repéré non loin de chez lui. « Il m’a accueilli comme un frère. J’ai réalisé à cette occasion ce qu’était l’hospitalité au sens chrétien du terme », se souvient-il. Cette expérience a constitué un tournant dans la foi fragilisée du jeune homme. Leurs études achevées – Edhec pour Thomas, relations internationales pour Thibaud –, les deux amis assistent à la naissance de l’économie collaborative. « Les valeurs de partage et d’échange qu’ils véhiculaient nous plaisaient », commente Thibaud. Les deux amis intègrent l’équipe d’un site d’hébergement entre particuliers. « Il s’agissait d’échanges de maisons avec un système de monnaie virtuelle, explique Thomas. Mais les gens ne se voyaient pas. Il manquait cette notion de rencontre, d’hospitalité qui est l’un des fondements de notre foi. » En 2014, ils fondent donc le site Internet Ephatta – « Ouvre-toi » en araméen –, un réseau en ligne sur lequel des particuliers du monde entier mettent un lit, un canapé, un bout de jardin à la disposition des voyageurs qu’ils reçoivent temporairement « comme on accueille un ami ». Le site, qui n’hésite pas à afficher son identité chrétienne, compte aujourd’hui plus de huit mille membres, dont 15 % de non chrétiens, à travers soixante-dix-neuf pays…
http://www.famillechretienne.fr/filinfo/les-nouvelles-applis-cathos-213152
Article en français

La révolution silencieuse du chemin

Couverture du livre « La révolution silencieuse du chemin » de Pauline Dobon

15.2.2017
Chemins de Saint-Jacques : un roman plus vrai que nature
Pauline Dobon, une pèlerine qui accueille les pèlerins de Saint-Jacques à Eauze (Gers), vient de publier son premier livre. Un ouvrage captivant dans lequel les pèlerins reconnaîtront leurs interrogations et leurs joies.
http://www.pelerin.com/Pelerinages/Chemins-de-Saint-Jacques-un-roman-plus-vrai-que-nature
Article en français

le refuge pèlerin de Saintes

Le dortoir, refuge pèlerin de Saintes.

16.2.2017
Saintes : le ciel leur était tombé sur la tête
Le refuge de Saint-Eutrope pourra de nouveau accueillir des pèlerins la semaine prochaine. Le 5 novembre, le plafond s’était effondré à cause de la pluie…
http://www.sudouest.fr/2017/02/16/le-ciel-leur-etait-tombe-sur-la-tete-en-novembre-3201804-1531.php
Article en français

2017 : revue de presse des chemins de pèlerinage semaine 7. Pèlerins.

16.2.2017
Kerry Currach Voyaging On The Santiago Camino Features on TG4
Ils sont Irlandais. Breandan Begley, Anne Bourke, Danny Sheehy et Liam Holden ont construit une embarcation traditionnelle, appelée naomhog, et ont entrepris il y a quatre ans un voyage à la rame, à la voile, utilisant très occasionnellement le moteur, du sud-ouest de l’Irlande à l’île sainte de Iona en Ecosse. Ils ont rapporté du lieu saint un cadeau : la bible traduite en Irlandais. Pour retourner dans leur région du Kerry, les marins ont effectué un tour complet de leur île, revenant par les côtes est et sud. Une fois ce premier périple achevé, leur vint l’idée de partir pour Saint-Jacques de Compostelle, à la voile et à la rame seulement. Ils ont quitté Dublin en 2014, pour suivre une ancienne route maritime de pèlerinage le long de la côte atlantique, morcelant leur itinéraire en plusieurs étapes. Ils ont touché terre à La Corogne le 23 juin 2016, puis ont chargé l’embarcation sur un véhicule pour terminer en portant le bateau jusqu’à la cathédrale de la capitale galicienne. Un reportage en 3 volets a été réalisé sur cette épopée, et sera diffusé sur la chaîne TG4 à partir du 19 février.
http://afloat.ie/resources/maritime-tv-programmes/item/35009-kerry-currach-voyaging-on-the-santiago-camino-features-on-tg4
Vidéo en anglais ajoutée sur Viméo en 2014 par Anupictures : http://www.anupictures.com/project/camino/
La page Facebook de l’épopée : https://www.facebook.com/Naomhoig-Na-Tinte-772817366066389/
Article en anglais

16.2.2017
Tres meses peregrinando a Santiago para luchar contra el cáncer de mama
Un couple de pèlerins a quitté Bergamo (nord de l’Italie) le 19 novembre à pied pour rejoindre Saint-Jacques de Compostelle avec l’objectif de collecter des fonds pour la lutte contre le cancer du sein. Ils seront accompagnés pour leur dernière étape de 40 kilomètres depuis Arzua par 12 femmes venues de Bergamo.
https://vivecamino.com/tres-meses-peregrinando-a-santiago-para-luchar-contra-el-cancer-de-mama_no_366/
Article en espagnol

2017 : revue de presse des chemins de pèlerinage semaine 7. Pèlerins.

17.2.2017
Etudiant en médecine, il va marcher 2500 km au profit d’enfants malades
Pour prendre l’air avant les ECN, rien de tel que la poussière des chemins… Rémi Chedeville, carabin normand de 24 ans, a décidé de partir sur les routes de Compostelle en septembre dernier. Il s’y est découvert plus épanoui, au point de souhaiter renouveler l’expérience. Le 1er mars, il reprendra donc son bâton de pèlerin pour un périple de 2500 kilomètres, pour le compte de l’association Petits Princes. Ce deuxième périple lui permettra de relier Rome au Mont-Saint-Michel en 3 mois. What’s up Doc a voulu en savoir plus sur ce projet atypique…Sa première longue marche a déjà changé son regard sur la vie : « Avant j’étais vraiment dans l’esprit « la médecine c’est toute ma vie. Si j’avais dû arrêter, ç’aurait été une catastrophe. Maintenant je vais faire tout ce que je peux pour devenir pédopsychiatre, mais si pour une raison ou une autre je n’y arrive pas, ce n’est pas la fin du monde. Les gens misent tout sur le travail et ne profitent pas de ce qu’il y a autour, mais il existe plein de moyens d’être heureux dans la vie. »
La page de collecte de fonds de Rémi : http://www.alvarum.com/remichedeville
http://www.whatsupdoc-lemag.fr/actualites-article.asp?id=20330
Article en français

2017 : revue de presse des chemins de pèlerinage semaine 7. Chemins.

Association "Les chemins de l'Europe"

Capture d’écran du site internet de l’Association « Les chemins de l’Europe »

17.2.2017
Le balisage du chemin de Saint-Gilles en bonne voie
Le chemin de randonnée dit «de Saint-Gilles», porté par l’association «Les chemins de l’Europe» se matérialise. Partant du tracé du chemin historique de pèlerinage du Monastère Saint-Géraud d’Aurillac à Saint-Gilles-du-Gard via Aubrac (dont le premier sanctuaire du monastère était dédié à saintGilles), le tracé prévoit d’un départ d’Aurillac, le passage par Carlat, Brommat, Mur-de-Barrez, Sainte-Geneviève-sur-Argence, Laguiole, Aubrac, puis Saint-Chély-d’Aubrac où l’on rallie le chemin de Saint-Guilhem-le-Désert puis la Voie D’Arles jusqu’à Saint-Gilles-du-Gard….Saint Gilles est représenté par une biche, une main et une flèche car selon une légende hagiographique du Xe siècle, une biche, poursuivie par des chasseurs du roi Flavius, se réfugie dans la grotte du saint, retiré en ermite, et vient se coucher à ses pieds.
Site de l’association «Les chemins de l’Europe» : http://www.chemins-europe.org
http://www.ladepeche.fr/article/2017/02/17/2518797-le-balisage-du-chemin-de-saint-gilles-en-bonne-voie.html
Article en français

18.2.2017
Así funciona la seguridad en la ‘calle Mayor’ de Europa
La police locale, la Guardia civil et les pompiers veillent sur les milliers de pèlerins qui croisent la Navarre quotidiennement.
http://www.diariodenavarra.es/noticias/navarra/2017/02/19/asi_funciona_seguridad_camino_santiago_navarra_517756_300.html
Article en espagnol

Copyright Fabienne Bodan & http://pelerinsdecompostelle.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.